ActualitésSociété

NÎMES Un bilan positif pour la crèche à vocation d’insertion professionnelle

Martine Greenaway, directrice de la crèche Rangueil, Mikaele Bardin, directrice assistante sociale de la CAF et Catherine Divers, conseillère Pôle emploi (Photo Corentin Corger)

Il y a un an et demi, la crèche Rangueil de Nîmes accueillait le dispositif Avip, à vocation d'insertion professionnelle. L’établissement a tiré un premier bilan de ce projet qui a bénéficié à 18 familles dont trois parents ont pu trouver un emploi.  

En mai 2018, la crèche Rangueil était la première à Nîmes à adhérer au dispositif Avip qui fait partie d'une stratégie nationale de la lutte contre la pauvreté. Une crèche à vocation d'insertion professionnelle afin de permettre, le plus souvent à des mamans seules, de se dégager du temps pour passer son permis, se rendre à Pôle Emploi et à terme trouver une activité rémunérée. Fin novembre, c'était l'heure de dresser un premier bilan pour Martine Greenaway, directrice de l'établissement : "c'est plutôt positif. On a senti les personnes vraiment motivées, aucune n'a rompu le contrat. Ces mamans ont vraiment pris conscience qu'elles étaient favorisées et de la chance qui leur était donnée." 

Avec cet accompagnement global, le parent dispose d'un accueil personnalisé pour son enfant de moins de trois ans et d'un véritable suivi dans son projet professionnel qui prend en compte l'ensemble des obstacles qu'il peut rencontrer dans sa recherche d'emploi. Ce dispositif Avip se matérialise par la signature d'un véritable contrat tripartite entre le parent, Pôle emploi et la crèche. La personne est accompagnée d'un conseiller Pôle emploi et d'un référent social qui intervient également pour l'accès aux droits, le logement ou encore la santé.

18 familles en ont déjà bénéficié

Un dispositif très utile pour les familles monoparentales quand la difficulté d'accès à un mode d'accueil pour l'enfant est souvent un des principaux freins à l'emploi. "On a vraiment aidé ces familles. Certaines n'auraient même pas imaginé avoir une place à la crèche", constate la directrice de l'établissement. En effet depuis l'application de cette charte sur la crèche Rangueil, 18 familles en ont bénéficié pour près de 9 500 heures d'accueil des enfants. Même si les mauvaises langues diront que c'est une goutte d'eau, ce sont déjà trois personnes qui ont obtenu un CDD, six qui ont suivi une formation et deux ont intégré un chantier d'insertion. Les sept autres familles viennent de débuter le processus.

Image d'illustration (Photo DR)

L'accord dure en général six mois mais peut être prolongé pour une durée total d'un an maximum. Une véritable aubaine pour ces mamans, principalement, en recherche d'emploi qui profitent d'un coût horaire faible compris entre 27 et 50 centimes d'euros pour les couches, le repas et le goûter. "L'enfant revient plus cher à la maison", assure Martine Greenaway. Et si le parent a trouvé un emploi, il conserve sa place à la crèche jusqu'à ce que son enfant intègre l'école. Des têtes blondes qui arrivent en général autour de 15 mois. Grâce à cet accès à la crèche, un processus de socialisation est déjà engagé avant de rentrer en maternelle.

Actuellement, sur les dix places réservées à Rangueil, sept sont pourvues. Outre Nîmes et le centre Sidscavar à Rochefort-du-Gard, qui regroupe huit crèches, d'autres dispositifs Avip pourraient bientôt être signés dans le Gard. Les établissements de Vauvert, Beaucaire ou encore le Vigan sont en réflexion, de quoi proposer cette aide non négligeable sur l'ensemble du territoire.

Corentin Corger

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité