ActualitésSociété

NÎMES Avec « Les Anîmois », les animaux nîmois sont rois

Sophie Roulle, adjointe à la Ville de Nîmes en charge de la redynamisation de l'Écusson et Valérie Serres, gérante de la boutique "Les Anîmois" (Photo Corentin Corger)

Ouverte depuis juin, la boutique "Les Anîmois", située sur le boulevard Gambetta de Nîmes est spécialisée dans la vente d'articles animaliers et propose différents services à domicile. Ce samedi midi, c'était l'heure de l'inauguration officielle !

De plus en plus de gens habitant au centre-ville de Nîmes possèdent des animaux. Il n'est pas toujours évident de se déplacer en périphérie à Jardiland ou Truffaut pour aller acheter croquettes et vermifuges. Tous ces produits et accessoires (niches, jouets, laisses) sont disponibles depuis juin dans la boutique "Les Anîmois", située au nord de l'Écusson sur le Boulevard Gambetta. "L'animal en centre-ville prend une place importante", souligne Sophie Roulle, adjointe au maire en charge de la redynamisation de l'écusson.

Cela se ressent également dans la rue où Nîmes fait figure de mauvais élève au niveau de l'hygiène. La cité des Antonin est classée 39e sur 42 communes parmi les pires en terme de gestion des animaux en centre-ville, d'après un classement établi par "30 millions d'amis", en 2019. Un problème dont l'élue prend conscience : "nous réfléchissons avec Bernard Angelras (NDLR : délégué à la propreté urbaine) pour réaliser une campagne de communication et sensibiliser les propriétaires de chien." 

La boutique Les Anîmois est ouverte depuis le mois de juin (Photo Corentin Corger)

Outre sa boutique, Valérie Serres propose de nombreux services. Notamment de l'aide à domicile pour s'occuper et balader les animaux domestiques. Un service qui bénéficie d'un crédit d'impôt mais seulement pour une frange de la population et dont la gérante veut ouvrir à tous. "La loi est discriminante car le remboursement à 50% concerne seulement les personnes dépendantes (longue maladie, handicap, personnes âgées). Il devrait être accordé à tout le monde", alerte la gérante de "Les Anîmois". Pour porter son combat, elle a fait appel à Loïc Dombreval, député des Alpes-Maritimes à l'initiative avec 239 parlementaires d'une proposition de loi pour en finir avec l'abandon des animaux.

Un cimetière animalier ?

Tant qu'elle n'aura pas de réponses concrètes, Valérie est prête à poursuivre sa lutte. Cette dernière propose également le transport d'animaux, le dressage pour les chiens truffiers et l'accompagnement funéraire. "Pourquoi pas créer un cimetière animalier autour de Nîmes, il y a un vrai besoin. Et cela représente une manne financière non négligeable pour l'économie locale", explique-t-elle pour des familles qui n'ont souvent pas d'autres choix que de se tourner vers des services d'incinération.

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité