A la uneActualitésPolitique

MUNICIPALES Alès : Marc Peyroche, du web à la réalité

Marc Peyroche. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Marc Peyroche. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Depuis l’automne dernier et l’annonce de sa candidature à la mairie d’Alès, Marc Peyroche avait lancé sa campagne sur les réseaux sociaux. À présent, il compte investir le terrain.

Sa liste n’est pas encore tout à fait bouclée, mais pour Marc Peyroche, c’est comme si c’était fait. « J’ai 38 noms sur 43. Je suis sûr de pouvoir déposer ma liste », déclare-t-il, parfaitement serein. L’ex-directeur de la Politique de la ville, qui souhaitait obtenir l’investiture de La République en marche (finalement attribuée à Éric Bouchité), conduira donc la liste sans étiquette Alès en commun « où les personnes totalement dégoûtées de la politique devraient se reconnaître », promet le candidat.

Ce samedi matin, dans la salle de restauration du 420 Burger, Marc Peyroche et son équipe étaient donc réunis pour lancer officiellement leur campagne papier et de terrain. Fier de ses 3.000 amis Facebook et des 150 idées qui ont émergé sur le réseau social, l’ancien proche de Max Roustan s’apprête maintenant à aller convaincre les Alésiens en direct que « la seule liste qui peut les représenter, c’est celle d’Alès en commun ». « Avec une moyenne d’âge de 44 ans, poursuit-il, cette équipe est jeune, dynamique, engagée et ne travaille pas pour son enrichissement personnel. »

Un appel aux dons pour financer sa campagne

Toutefois, « il y a encore quelques trous dans la raquette », admet-t-il, expliquant qu’il lui manque « un avocat, un représentant des professions médicales et éventuellement un expert-comptable. » Et lorsqu’il se projette un peu plus loin, Marc Peyroche annonce déjà qu’il recrutera « un directeur général des services compétent, pas comme M. Tout », faisant ouvertement référence à son meilleur ennemi et ex-directeur général des services d’Alès, Christophe Rivenq.

Quant aux grands axes du programme, le candidat sait déjà la première délibération qu’il fera voter s’il est élu maire : « Je ferai un grand audit financier pour connaître vraiment la situation de la collectivité. On va se la jouer un peu à la Georges Frêche en faisant une année blanche avec une vraie consultation. » Il souhaite également « prendre un arrêté interdisant la corrida et les mises à mort. » Mais pour l’heure, Marc Peyroche lance un appel aux dons pour financer sa campagne.

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

2 réactions sur “MUNICIPALES Alès : Marc Peyroche, du web à la réalité”

  1. Bon courage. La machinerie, le réseau clanique de Rivenq est bien rodé. Il a été bien placé pour le connaître. Cela fait des années que Rivenq dirige tout . Roustan n’étant plus qu’une vieille marionnette sympathiquement triviale, juste bonne à payer des pots, ici ou là. Papi Roustan, attend vite qu’une place se libère pour pantoufler et roupiller à 6000 euros par mois (et quelques avantages annexes ) au Sénat.

  2. Bravo Monsieur pour ce projet d’ abolition des barbares  » corridas de muerte  »
    Honte à ceux, M.Roustan et son équipe en tête, qui font depuis trop longtemps et avec NOTRE argent, la promotion d’ une telle cruauté envers des animaux piégés et innocents.
    Il est grand temps que cette pratique importée d’ Espagne trouve sa place au musée des tortures abolies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité