A la uneFaits Divers

NÎMES Tirs au quartier Pissevin : une voiture touchée, une quarantaine de projectiles

Des individus ont criblé de balles un local de la galerie Wagner, dimanche en soirée.

(Photo archive Coralie Mollaret)

Une enquête est ouverte. Elle est confiée comme les précédentes fusillades survenues à Nîmes, à l'antenne locale de la police judiciaire. Des enquêtes souvent compliquées, avec une loi du silence qui est la principale difficulté pour faire avancer les investigations.

Ce que l'on sait c'est que dimanche vers 20h30, des hommes tirent pendant une quarantaine de secondes avec des armes automatiques dans la galerie Richard-Wagner. Des habitants alertés par le bruit se positionnent aux fenêtres des immeubles et filment parfois avec les portables la scène surréaliste des tirs au milieu de cette zone urbaine. Des rafales éclatent, des bruits secs de détonation sont entendus.

Un commerce est plus particulièrement visé. Il accueille quelques habitués. Le patron interrogé plus tard ne comprend pas pourquoi il a été ciblé. Il affirme que son établissement n'accueille que des anciens du quartier venus jouer aux cartes. Si la grande partie des balles se logent dans le local, avec par chance aucun blessé à déplorer, des projectiles atteignent d'autres cibles. C'est le cas notamment de deux balles perdues qui se logent sur la carrosserie d'une voiture, avec une personne qui était dans l'habitacle au moment de la fusillade.

"Une enquête de flagrance est en cours pour destruction d'un bien d'autrui par un moyen dangereux en bande organisée, détention d'arme en bande organisée, violence avec arme et association de malfaiteur", affirme le vice-procureur, Patrick Bottero.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

1 commentaire sur “NÎMES Tirs au quartier Pissevin : une voiture touchée, une quarantaine de projectiles”

  1. Un « épisode » de plus dans un quartier de Nîmes pour certains. Il faut dire que cela dure depuis des décennies et que les choses s’accélèrent devant le laxisme de ceux censés agir, que ce soit depuis Paris ou ici même, à la mairie. C’est bien beau de subventionner à tout va des associations, d’embaucher pour dealer la paix sociale mais voilà, les trafics rapportent beaucoup plus.
    Le bilan des uns et des autres est simple à faire en la matière : échec sur toute la ligne.
    Souvenons nous du « karcher » de Sarkozy … du blabla !
    Nous subissons les conséquences de l’incurie et de la lâcheté de nos dirigeants.
    Notre ville est désormais la grande banlieue nord de Marseille.
    Il va falloir autre chose que les promesses des amis de Macron, ici à Nîmes, pour remettre de l’ordre dans notre maison.
    Le plus tôt sera le mieux. Commençons par les municipales qui arrivent.
    LE COURAGE D’AGIR c’est déjà s’engager, pour dire, dans les urnes, que nous en avons plus qu’assez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité