A la uneCulture

MERCREDI CULTURE Anne Collod recrée danses et émotions

Moving Alternatives sera à voir les 6 et 7 novembre prochains au théâtre Bernadette Lafont à Nîmes.

Danseuse et chorégraphe, Anne Collod travaille à une histoire vivante de la danse. Elle recrée des pièces chorégraphiques et met en jeu le travail collectif, l’être ensemble. « Je propose ce spectacle à partir des traces des œuvres laissées par deux chorégraphes états-uniens du début du XXe siècle, Ruth Saint-Denis et Ted Shawn, très novateurs en leur temps. Le travail commence par un déchiffrage de partitions, écrites dans un système d’écriture qui s’appelle la cinétographie Laban, qui me permet de recréer des chorégraphies. Puis nous proposons différentes interprétations de ces œuvres que nous mettons en relation avec les enjeux sociétaux et politiques dans un esprit de friction entre le monde d’hier et celui d'aujourd’hui », note Anne Collod.

Ce couple de chorégraphes états-uniens est allé chercher son inspiration notamment dans les danses d’Asie du sud et de l’Inde. Ce sont ces dernières qu'Anne Collod a choisi de recréer. Elles portent le fantasme de l’exotisme et du féminin des USA du siècle dernier. Ruth Saint-Denis travaille sur les représentations de la féminité, son lien au mystique, avec une dimension spectaculaire car ces pièces étaient jouées au music-hall.

« Les danses de Ruth Saint-Denis jouent sur l’ornementation des gestes des mains, sur les adresses au public notamment par les regards. Dans une forme qu’elle voulait à la fois, sensuelle et spirituelle » Ted Shawn, lui, travaille à une représentation très virile des hommes. «Tous ces stéréotypes sont encore très présents aujourd’hui et c’est important de les interroger ! », ajoute Anne Collod.

Les six danseurs et danseuses sont très investis dans le projet. Anne a voulu que les femmes aussi bien que les hommes interprètent les danses de Ted Shawn, bien qu’au siècle dernier seuls les hommes dansaient dans ces pièces. Six, c’est aussi un groupe, un collectif éphémère qui se réuni autour d’un projet. « Je voulais de la pluralité dans les points de vue et dans les réactions des interprètes. Chacun a un parcours différent. Il était nécessaire à mes yeux de déconstruire les points de vue de ce couple américain. »

Cette réinterprétation critique de ces danses permet surtout de les aborder via de multiples voies. « C’est comme une investigation par le corps, une expérience de vie, un autre regard. Les costumes reprennent et détournent des éléments proposés par les chorégraphes sans chercher à être authentiques, les lumières, la musique et la scénographie réinventent un espace contemporain pour accompagner le regard sur ces danses du passé. J’ai vraiment voulu travailler les points de vue et les histoires subjectives », conclut la danseuse et chorégraphe.

Durée 1h10, tarifs 22 euros, 20 euros ; 13 euros, 9 euros. Acheter son billet ici.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité