ActualitésSociété

VERS-PONT-DU-GARD Un livre blanc pour faire avancer l’économie sociale et solidaire

Une dernière réunion s'est déroulée au Pont-du-Gard concernant l'économie sociale et solidaire (photo DR)

Depuis 2018 le département du Gard s'est engagé dans l'élaboration d'un livre blanc pour faire connaître, faire développer et faire appliquer des solutions concernant l'économie sociale et solidaire (ESS). Ce jeudi 28 novembre, une dernière rencontre s'est déroulée au Pont-du-Gard, pour faire le point sur les ateliers thématiques et les travaux de concertation du printemps 2019.

Cette rencontre autour de la construction du livre blanc de l'économie sociale et solidaire a rassemblé plus de 80 personnes. Bérengère Noguier, conseillère départementale déléguée à l'économie sociale et solidaire, Monique Novaretti, représentante de la région Occitanie Midi-Pyrénées, Denis Verdier, vice-président de la chambre régionale d'économie sociale et solidaire ont, à tour de rôle, rappelé tout le potentiel de l'ESS sur ce territoire.

Comme l'a souligné Bérengère Noguier : « Notre département est le 5e plus pauvre de France, en même me temps, nous sommes l'un des départements les plus dynamiques en matière d'ESS. Cette alternative économique doit être mieux valorisée sur notre territoire, car elle propose de vraies solutions qui fonctionnent et répondent aux besoins des Gardois notamment dans tous les projets qui laissent part à la dimension environnementale ».

Pour Monique Novaretti, conseillère régionale, « Ce mode de gouvernance innovant et durable est devenu un secteur économique à part entière qui concerne plus de 12 % de l'emploi régional. Le plan régional a pour objectif d'approfondir et favoriser l'appréhension d'emploi durable non délocalisable et de garantir une redistribution plus équitable des recettes ». Denis Verdier, vice-président de la chambre de l’économie sociale et solidaire, affirmera pour sa part que « Ce qui est sidérant, c'est que l'ESS n'est pas enseignée. On ne parle pas du mouvement coopératif en France alors que l'un des piliers du monde financier, celui des banques, est en grande partie tenu par des coopératives. L'ambition de notre démarche est de faire remonter les infos pour mieux communiquer sur cette économie et sur les hommes et des femmes qui la composent ». Une aberration pour les différents intervenants.

Après la présentation de l'ESS de manière globale et au niveau du département, l'assistance a pu ensuite contribuer à la réflexion engagée au travers d'idées écrites sur des post-its qui seront traités lors des prochaines étapes de finalisation du livre blanc. Un débat de plus d'une heure s'est donc ensuite engagé entre la salle, composée notamment d'acteurs de l'ESS, et les intervenants.

En amont de cette rencontre, 14 conseillers du département ont fait travailler près de 300 personnes sur les constats et préconisations pour le développement de l’ESS dans le Gard. Des réunions se sont tenues à Bagnols-sur-Cèze à Nîmes, à Vauvert et à Saint-Martin-de-Valgalgues. Quatre ateliers thématiques ont été mis en place dans chacun de ces World-cafés territoriaux.

La large consultation permettra de réaliser le livre blanc au printemps prochain (photo DR)

Des associations, des mutuelles, des fondations et des coopératives, mais aussi des particuliers et des représentants de collectivités publiques, ont participé à ces travaux en intervenant dans chacun des ateliers tournants. Plus de 1 000 post-its ont ainsi été collectés.

Les acteurs présents développent des activités autour de l’insertion sociale et professionnelle, de la prise en charge des seniors et des enfants ou encore de l’accompagnement des personnes handicapées, du sport, de la culture et des loisirs. De petites associations n’ayant pas encore de salarié étaient présentes, tout comme des mutuelles d’envergure nationale.

Le secteur de la préservation de l’environnement, de la transition énergétique et de l’économie circulaire était également représenté. De nombreuses associations contribuent au lien social dans les quartiers prioritaires politiques de la ville, ainsi que dans les zones de revitalisation rurale.

Le département peut ainsi s’appuyer sur une analyse locale précise de l’ESS et travailler sur un livre blanc à forte valeur ajoutée citoyenne plutôt qu’un document « hors sol ».

La réalisation de ce livre blanc est motivée par la volonté de faire un état des lieux et des forces en présence, d’apporter plus de lisibilité aux acteurs de l’ESS dans le Gard. Il faut aussi rappeler le partenariat entre acteurs privés de l’ESS et les collectivités publiques, identifier des pistes d’amélioration issues tout particulièrement des temps de concertation autour de l’ESS.

Ce livre blanc devrait être adopté par les élus au printemps 2020. Il sera étroitement lié au programme départemental d'insertion, ainsi qu’aux schémas qui engagent le département pleinement dans ses compétences (notamment le schéma départemental de l’enfance et de la petite enfance, le schéma départemental de l’autonomie, le schéma départemental de la culture) ainsi que dans le cadre des huit contrats de ville.

L'ESS en chiffres dans le département

L'ESS représente plus de 1 750 structures en novembre 2019, plus de 2 100 établissements, 80 % sous forme associative. Plus de 4 000 établissements, en comptant les structures sans salarié (associations, coopératives), 562 millions € de masse salariale brute et plus de 22 700 salariés (près de 20 000 équivalents temps plein), soit 16,5 % des emplois salariés privés.

L’ESS s’est développée progressivement depuis le XIXe siècle pour répondre à l’ensemble des besoins d’utilité sociale. Elle porte les valeurs d’une économie prioritairement au service de l’homme, en sa qualité de citoyen, d’usager, de client, de salarié de l’ESS, de coopérateur ou encore de sociétaire. « L’ESS tire sa force de sa capacité à réunir tous les acteurs des territoires, qui sur le terrain constituent bien souvent, un amortisseur social. Elle participe au mieux vivre ensemble. L’économie sociale et solidaire est aussi un accélérateur d’innovation environnementale. Enfin, elle propose à chacun d’entre nous d’être un citoyen actif en construisant des réponses aux besoins du territoire et des Gardois », estiment Denis Bouad, président du département du Gard et Bérengère Noguier, conseillère départementale, déléguée à l’Économie sociale et solidaire.

Franck Chevallier

franck.chevallier@objectifgard.com

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité