ActualitésSociété

BAGNOLS Les pompiers font de la médiation pour contrer les incivilités

Le lieutenant Sébastien Roger a présenté la cellule de médiation urbaine du Sdis devant un parterre d'élus et de représentants de la préfecture vendredi après-midi à Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Des agressions verbales, parfois physiques ou encore des caillassages : depuis plusieurs années, les pompiers sont régulièrement victimes d’incivilités. Face à ce constat, les soldats du feu ont monté une cellule de médiation urbaine, créée en 2017 à Nîmes et qui démarre tout juste à Bagnols, Pont-Saint-Esprit et Uzès.

Le commandant Eric Agrinier, responsable du groupement communication, citoyenneté et volontariat, dans lequel est intégrée cette cellule départementale, date le début des incivilités envers ses collègues dans le département au « début des années 2000, à Nîmes. » Depuis, ces comportements se sont multipliés « sur l’ensemble du département », note-t-il.

En réaction à ce déplorable phénomène, la cellule de médiation urbaine a été montée, et était présentée vendredi à Pont-Saint-Esprit. Chapeautée par le lieutenant Sébastien Roger, elle regroupe des sapeurs-pompiers professionnels comme volontaires formés, familiers des secteurs dans lesquels les problèmes d’incivilités se produisent. Régulièrement déployés dans les quartiers sur leur temps de repos, ils ont pour but de faire connaître les missions des pompiers, de valoriser l’image de leur profession ou encore de « faire descendre la pression », selon les termes du commandant Agrinier, en allant « déminer » des événements et périodes à risque.

« Par exemple, les feux de voitures le 31 décembre, poursuit-il. Ce type d’actes a nettement régressé, notamment dans les ZUP de Nîmes. Il y en a eu trois l’année dernière, c’est toujours trop mais c’est sans commune mesure avec les années précédentes. » C’est aussi le fruit de ce travail, qui a notamment consisté à expliquer la dangerosité d’un feu de voiture, qui n’était pas évidente pour tout le monde.

Voilà la clé de cette médiation, la pédagogie : « Il y a deux ans, à la création de la cellule, il fallait tout créer, rembobine le lieutenant Roger. Je suis allé au contact de la population, et je me suis aperçu qu’il y avait un manque d’information sur notre travail et nos missions, j’étais identifié comme un policier. » Après un travail dans les quartiers avec les associations et les établissements scolaires, « on constate que les incivilités reculent », poursuit-il.

Dès lundi, trois médiateurs des pompiers vont démarrer à Bagnols et Pont-Saint-Esprit, puis à Uzès. Avec une mission résumée par le lieutenant Roger : « dialoguer, la rupture est due à un manque de dialogue. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité