A la uneActualitésCulture

AIGUES-MORTES Écran Libre 2019 : rencontres

Les projections se succèdent et le jury est attentif et concentré (photo JMA)

Le Festival international du court-métrage d’Aigues-Mortes, organisé comme chaque année par l'AGEPT, ce sont trois jours de projections pendant lesquels le jury ne chôme pas puisqu'il a la lourde tâche de visionner plus de 40 courts métrages. Nous sommes allés à la rencontre de membres éminents du jury de professionnels et avons également pu recueillir les impressions d'un juré cinéphile amateur. 

Pour ceux et celles qui visionnaient les courts métrages, peu de temps libre, juste quelques minutes entre deux projections, un débat ou une table ronde. Malgré un emploi du temps chargé, tous ceux que nous avons sollicités nous ont répondu avec gentillesse. Tous sous le charme de la qualité du festival et de la magie de l'endroit.

Impression d'un jury éclectique et de qualité, à l'image de la programmation

Alban Aumard sur un nuage

Alban Aumard Écran Libre 2019 (photo JMA)

Les fans l'auront reconnu, il est Gary dans "Un si grand soleil" la série de France 2 . Et le moins que l'on puisse dire c'est que pour le comédien le baromètre est au beau fixe. "J'avais fait beaucoup de théâtre avant mais c'est vrai que la série a été un vrai tournant dans lia carrière".  "Gary Legrand a d'abord été un rôle satellite puis il a pris de l'importance et je suis devenu populaire", constate Alban Aumard. Amusé, il pointe, " il est vrai que mon personnage est sympathique, ça doit être plus compliqué pour ceux qui jouent les méchants". Une autre raisonne se réjouir, les conditions d'un tournage délocalisé dans les nouveaux studios de France 2 à Montpellier. "On a des moyens incroyables, les studios sont super, explique Alban qui est aussi heureux de tourner partout dans la région. Un territoire qu'il apprend à aimer et à connaître puisque lundi, il se rend aux Saintes Marie de la Mer pour vivre la grande abrivado de fin de saison.

A propos du festival, il déclare "Ce festival est d'une grande qualité, les courts métrages en compétition sont tous différents par les thèmes traités et les styles mais ils sont vraiment en prise directe avec les problème sociétaux et politiques." Mais il n'en dira pas plus sur ses préférences avant l'annonce du verdict.

Eva Darlan comédienne, écrivain et artiste engagée

Éva Darlan Écran Libre 2019 (photo DR)

On ne présente plus Éva Darlan tant sa filmographie et son palmarès au théâtre sont époustouflants. Aujourd'hui, l'artiste est toujours sur tous les fronts, elle termine l'écriture d'un livre qui va sortir très prochainement. Bientôt aussi nous la retrouverons au théâtre sur une grande scène parisienne "mais je ne peux pas vous en dire plus pour l'instant", s'excuse la comédienne. Ce qu'elle peut révéler c'est sa participation à la nouvelle série de France 2 "Faites des gosses", "elle est un peu dans l'esprit de  "Fais pas si, fais pas ça", situe Éva.

Heureuse d'être invitée, elle ne manque pas de faire remarquer, que l'événement est la preuve  "qu'il peut y avoir de grands festivals dans de petites villes". Beaucoup de films et le sentiment d'apprendre des choses, sur des sujets qu'elle ne connait pas vraiment. Et de conclure qu'elle va prendre le temps de visiter Aigues-Mortes qu'elle ne connait pas, puisqu'elle y vient pour la première fois.

Roger Cornillac en terre connue

Roger Cornillac Écran Libre 2019 (photo Véronique Camplan)

Roger Cornillac, comédien et metteur en scène, n'est autre que le père de Clovis. Si il est moins dans la lumière que son célèbre fils, c'est avant tout une question de choix. "Je ne fais que du théâtre subventionné, c'est un choix", déclare-il. Le choix de ne pas dépendre des modes ou du système. "Aujourd'hui la mise en scène prend le pas sur le jeu des acteurs, déplore Roger Cornillac. "On veut à tout pris des mises en scène grandioses, résultat, on passe à côté de l'essentiel, on en fait une histoire de pognon au détriment des acteurs. "Je pense qu'une mise en scène réussie est celle qui met en valeur les acteurs et qui est invisible."

Habitué d'Aigues-Mortes et de ses festivals où il est venu une quinzaine de fois, il se réjouit de l'invitation. "Dès qu'il y a une possibilité d'expression il faut l'encourager" affirme Roger Cornillac avant désister à une table ronde.

Gilles Paris écrivain "Césarisé" 

Gilles Paris Écran Libre 2019 (© Étienne  Perro)

Gilles Paris écrit, son genre préféré les nouvelles et son public favori, la jeunesse. Il y a plus d'une dizaine d'année, il écrit "autobiographie d'une courgette". En 20017, Claude Barras en fait un film d'animation, "Ma vie de courgette", qui obtient deux Césars, celui de la meilleure adaptation et celui du meilleur film d'animation. Une expérience que Gilles Paris n'est pas prêt à oublier. "Les films d'animations étaient un genre que je ne connaissais pas et j'étais un peu réticent. J'ai collaboré avec Claude Barras et quand j'ai vu le résultat, l'adaptation m'a parue comme une évidence".

Gilles Paris vient au festival Écran libre pour la première fois. "J'adore écrire des nouvelles et je pense que le court métrage est au cinéma, ce que la nouvelle est à la littérature. J'ai visionné huit films et ils abordent tous des sujets que nous rencontrons dans la vie. Pour l'instant je trouve la sélection d'une grande qualité, c'est une très belle programmation". 

Gilles Paris avoue être un solitaire qui sort peu. Écrivain, c'est un métier où l'on est seul, non ? Interroge-t-il comme on recherche une approbation. "Cela fait des mois que je n'ai pas vu autant de monde." Mais cet auteur qui avoue trouver son inspiration dans sa tour d'ivoire se réjouit tout de même de cette agitation passagère riche de découvertes de tous les instants.

Jean-Marie Amoros, cinéphile et disponible

Jean-Marie Amoros Écran Libre 2019 (photo DR)

Jean-marie Amoros, attaché de presse depuis 25 ans à Paris a suivi son épouse dans le Sud de la France il y a peu. "Je suis cinéphile, j'ai même créé un site Internet sur le cinéma. Je suis disponible en ce moment, alors j'ai mis mon temps libre et mes compétences au service de l'association". Jean-marie assure donc la communication du festival et a pris place au sein du Jury d'amateurs. À mi-parcours du festival il a visionné une bonne trentaine de films. "Tous les sujets sont forts et tous les traitements différents. Tous abordent des problèmes politiques où sociétaux dont les point de vues varient, fait remarquer le cinéphile. C'est la première fois que je participe à un jury. À Écran libre, amateurs et professionnels délibèrent chacun de leur côté", précise-t-il. Et de faire remarquer, "je pense que c'est mieux, nous avons forcément un regard différent."

Pour obtenir un prix, il faudra donc séduire les deux jurys et se confronter au vote de public. À l'heure où nous publions ces lignes, les dés sont jetés. Les résultats bientôt.

Véronique Palomar Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité