ActualitésCultureSociété

VALLABRÈGUES Une abeille en balade sur le Rhône !

Le départ de la halte nautique de Vallabrègues (photo Franck Chevallier / Objectif Gard)

Au départ de Vallabrègues, au niveau de la halte fluviale, s’est installé tout récemment un nouveau marinier. Florent Kolandjian, est le propriétaire de l’Abeille Noire un bateau qui propose depuis peu de temps des croisières sur le Rhône.

Pour cette nouvelle aventure, le jeune homme, qui est aussi anthropologue, photographe et conférencier, a réalisé un rêve d’enfance en se rapprochant de l’eau. Ainsi au départ de Vallabrègues il part pour des balades de 2 à 3 heures en descendant ou en remontant le fleuve.

L’occasion de découvrir la halte en elle-même. Un petit port qui abrite quelques bateaux de différents types et tailles. Certains vivent même à bord en permanence. L’occasion aussi de voir effectivement que si Vallabrègues est bien un village gardois, il est bien en rive gauche ! C’est bien sûr le seul et c’est dû à un lointain caprice du fleuve.

A l'approche de l’impressionnante écluse de Vallabrègues (photo Franck Chevallier / Objectif Gard)

En larguant les amarres le bateau de 10 m par 3,70 m semble minuscule sur le grand fleuve. Derrière la petite barre, Florent explique les paysages et précise son parcours. Le nouveau marinier a donc trouvé ce bateau dans un état de quasi-abandon. Il a fallu de la patience, des efforts et une cagnotte participative pour le remettre à flot et naviguer en toute sécurité.

En changeant de propriétaire, le bateau a aussi changé de nom. L’avant du bateau garde le souvenir de ce changement, une partie de bouchon de Crémant y est encore accrochée, « il faut respecter un rituel précis pour que ce changement de nom ne porte pas malheur », explique Florent. « Je me souviens d’avoir quand j’étais jeune, vu un reportage sur l’Abeille Bourbon, un remorqueur d’intervention et de sauvetage en mer. Et je me suis promis de rendre hommage à ces bateaux de l’extrême. C’est pour cette raison que j’ai rebaptisé mon bateau « Abeille Noire ».

Dans l'écluse l'équipage découvrent de nouvelles sensations (photo Franck Chevallier / Objectif Gard)

Une abeille noire qui pour cette balade fluviale, descend le fleuve, « on est avalant explique le pilote ». Les paysages sont jolis et la végétation très bucolique. Une partie calme sur laquelle les passagers peuvent même prendre la barre.

Rapidement le bateau et ses passagers arrivent à l’approche de l’écluse de Vallabrègues, une construction quasiment au ras de l’eau de ce côté, mais impressionnante, sa présence, d’une rive à l’autre est incongrue. D’un côté la force de l’eau permet de réaliser de l’électricité et de l’autre se trouve un bassin de 190 m de longueur pour 12 de largeur et 14 en hauteur ! Une écluse qui permet donc de franchir, en un seul passage, l’important dénivelé du fleuve.

Après un contact à la radio et avec le feu vert de l’écluse, le bateau voit s’ouvrir devant lui les immenses portes du bassin. Les gestes du capitaine sont précis et efficaces à bord, mais dans l’équipage l’émotion et palpable, un vrai voyage dans un monde différent.

En une vingtaine de minutes, nous sommes bien descendus de 14 mètres. Les portes devant nous peuvent s’ouvrir pour la suite du périple. À droite d’énormes poteaux permettent aux gros navires de s’amarrer en patientant pour passer l’écluse. Çà et là des carrelets de pêche attendent pêcheur et poissons. Le débit est calme en cette saison, la navigation se poursuit vers Tarascon et Beaucaire.

Dans une lumière douce, le château de Tarascon, en rive gauche, dans les Bouches-du-Rhône, semble vraiment posé au bord du fleuve. Loin des voitures et de la ville, il semble aussi suspendu dans le temps. À droite, Beaucaire grimpe sur la colline d’où son château semble monter la garde. Ici Florent rappelle que la légende raconte encore qu’habitaient la Tarasque à Tarascon et le Drac à Beaucaire, de dangereuses créatures aquatiques.

Florent propose des ballades sur le Rhône avec ou sans passage d'écluse (photo Franck Chevallier / Objectif Gard)

Une bonne raison de faire demi-tour et de revenir sur notre sillage. En chemin, nous sommes alors « montant », nous croisons un gigantesque bateau de croisière. L’occasion de voir à quel point le fleuve et grand et large ici. Dans l’écluse l’Abeille Noire se fait petite derrière le mastodonte. En remontant sur Vallabrègues, nous croisons alors une grosse péniche qui est chargée de 2 500 tonnes de blé. L’occasion de voir des bateaux différents, sur un fleuve qui pendant des siècles, jusqu’à l’avènement du chemin de fer, a permis le transport d’énormes quantités de marchandises dans tous types de navires.

Joli panorama du château de Tarascon avec un grand bateau de transport (photo Franck Chevallier / Objectif Gard)

La balade est finie, il faut tourner les amarres et rejoindre la terre ferme. Toutefois, les balades continuent d’être organisées, elles font partie des rencontres proposées par la communauté de communes de Beaucaire Terre d’Argence. Leur programme varie en fonction du groupe de passagers.

Franck Chevallier

Infos et réservations auprès de la Maison du Tourisme et du Patrimoine 04 66 59 26 57.

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité