A la uneActualitésSociété

GARD Les CFA de la CCI font leur rentrée solennelle

Le CFA de Marguerittes fête ses 20 ans (Photo Anthony Maurin).

C'était en 1999, il y a tout juste 20 ans. Deux décennies pendant lesquelles le Centre de Formation d'Apprentis de Marguerittes, comme le regard qu'on lui porte depuis, ont bien évolué.

Pour cette rentrée solennelle, les sites gardois d'Alès, le matin et de Marguerittes l'après-midi, étaient à l'honneur. Le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie Gard, Éric Giraudier était là le matin mais a dû s'absenter pour une réunion CCI France à Paris ce lundi soir.

Une rentrée solennelle accompagnée des 20 ans du CFA et d'une inauguration des ateliers mécanique. Salle comble. Pour Bernard Michel, directeur du lycée de la CCI et expert en formation pour la chambre consulaire, " Cette rentrée est importante aussi bien pour vous que pour nous ! Depuis 20 ans, nous avons formé, à quelques unités près, environ 18 000 apprentis à Marguerittes. Si l'on ajoute Alès, on arrive à près de 27 000 ! "

Salle comble pour cet anniversaire et cette rentrée solennelle (Photo Anthony Maurin).

C'est dire l'importance qu'a pris l'apprentissage dans un monde où le chômage touche de plus en plus de jeunes. Les diplômes " morts " des facultés ne fait plus le poids face aux qualifications sérieuses des métiers manuels. À l'heure du chômage de masse, apprendre un vrai métier, pratique, est un bon moyen de ne pas connaître la crise et de passer entre les gouttes en exerçant une profession que l'on aime. Ici, plus de 1200 entreprises sont partenaires du réseau.

Devant le bâtiment construit par Gilles Perraudin, les étudiants posent pour l'immortalité (Photo Anthony Maurin).

Car oui, dans l'apprentissage il y a des dizaines de solutions ! Depuis 20 ans, le CFA de Marguerittes a permis une formation pour plus de 30 diplômes et brevets. Cinq de plus sont à mettre à son actif cette année (deux BTS, deux BP et un bac+2). Le territoire a besoin de cette main d'oeuvre car elle fait défaut.

Bernard Michel, directeur du lycée de la CCI Gard (Photo Anthony Maurin).

Si le 19 octobre 1999 le CFA accueillait 750 apprentis par an, en 2019, la barre des 1 200 est franchie. " Le CFA n'est plus une voie de garage. La Région soutiendra toujours cette démarche car c'est un secteur valorisant qui promet un bel avenir et peu de chômage " comme l'a soulignée Monique Novaretti, élue régionale. Avec 85 % d'embauche dans les trois mois qui suivent la sortie du CFA, une chose est sûre, c'est qu'il est bien plus aisé de trouver un job à la sortie du CFA qu'à la sortie de la fac.

Il y a 20 ans, quelques oliviers et des lapins de garenne ont laissé la place au CFA que l'on connaît aujourd'hui (Photo Anthony Maurin).

En 20 ans, le CFA n'a cessé de grandir, de s'accroître et de proposer aux jeunes locaux (ou pas) de nouvelles formations en adéquation avec les demandes du marché du travail. Pour finir et pour illustrer cette expérience, quatre anciens du CFA ont témoigné devant l'assemblée. Audrey, Jean-Baptiste, Julien et Bertrand, quatre parcours de vie, quatre réussites professionnelles issues d'un parcours professionnel.

Alors ? Alès ou Marguerittes ? Deux choix, deux ambiances, deux solutions aux enjeux majeurs de l'économie locale.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité