A la uneActualitésCultureSociété

FAIT DU JOUR Des combattants au pied du château de Beaucaire

Brice Lopez, au premier plan, dans son dernier combat de gladiateurs (photo Acta)

Cela va faire une quinzaine d'années que la troupe de spectacle et d’animations historiques s'est installée au pied du très imposant château médiéval de Beaucaire. Ici toute l'année des spécialistes travaillent et s’entraînent durement pour une entreprise, Acta, qui est une référence dans son milieu.

À sa tête, Brice Lopez est un passionné de sport. Il a même représenté la France lors de la Coupe du monde 1998 de ju-jitsu à Rio. C'est en 2005 que cet ancien éducateur sportif venant de Nîmes se retrouve à Beaucaire. À ce moment-là, « je cherchais un site et celui Beaucaire était à l'abandon et correspondait complètement à mes besoins. C'est parfait pour réaliser un centre d'activités culturelles et sportif », explique Brice Lopez. Effectivement entre Rhône et château, le lieu est vaste et accessible pour des piétons, des voitures ou des bus.

Dans ses bureaux en centre-ville, le fondateur d'Acta nous explique qu'il vient en août dernier de raccrocher en réalisant son dernier combat de gladiateurs dans les arènes d'Arles. « Je laisse la place aux autres combattants d'Acta. J'ai 50 ans et ils sont plus forts que moi maintenant », argumente le gladiateur. Qu'il soit sous sa casquette de chef d'entreprise ou de gladiateur sa volonté est toujours la même : « Il faut être honnête. Honnête avec soi-même en se donnant les moyens de ce que l'on veut faire et aussi être honnête vis-à-vis du public », affirme le fondateur d'Acta.

Brice Lopez un acteur incontournable de l'animation historique (photo Acta)

Ainsi, il regrette de trop souvent voir des choses pas belles, fausses et même parfois dangereuses. Il explique que l'on peut faire de la reconstitution historique, de l'évocation historique ou du folklore. Le niveau n'est pas le même de l'un à l'autre. Le leitmotiv est le même : ne pas se mentir, ne pas mentir au public.

La médiation culturelle nécessite d'être exigeante pour être réussie. Ainsi Brice Lopez a inventé le concept de « ludo-pédagogique », en expliquant l'Histoire et en faisant ensuite une démonstration de sport. « Aujourd'hui, on produit et on joue du théâtre, mais on le dit. On explique tout au public », précise le natif de Narbonne. Depuis le début Acta travaille aussi dans la recherche dans son domaine, sur l'histoire du sport.

Actuellement Acta c'est une équipe resserrée autour de Brice. « Ma femme est une littéraire, ma fille est historienne, ma collaboratrice est archéologue. Moi, je suis sportif mais j'ai aussi passé une licence professionnelle de management de gestion des entreprises de sport et de loisirs. Nous nous devons d'être vraiment compétents dans ce que nous faisons », poursuit Brice Lopez.

Aujourd'hui Acta est donc une société de spectacle et d’animations historiques qui peut mettre en place des interventions aussi bien pour des soirées événementielles qu’en milieu scolaire ou sur des sites archéologiques. Entre la très petite entreprise et la PME, Acta c'est 10 à 12 équivalents temps plein.

Dotée d'un énorme matériel, la troupe dispose notamment de 10 équipements de gladiateurs. Elle est capable de créer une machine de guerre médiévale, de produire un film, des expositions de références. Cet été, 15 comédiens, 12 gladiateurs et 5 permanents étaient présents. En juillet Acta a réglé 50 000 € de cachets. L’objectif reste de mettre l'histoire et le patrimoine en valeur avec la culture et le sport. Faire du sur-mesure, avec des expositions, des propositions à l'exigence du site, en faisant rimer qualité et pédagogie.

Depuis plusieurs années maintenant les domaines de compétence de l'entreprise beaucairoise s’étendent des jeux olympiques antiques, au théâtre romain, en passant par le phénomène de la gladiature et de la légion romaine jusqu’aux duels du Moyen-âge. Quelles que soient les époques et les disciplines, l'équipe sur place va démontrer la cohérence de sa démarche. Que ce soit d’un point de vue historique ou d’un point de vue pédagogique. À la clé des démonstrations et des ateliers impressionnants. De quoi faire rentrer le public dans l’Histoire.

Pour les prochaines années, Acta et Brice Lopez fourmillent de projets : « Je travaille avec des communes communistes, comme Arles, ou Rassemblement national, comme Beaucaire. Moi je suis avant tout un chef d'entreprise. Les communes sont des partenaires. L'idéal étant toujours de pouvoir travailler avec honnêteté ».

C'est dans cette optique qu'il veut réussir à mettre en place avec la communauté de communes Beaucaire terre d'Argence, une brochure avec la mise en place d'un cadeau pour ceux qui reviendront à Beaucaire. « Chez nous, de mars à juin nous voyons passer quelques 7 000 à 8 000 enfants en voyage scolaire, venant du monde entier. Ce sont des prescripteurs dont il faut absolument tenir compte », soutient le Beaucairois d'adoption.

À l'approche des prochains JO, à Paris en 2024, Acta est aussi en train de travailler pour se rapprocher de structures fédérales comme celle concernant le pentathlon moderne. « Notre idée est toujours de réaliser des transitions entre hier et aujourd'hui, tout en solidifiant notre structure », précise Brice Lopez.

L'après-midi de notre rencontre Brice Lopez a rejoint son équipe. Au programme du tir pour travailler, s’entraîner et comprendre son évolution ; du tir à l'arc à celui au pistolet. Il continue aussi à s'implanter sur la façade atlantique, va recevoir le livre Gladiateurs (Éditions Totem) qu'il a écrit avec sa femme, Sonia Poisson-Lopez, et sa fille, Méryl Ducros.

Inutile de dire qu'il a encore mille et mille projets en tête. Dans ses souvenirs, se retrouver à Olympie en Grèce, sur le site des tout premiers jeux de l'histoire, figure en bonne place. Une consécration hors du commun.

Franck Chevallier

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité