A la uneActualités

FAIT DU JOUR 1er REG : pour les légionnaires, après la préparation, le terrain…

Les premiers départs en opérations extérieures s'amorcent après un an de préparation pour les légionnaires.

Le lieutenant-colonel Rémy est chef du bureau opérations d'instruction. Il s'occupe de toute la planification des activités opérationnelles du régiment allant des entraînements aux missions. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Dès cette semaine, plusieurs légionnaires du 1er régiment étranger de génie (REG), basé à Laudun-l'Ardoise, partiront en opérations extérieures (Opex). Les départs se poursuivront jusqu'en février-mars et une compagnie partira en décalé en mai, en Guyane. Les autres se rendront principalement sur les théâtres d'opération de l'Armée française : le Mali, le Liban et la Côte-d'Ivoire. Les mêmes où ils avaient déjà été mobilisés en 2018.

Les deux tiers du régiment vont être envoyés en "Opex". Une telle mobilisation a lieu tous les deux ans en moyenne. Pendant l'année 2019, ces hommes se sont préparés à être projetés entre 4 et 6 mois à l'étranger. Un entraînement intense adapté selon les spécialités des six unités représentées dans le régiment, comme l'explique le lieutenant-colonel Rémy, chef du bureau opérations d'instruction : "On a quatre compagnies de combat qui ont comme mission d'ouvrir des itinéraires aux autres unités ou contrer la mobilité. Leur rôle est aussi d'aménager les bases où sont déployées les troupes. En font aussi partie les sapeurs légionnaires capables de lutter contre les engins explosifs ou de procéder à des opérations de fouille. On a la compagnie d'appui qui déploie des moyens spéciaux pour le régiment. On y trouve des plongeurs combattants et démineurs. Enfin, il y a la compagnie de commandement et de logistique qui apporte un soutien pour tout ce qui est administratif, maintenance de véhicules, informations..." Le 1er REG oeuvre au côté des autres régiments de la 6e BLB (brigade légère blindée).

Les légionnaires du 1er REG sont capables d'ouvrir un itinéraire grâce à un détecteur magnétique capable de déceler les explosifs. (photo cellule communication 1er REG)

Pour que les hommes soient opérationnels, un an de préparation est nécessaire. "Au premier semestre, on les a entraînés au combat générique dans des camps en Champagne", explique le lieutenant-colonel Rémy. Au second semestre, les légionnaires sont répartis dans différents camps selon la destination où ils vont se rendre. Par exemple, certains se préparent à Almeria, en Espagne, où le désert offre des conditions similaires à certains théâtres d'opération de l'Armée française.

Ainsi, les militaires acquièrent un maximum de savoir-faire. Par savoir-faire au génie, on entend "ouvrir un itinéraire grâce à un détecteur magnétique capable de détecter les explosifs ou pour les véhicules blindés, apprendre à conduire dans le sable", poursuit-il. En parallèle, la vie au régiment continue. Des effectifs sont déployés, par cycles, à Paris, Marseille, Montpellier ou Avignon pour assurer l'opération Sentinelle.

Autre étape importante de la préparation, les entraînements interarmes. Les légionnaires du génie se retrouvent en situation d'exercice avec l'infanterie, les blindés... Comme dans une situation réelle où tous les corps doivent coopérer pour mener à bien la mission. "On essaie de coller le plus possible à la réalité en donnant un scénario. L'exercice peut durer 1, 2 ou 3 semaines", précise le lieutenant-colonel Rémy, qui poursuit : "On insiste beaucoup sur le fait que chacun ait sa place dans l'unité, qu'il maîtrise ses savoir-faire individuels. C'est la meilleure assurance qu'il a pour lui et pour les autres. Il n'y a pas de réussite individuelle, tout le monde dépend les uns des autres."

Les familles inclues dans la préparation aux missions

Mais la clé de la réussite ne réside pas dans "l'addition de compétence", il faut une vraie entente au sein de chaque groupe. Les cadres y veillent : "La cohésion se construit en entraînement mais aussi dans le quartier. La vingtaine de semaines d'exercices que passe ensemble chaque compagnie forge la cohésion."

Par exemple, les hommes fêtent tous Noël ensemble. Jamais des personnes qui ne se connaissent pas partent en mission ensemble. D'ailleurs, après chaque entraînement, les groupes sont évalués sur leur travail et aussi sur leur façon d'être. C'est durant cette période de préparation que les cadres apprennent à connaître les légionnaires sur le plan professionnel mais aussi personnel "pour détecter d'éventuels problèmes avant qu'ils ne surgissent". Le tout étant d'éviter des cas de syndrome de stress post-traumatique, une fois sur le terrain.

Lors d'un entraînement de la section fouilles opérationnelles spécialisées. (photo cellule communication 1er REG)

Et la préparation ne concerne pas seulement les soldats. Leurs familles sont aussi impliquées. Une cellule d'aide spéciale accompagne leurs femmes : "Beaucoup d'épouses de légionnaires sont d'origine étrangère alors quand leur homme part en mission, c'est le double choc", atteste le lieutenant-colonel.

La cellule explique aux épouses ce que leur conjoint va faire en "Opex". Elle fait le lien durant la durée de la mission et peut aider dans les démarches administratives ou en cas de problème. D'autant que tous les soldats mobilisés n'ont pas accès à Internet ou la possibilité d'envoyer du courrier à l'étranger: "Ça permet de mieux supporter l'absence."

Dès la fin du mois de juin, auront lieu les premiers retours de mission. La plupart des militaires engagés reviendront du Mali, du Liban et de la Côte-d'Ivoire où avaient déjà été mobilisés des unités en 2018. Mais le lieutenant-colonel Rémy insiste: "On fait varier les unités pour qu'elles n'aillent pas dans des endroits où elles sont déjà intervenues. Sinon, cela peut donner un sentiment de confort. C'est quand on pense connaître les choses que le risque s'accroît." Et changer permet d'augmenter "le niveau opérationnel de l'unité". Donc faire face en toute situation...

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité