Faits Divers

GARD Il passe avec une carabine devant le collège : les gendarmes emploient les grands moyens

Il s'agissait d'un jeune qui voulait essayer sa carabine à plombs dans la garrigue.

Les forces de gendarmerie se sont déplacées très rapidement et en nombre, mardi en début d'après-midi, près du collège de Sommières.

Les militaires avaient été alertés par du personnel de l'établissement scolaire concernant un individu qui se promenait armé devant le collège. Dans le contexte actuel, l'appel était pris très au sérieux et tous les équipages de la compagnie de gendarmerie ont été mobilisés pour se rendre dans le secteur à la recherche du curieux personnage.

Rapidement retrouvé, ce jeune essayait simplement sa carabine à plombs dans la garrigue. Il aurait eu la peur de sa vie en voyant débouler autant de gendarmes. Une fausse alerte, mais un vrai et imposant dispositif envoyé sur place.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

7 réactions sur “GARD Il passe avec une carabine devant le collège : les gendarmes emploient les grands moyens”

  1. Les enseignants du collège de Sommières sommes choqués par le caractère erroné de ce récit des faits!! 《Une fausse alerte》!!?????
    Trouvez-vous normal qu’un individu se déplace avec une arme autour d’un établissement scolaire???
    Trouvez-vous normal de banaliser et minimiser le fait qu’un mineur ait osé sortir dans la rue avec une carabine à plomb?
    Trouveriez-vous normal que votre enfant rentre de son établissement scolaire le soir en relatant qu’un individu se trouvait devant les grilles du collège avec une arme? En tant que parent que feriez-vous? Que penseriez-vous? L’article n’évoque pas ce qu’ont pu pensé ou ressentir tous les jeunes adolescents (entre 11 et 15 ) témoins des faits…. on peut se promener dans la rue avec une arme? Et s’il tire? Comment connaître ses intentions? Où est la limite de ce qui est permis ou pas?
    L’article se concentre sur l’impressionnant dispositif militaire… Hollywood à Sommières c’est sûr cela pourrait faire sensation!
    《Il aurait eu la peur de sa vie 》Sensationnel encore! Nous vous remercions pour l’emploi du conditionnel mais la prudence semble encore insuffisante de la part de l’auteur à qui l’on recommande le soin de vraiment s’informer (croiser plusieurs sources d’informations) et analyser les faits afin que les faits divers ne soient pas un indécent récit de distraction mais fassent au contraire l’objet d’une réflexion citoyenne et responsable.

  2. Par déformation professionnelle sans doute vous considérez le journaliste comme un de vos élèves et son article un devoir a corriger bâclé. Etes-vous donc une enseignante irréprochable pour faire une leçon de journalisme ? Nul n’est parfait.

    1. Nous ne donnons pas de leçon
      Nous rétablissons la vérité et souhaitons qu’elle doit dite.
      Sachez monsieur que tout le corps enseignant est solidaire de ce droit de réponse. Enfin renseignez-vous sur les derniers évènements de la journée au collège.
      Cordialement

  3. Inutile de préciser Mesdames et Messieurs que le corps enseignant est solidaire puisque en préambule de votre droit de réponse vous le signifiez. Excusez du peu mais vos critiques s’apparentent plus a une leçon de journalisme qu’un simple communiqué. Vous voulez rétablir la vérité… donc pour vous le journaliste a menti ou bien ses sources d’ informations ( police , témoins) n’étaient pas crédibles. Avez-vous peur de dévoiler publiquement des faits dont vous avez connaissance pour me demander de me renseigner sur des évènements survenus en fin de journée? Le reporter précise dans le contexte actuel ce qui sous-entend une atmosphère anxiogène liée aux attentats . Oui c’est une fausse alerte en ce sens où il s’avère que ce jeune inconscient de part son attitude idiote n’avait pas de mauvaises intentions . Il n’en demeure pas moins que cette situation a entrainé l’ activation du principe de précaution . A vos nombreuses interrogations moi aussi je m’en pose du genre : a-t-il tiré sur le collège? a-t-il orienté sa carabine vers les élèves et les enseignants? a-t-il tenté de pénétrer dans le collège ? a-t-il proféré des menaces ? a-t-il braqué des passants ?avait- il le visage masqué ? Sa présence avec son fusil a crée une peur panique légitime tout comme lui a eu la peur de sa vie face aux forces armées . Espérons pour son avenir que ses parents le recadrent . Cordiales salutations au corps enseignant … aux journalistes également.

  4. Pardon mais il me semble en effet que le collège n’est pas situé en pleine garrigue et que l’arme qui plus est à été volée. Tout est donc normal ? Cela dit, de là à alerter le GIGN il y a peut-être de la marge, toujours est-il qu’il ne faut pas tourner des faits sérieux en dérision et qu’il est important d’informer correctement la population.

  5. Qui sont donc les défenseurs de ce gratte-papier sans source ni recul qui se permettent de remettre en cause les propos d’une fonctionnaire d’état qui est présente chaque jour au sein de cet établissement en proie à une violence croissante?
    Honte à vous ceux qui banalisez le fait qu’un mioche se ballade avec une arme à feu en toute tranquillité!
    Je suis ravie qu’il ait eu la trouille de sa vie. Espérons qu’il ne recommence pas.
    Les grands moyens ont été employés, certes mais à juste titre au vu de ce dont tout le monde peut témoigner.
    Il vous est aisé, du fond de votre canapé de ne pas voir ce qu’il se passe au quotidien.
    Le « journaliste » semble minimiser ce qui paniquerait n’importe qui . Du moins n’importe qui normalement constitué ou éduqué.
    Cette enseignante ne fait que souligner avec fougue que le manque de sérieux et d’information de ce scribe, donne raison à la liesse croissante qui tape sur le policier.
    Aujourd’hui, rien n’est à minimiser.
    Nous ne pouvons qu’accepter que cette personne ne souhaite que rétablir la vérité dont elle est la première victime chaque jour.
    Chers cracheursurtoutcequibouge, n’aurez-vous pas honte de pleurer en chœur avec les futures vraies familles victimes de petites frappes qui terrifient jusqu’à nos plus tranquilles campagnes?
    Remettons les choses en place , et un peu de tenue et de bon sens s’il vous plaît

  6. MM: Libre à moi de penser et d’écrire ce que je ressens sans m’abriter derrière un collectif de pétochards. Le cracheursurtoutquibouge ( mieux que baver comme vous ) vous adresse depuis son canapé un gros bisou pour calmer votre hystérie. Je vous souhaite une bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité