A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Port Camargue s’amuse

La traditionnelle fête du Port c'était samedi et la foule était au rendez-vous.

Les 1er et 2 juin derniers Port-Camargue a fêté ses 50 ans avec force manifestations. Samedi dernier se déroulait la traditionnelle fête du Port. L'occasion de revenir sur l'histoire de la formidable ascension qui fait de Port Camargue le deuxième port de plaisance au monde après San Diego en Californie.

Un projet inattendu et une ascension fulgurante

Ça c'était avant ! (photo D.R)

C'est en 1964, que s'amorce la phase de construction et d'aménagement du littoral languedocien grâce à la mission Racine. Le 4 juin 1969, le Grau-du-Roi va signer l'aménagement de son port de plaisance. Un port en mode XXL qui va devenir le plus grand d'Europe !

Le projet de la construction d'un port de plaisance n'était pas prévu par la mission Racine. Mais, l'existence de la digue de protection contre l'ensablement de la baie aux portes de la Camargue déclenche tout de même le projet. Le directeur de l'époque est désigné à main levée lors d' une réunion. Fou de nautisme, il passait par hasard... !

Port Camargue (photo Let's Grau)

L'architecte Jean Balladur s'est inspiré de la Floride. Il crée les marinas, villas sur l'eau, orientées côté mer : on amarre son bateau devant sa terrasse et la mer est partout. Le concept fait fureur.

Affluence et liste d'attente

Port Camargue (photo Let's Grau)

Port Camargue est prmier port de plaisance d'Europe et le 2e au monde derrière San Diego aux USA.
5 000 bateaux amarrés à l'année dont 2 760 en port public et 2 240 en marinas. 200 places sont réservées à l'escale. Le Port s'étend sur 172 hectares et 10 km de pontons et de quais. Le boum du nautisme dans les années 70, 80 et 90 a permis à Port Camargue de devenir le leader de la plaisance à l'international et de réaliser 8 millions d'euros de chiffre d'affaire en 2018.

Quarante six  personnes travaillent au sein de la régie autonome de Port Camargue. Un travail quotidien de gestion, entretien, surveillance, intervention, manutention, mais aussi de recherche d'optimisation et d'amélioration constante des services. Connaissez-vous le métier de Bosco ? Un job d'accueil sur l'eau pour guider les bateaux jusqu'à leur emplacement.

Et Port Camargue n'a pas fini d'attirer les plaisanciers : près de 500 personnes sont inscrites en liste d'attente pour obtenir une place au port, dont certaines attendent depuis plus de 15 ans... À 50 ans, Port Camargue n'a jamais été aussi actuel et son architecture avant-gardiste est labellisée patrimoine du XXe siècle.

Retour en images sur la fête

Fête de Port Camargue 2019 (photo journal du maire)

Nous sommes dans un port de Camargue et le Roussataïre (défilé de juments et de poulains) est là pour nous le rappeler. Chevaux et gardians en habits traditionnels ont défilé jusque devant la capitainerie pour le plus grand plaisir des touristes et des Graulens que le spectacle ne lasse pas.

Les parents gonflent et les enfants font la course (photo Véronique Camplan)

Quentin en maillot gris et son copain ont tous les deux 10 ans et sont en vacances avec leur parents. Le paddle, ils pratiquent depuis quatre ans et n'ont qu'un espoir : gagner la course du matin. Les parents gonflent les engins et prodiguent les derniers conseils à une progéniture confiante et gonflée à bloc, elle aussi.

La SNSM fait découvrir son bateau

Aidé par ses collègues des Saintes-Maries-de-la-Mer, la SNSM a fait découvrir son bateau et les passagers ont apprécié (photo Véronique Camplan)

La fête du port et son affluence est une bonne occasion pour les sauveteurs en mer, dont l'association ne vit que par les dons et qui sont tous bénévoles, de sensibiliser le public à leur action. Lors de la fête, ils ont offert des promenades en mer à bord de leur unité spécialisée dans le sauvetage. La SNSM des Saintes-Maries-de-la-Mer était venue leur prêter main forte. Le public était au rendez-vous et s'est rué sur le stand des sauveteurs, histoire de faire un don et d'emporter un souvenir.

Le feu d'artifice fait toujours l'unanimité (photo Véronique Camplan))

La première étoile dans le ciel a donné le top départ de la première fusée. Un feu d'artifice que certains ont trouvé modeste. Il a tout de même fait lever les têtes et battre les cœurs.

Ambiance et chorégraphie endiablée pour mettre tout le monde dans l'ambiance  (photo Véronique Camplan)

Un vrai bal populaire avait rassemblé une foule nombreuse sur l'esplanade de la capitainerie. La foule nombreuse a commencé par admirer les prouesses vocales et les chorégraphiques du groupe avant de se jeter dans la danse jusque tard dans la nuit.

Véronique Palomar Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité