A la uneActualités

LE 7H50 de Sébastien Arnaux : « Le site du Pont du Gard se transforme »

Sébastien Arnaux, directeur du Pont du Gard Photo DR

À la tête du Pont du Gard depuis bientôt trois ans, Sébastien Arnaux doit faire face à une baisse de la dotation du Département de 500 000 euros pour son budget 2020. Il nous explique comment le site du Gard le plus célèbre au monde va devoir articuler son nouvel équilibre budgétaire. Interview.

Objectif Gard : Denis Bouad vous a fait un joli cadeau de Noël avec une baisse de 500 000 de la contribution publique du Département. Pour quelles raisons ?

Sébastien Arnaux : Ce n'est pas une punition je vous rassure. Depuis trois ans que je suis à la tête de l'EPCC (Établissement de coopération culturelle) du Pont du Gard, notre gestion a permis de faire une économie de 1,2 million d'euros. Nos recettes 2019 sont un peu meilleures que nos prévisions. Nous devrions atterrir autour de 6,5 millions d'euros. Ce qui nous permettra d'atteindre, avec la contribution du Département et de la Région, environ 9,5 millions d'euros de budget. Une somme équivalente à l'ensemble de nos frais de structures. J'ai donc présenté une méthode au conseil d'administration en prévision de 2020 qui va nous permettre de continuer à bien fonctionner, de travailler sur plusieurs événements et de conserver notre politique tarifaire de gratuité pour les moins de 18 ans et les Gardois.

Est-ce que les tarifs d'entrée pour les autres publics vont augmenter ?

Absolument pas, ils seront identiques.

Comment va s'organiser la communication du Pont du Gard avec un budget plus restreint ?

Nous avons, sous l'impulsion de Denis Bouad, l'occasion de travailler à une mutualisation des moyens avec Gard Tourisme. Notre politique touristique se fera en appui de l'entité de promotion gardoise qui vient d'être renforcée. C'est leur métier, je vais donc leur faire confiance. D'autant qu'aujourd'hui, cette démarche offrira un rayonnement plus large puisqu'elle intègre tous les sites touristiques du territoire. Finalement, on ne fera plus ce que Gard Tourisme fera pour nous. À l'arrivée, on est gagnant.

Dans le cadre de cette union autour de l'accueil des touristes, vous avez déjà mis en place des accords avec le Musée de la Romanité à Nîmes notamment...

Pas seulement. Avec l'ensemble des sites nîmois. Nous venons aussi d'acter un partenariat de promotion touristique avec six autres sites hors du département du Gard. On va se concentrer sur ce type de partenariat efficace et gagnant-gagnant.

Est-ce que des manifestations habituelles vont s'arrêter ?

Ce n'est pas prévu. Notre politique autour des événements sera actée début 2020. Ne vous inquiétez pas, on continuera à parler du Pont du Gard en 2020. Nous allons aussi concentrer nos efforts sur l'accueil de nouveaux visiteurs en particulier grâce à l'arrivée de la voie verte. Il nous faut donc réfléchir à de nouveaux services avec, pourquoi pas, un service de bagagerie, d'espace de parking pour vélo, de service de recharge électrique, etc. Le site du Pont du Gard se transforme, il doit évoluer pour faire face à un nouvel environnement, à de nouveaux visiteurs et à de nouveaux usages. Tout n'est pas qu'une question comptable.

Propos recueillis par Abdel Samari

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

1 commentaire sur “LE 7H50 de Sébastien Arnaux : « Le site du Pont du Gard se transforme »”

  1. Decembre 2019 encore et toujours notre pont du GARD prit en otage par l’EPCC qui fait n’importe quoi depuis le début, avec un coût global de plus de 170 Millions, un déficit qui se creuse de près de 4 Millions supplémentaire par an, une fréquentation du site qui est passé de 1.5 Millions à moins de 800 000 par an, comment certain peuvent se féliciter de ce résultat ?

    L’augmentation du prix de 8 euros à 9.5 euros par personne va réduire encore et toujours la fréquentation, dans ces conditions l’équilibre financier est utopique, je doute que ça compense la baise de dotation de 500 000, mais il reste encore 3.5 Millions de dotation spolier aux impôts locaux, pour un truc qui devrait rapporter, j’encourage nos élus à ne plus subventionner l’EPCC qui doit mourir.

    Le jour où on va enfin arrêter cette folie et faire des choses normales comme laisser le libre accès au pont et faire payer juste le parking, il faudra des années pour redonner une bonne image à notre pont, car là le bouche à Oreille dit à tout le monde de ne pas y aller, le manque en gagner en quelques années est phénoménale pour la collectivité et ce n’est pas près de changer.

    Triste de voir des sbires aux entrés qui empêchent les gens d’aller voir le pont, sbires qui sont en première ligne pour assumer la colère des locaux qui ne comprendrons jamais cette spoliation, triste de voir toutes ces voitures qui font demi-tour devant l’entré tout les jours, bonjour l’image que ces touristes rapportent de nous.

    Heureusement qu’on peut aller au pont à pied depuis les GR ou la voix verte (victoire de certain face à l’infamie), sinon il n’y aurait plus personnes, mais attention faut-il encore savoir où sont ces passages.
    Je vous conseil d’arrêter ces conneries et rapidement, rendez le pont aux gardois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité