A la uneActualitésPolitique

ALÈS Un Max et ça repart !

Le maire d'Alès, Max Roustan, accompagné de Christophe Rivenq. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Le maire d'Alès, Max Roustan, accompagné de Christophe Rivenq. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Ce vendredi matin, dans sa permanence du 30 boulevard Gambetta à Alès, le maire sortant Max Roustan, accompagné de son bras droit de toujours, Christophe Rivenq, a annoncé sans surprise sa candidature aux prochaines élections municipales.

Après 25 ans au pouvoir, Max Roustan se lance un dernier défi : reconquérir à nouveau le cœur des Alésiens en 2020 pour un ultime mandat. Si la population lui offre la possibilité de relever pour la cinquième fois ce challenge, celui-ci aura quelques particularités. En effet, Max Roustan devrait passer la main, en cours de mandat, à son fidèle binôme Christophe Rivenq. « Mais quand, ça je ne sais pas… Ce qui est sûr c’est que je ne repars pas pour une semaine ! Pour le reste, le temps le dira », estime le patron de la ville, qui aura 81 ans à la fin du prochain mandat.

Pour cette nouvelle aventure municipale, Christophe Rivenq, le directeur de cabinet et ex-directeur général des services, aux côtés de Max Roustan depuis ses débuts, passe donc de l’autre côté de la barrière et devrait devenir, en cas de victoire, son premier adjoint.

Roustan-Rivenq, « un vieux couple qui fonctionne très bien »

Très lié, le duo – qui se décrit comme « imperturbable » ou encore comme « un vieux couple qui fonctionne très bien » – souhaite continuer sur sa lancée. « Gardons un temps d’avance » est d’ailleurs le slogan qui a été choisi pour promouvoir cette liste « qui sera très peu renouvelée », précise Christophe Rivenq.

« Nous avons toujours eu un temps d’avance sur beaucoup de thèmes, notamment sur la gestion communale et communautaire, s’enorgueillit le président d’Alès Agglomération. Il y a peu de collectivités qui réussissent à réunir sur une même scène 72 maires ! »

Même fierté lorsqu’il évoque « la co-construction mise en place avec les habitants à travers les états généraux du cœur de ville qui ont abouti sur 38 actions. » Seul échec qu’il concède : le golf de Saint-Hilaire-de-Brethmas. « Et encore j’ai été sympa, commente-t-il, je n'’ai fait le référendum que sur Saint-Hilaire. C’est une vaste connerie. »

Encore des rénovations au programme

Lorsqu’il se projette, le maire-candidat cite plusieurs réalisations phares à venir, comme la rénovation de la grand rue Jean-Moulin, la réhabilitation des halles de l’Abbaye, la requalification des quartiers de la Royale, Tamaris, Cauvel mais aussi Rochebelle et le faubourg du soleil. Très attaché aux fameux « écosystème alésien qui est unique », Max Roustan compte bien le consolider avec la création « d’un pôle de développement économique très fort. » Le maire annonce également le lancement, cet été, « d’états généraux du sport ».

Enfin, d’autres projets seront dévoilés au cours de la campagne, dont certains sont le résultat « d’une concertation organisée en décembre qui a abouti à plus de 300 propositions desquelles nous avons dégagé 30 idées fortes », indique Christophe Rivenq. Présenté le 20 février, le programme final se déclinera autour de quatre thématiques : lien social, développement économique, sécurité et citoyenneté, environnement et cadre de vie.

« Je tiens à me décharger un peu »

S’il est élu lors du scrutin des 15 et 22 mars, Max Roustan livrera donc sa dernière bataille pour « assurer la pérennité et la continuité du système » tout en préparant la suite « pour ne pas se retrouver avec une bagarre » entre ses successeurs en fin de mandat. Âgé de 75 ans, le maire avoue qu’il aspire aujourd’hui à un peu plus de tranquillité : « Je tiens à me décharger un peu », souffle-t-il en regardant Christophe Rivenq, qui lui, a encore beaucoup d’énergie à revendre. « Sur le quotidien, cela ne changera pas grand-chose, assure ce dernier. On va continuer à travailler comme on l’a toujours fait. Ensemble. » Même si sur l'affiche de campagne, seul Max Roustan apparaît sur la photo.

Élodie Boschet

Renseignements sur max-roustan.fr et sur la page Facebook Gardons un temps d'avance avec Max Roustan.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

1 commentaire sur “ALÈS Un Max et ça repart !”

  1. A 76 ans ce monsieur ferait mieux de s’arrêter, et il veut être sénateur en plus ? !!
    la ville d’Alès se meurt elle n’est pas attrayante pour de nouveaux habitants, le chômage (15%) y est plus important qu’en 2009 au plus fort de la crise, 30% de la population est laissée pour compte, cette ville fait partie des plus pauvres de la France, le centre ville est délaissé pour permettre des installation de grandes surfaces en périphérie en revendant des terrains à bas prix à des entrepreneurs  »amis ». Et que penser du scandale de l’eau avec cet  »emprunt toxique » à la charge des citoyens qui devront rembourser de très nombreuses années à cause de l’incompétence de cette équipe à la tête de la mairie depuis 25 ans. Certaines écoles sont dans un état lamentable et la sécurité dans ces écoles est une parodie de sécurité . Le bilan au bout de 25 ans n’est pas un succès voir désastreux par rapport à d’autres villes de mêmes ampleurs, plus modernes et innovantes.
    Finalement contrairement au slogan de cette liste pour cette campagne, Alès a toujours un coup voir plus de retard et ce sont les habitants qui trinquent tandis que d’autres s’enrichissent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité