A la uneActualitésSociété

TOROS Un livre sur la despedida de Juan Bautista

Dans la poussière, la lenteur et la classe de Juan Bautista (Photo Anthony Maurin).

Le souvenir de la corrida goyesque d'Arles, la dernière corrida pour laquelle le matador de toros arlésien Juan Bautista s'est vêtu de lumières (pas tout à fait mais ne chipotons pas!), est encore frais mais avant qu'il ne s'estompe, un livre-photos va vous permettre de vous remémorer les meilleurs moments de la tarde.

Ce bel ouvrage, semblable dans l'idée à celui qu'avait fait l'équipe de Toronautes en 2016 sur la corrida costumée d'Enrique Ponce, sera un cadeau personnel et/ou un cadeau à offrir de bon cœur. Il est vrai que la goyesque est une des plus belles courses de la décades en cours et qu'il ne fallait pas laisser passer l'occasion.

Retour en images... et en textes

Pour ce nouveau défi, l'équipe d'Oh La La, le joli petit magazine culturel (gratuit) s'intéressant à la vie du triangle d'or Arles, Nîmes et Alès (en faisant un détour par Avignon) a fait intervenir Juan Bautista himself pour un peu d'écrit. Julie Zaoui, journaliste à La Provence à Arles, s'est quant à elle occupée du reste des textes. Pour les photos, là aussi rien n'a été laissé au hasard. Isabelle Dupin, Daniel Chicot, Laurent Deloye, Christine Nuel, Alexandre Blanco et votre serviteur ont fourni leurs clichés que la petite équipe a ensuite sélectionné et mis en page afin que le fil de la corrida complète soit respecté. Tous les angles, toutes les sensibilités, tous les goûts...

Adieu maestro (Photo Anthony Maurin).

Qu’importe si la piste des arènes est entièrement recouverte de jaune, couleur que les aficionados savent bien rangée dans le vestiaire des superstitions des toreros. Quand sortent du long couloir sous l’amphithéâtre, et les applaudissements, Juan Bautista et Enrique Ponce, le public est heureux, même s’il redoute ces adieux depuis qu’ils ont été annoncés, il y a presque un an jour pour jour, au matin de la Goyesque 2018.

Ce soir du 7 septembre, après sa seule et unique corrida de la temporada 2019, Juan Bautista va ranger les zapatillas… Pour cette Goyesque exceptionnelle, la Fondation Van Gogh a accepté de styliser l’oeuvre du maître hollandais, et l’ombre de ses réputés tournesols occupe le centre du ruedo. Trois heures et quinze minutes plus tard, le soleil s’est couché, éteignant les tournesols. La corrida a été grandiose. Enveloppant tout un chacun dans une bulle d’amour et d’émotions.

Format : 24x 30 cm – 96 pages brochées, reliure dos carré cousu – Couverture avec rabats - Parution : Décembre 2019 contre 25 euros plus les frais de port estimés à 7,5 euros.

À quelle adresse ? Le chèque sera à mettre à l’ordre de OH LA LA et encaissable à l’expédition. Le bon, ou sa photocopie, est à adresser accompagné du règlement à OH LA LA, 22 rue Notre Dame 30000 Nîmes.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité