A la unePolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Comme tous les dimanches, Objectif Gard vous propose son cocktail d’indiscrétions politiques. Un digestif hebdomadaire à déguster sans modération !

Six semaines pour rien ? C’est marrant comme cette campagne municipale à Nîmes ressemble de plus en plus à un bon "blockbuster" américain qu’on se complaît à regarder, avachi dans un fauteuil dans la pénombre d’une salle de cinéma alors que l’on connaît déjà la fin. Naïvement, jusqu’à la dernière seconde, on claque des dents en espérant que les héros du film arriveront à se défaire des méchants et à triompher. À Nîmes, pas de gentil ni de méchant, mais tous les ingrédients sont réunis pour nous divertir. Jusqu’aux personnalités politiques qui font du cinéma alors qu’elles ont toutes compris que Jean-Paul Fournier va très probablement rester dans son fauteuil. C’est même décevant de voir à quel point le suspense s’est échappé après notre sondage Opinion Way du mois de janvier. Chez Les Républicains, on fanfaronne : Jean-Paul a déjà gagné et Franck va récupérer l’Agglo. Ils ont bien raison car finalement, qu’est-ce qui pourrait empêcher la victoire du maire sortant ? Une catastrophe ! La santé du maire qui pourrait vaciller ? Peu probable... Son incapacité à parler plus de trente secondes dans un micro sans bafouiller ? Personne ne veut tirer sur les ambulances… Son choix de confier l’Agglo avant même le vote des nîmois à son premier adjoint Franck Proust alors qu’il est mis en examen pour trafic d'influence, tentative de trafic d'influence et favoritisme dans le cadre de l’affaire de la Senim qui remonte à 2008 ? Tout le monde s’en fout… Même la justice. Le renouvellement artificiel de sa liste « Choisissons Nîmes » avec quelques personnalités ici ou là qui ne feront rien de mieux que ceux qui vont remplacer. Et alors ? Le pire dans tout cela c’est que ce n’est pas Jean-Paul Fournier qui est en cause mais ses opposants. Par crainte, par manque de caractère, par négligence ou par absurdité, aucun n’est capable de le défier. Le ''Vert'' Daniel Richard, d’un âge approchant, aurait pu lui tenir tête. Son côté lunaire et égocentrique pourrait au final lui coûter des points. Mais rien n’est perdu, sa présence sur le terrain et la séquence des débats qui s’ouvrent dévoileront ses réelles ambitions. Yoann Gillet du Rassemblement national toujours dans la démesure ne fait pas le poids. Accroché aux moindres faits divers pour faire parler de lui, il devrait se méfier de l’horloge qui tourne. David Tebib, jeune en politique, fera au final plus de bien que de mal au maire-candidat des républicains. Ces derniers annoncent déjà partout son ralliement au second tour. Reste le centriste Yvan Lachaud. Le meilleur technicien sur le papier. Celui qui connaît parfaitement le maire de Nîmes et ses acolytes. Celui qui maîtrise intégralement les rouages de la Ville. Celui qui peut dévoiler les éventuels cadavres dans les placards. Revendiquant son tempérament calme et respectueux des autres candidats, il préfère rester dans son couloir et poursuivre comme si de rien n’était. À moins de six semaines, sauf fait exceptionnel, comme dans un bon film américain, au moment du générique final, on aura tous ce petit sentiment d’avoir un peu perdu notre temps… Chacun reprendra le cours de sa vie. Certains repartirons dans leur établissement scolaire, d’autres au Parnasse, certains échafauderont des châteaux en Espagne tandis qu'un autre rejoindra le sien en Bretagne et nous - vous -  continuerons à commenter et apprécier nos écrits quelques fois imparfaits mais toujours sincères et libres. La vie démocratique finalement !

Denis Bouad soutien Rossi à Blauzac... Le président du Département a fait son choix pour mars prochain. Maire de 1989 à 2015, Denis Bouad a une influence toujours aussi prégnante dans la petite commune uzétienne. Serge Bourdanove qui brigue un deuxième mandat devra faire face cette fois-ci à son premier adjoint, Jean-Pierre Rossi, le favori soutenu par Denis Bouad. Une sanction pour Serge Bourdanove ? Probablement comme nous le laisse entendre l'entourage du président du Département : "Le maire a la mémoire courte, Denis veut le lui faire payer." Ambiance.

... et ouvre grand la porte des Sénatoriales. Sur le ton de la boutade d'abord, puis du refus catégorique, il semble que Denis Bouad est passé par toutes les émotions. Cette fois, il semble bien décidé à tenter l'aventure du Sénat. Encouragé par de nombreux maires, mobilisé sur des questions nationales notamment autour de la pauvreté et de la décentralisation, le président du Département pourrait quitter le Gard pour le Palais du Luxembourg en septembre prochain. Une simple formalité pour Denis Bouad, c'est certain. Mais comment le Département pourrait s'en remettre à quelques mois des élections départementales ?

Chat échaudé craint l'eau froide. Jean-Paul Boré est un peu la girouette de cette campagne. D'abord intéressé par le projet de David Tebib, il a rapidement pris ses distances pour rejoindre la liste écologiste de Daniel Richard. Profitant au passage pour égratigner le président de l'USAM dans les dîners en ville. Rejeté par les "Verts" pour une simple question de position sur la liste, le porte-parole de Tous pour notre avenir fait à nouveau les yeux doux à David Tebib. C'est par l'intermédiaire de Nicolas Cadène, également membre de TPNA, que Jean-Paul Boré espère être à nouveau dans le jeu. David Tebib ne ferme pas complètement la porte et laisse opportunément ouverte sa liste à d'autres membres du mouvement nîmois de Boré. Concernant ce dernier, le chef d'entreprise reste plus prudent et a décidé de se laisser le temps de la réflexion.

Michou for ever. Le déjà regretté directeur de cabaret parisien, le célèbre Michou, décédé en fin de semaine dernière, avait beaucoup d’amis partout en France et notamment dans le Gard. Ses obsèques se sont tenues vendredi matin à Montmartre et beaucoup de ses fans n’ont hélas pas pu y assister. Alors chacun a rendu un hommage à sa manière. On pense au candidat nîmois du Rassemblement national, Yoann Gillet, qui a posté un tweet souvenir d’une soirée passée au cabaret. Ou encore au procureur de la République de Nîmes, Éric Maurel, qui, au moment des obsèques, assistait à l’audience solennelle de rentrée du tribunal d’Alès en costume-cravate "bleu Michou". Il ne manquait plus que les lunettes fumées bleues, mais c’est vrai que ça aurait peut-être fait désordre au milieu d'un distingué aréopage où figuraient préfet, député, maires, militaires et magistrats…

Le jour des obsèques de Michou, le procureur de la République de Nîmes, Éric Maurel, était tout de bleu vêtu. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Ce vendredi, le matin des obsèques de Michou, le procureur de la République de Nîmes, Éric Maurel, assistait à l'audience solennelle de rentrée du tribunal d'Alès tout de bleu vêtu. Photo Tony Duret / Objectif Gard

La 5G à Nîmes ? L'opérateur Orange a mis au point sa stratégie de déploiement de la 5G en France. En 2020, la première étape va s’appuyer sur le réseau mobile 4G existant. Et selon nos informations, les équipes ex-France Télécom vont prochainement rencontrer la municipalité pour l'informer de leur intérêt pour déployer la technologie en test sur la ville de Nîmes. Une bonne nouvelle d'autant que cette évolution du réseau pourrait être une révolution dans les prochaines années et préparer l’arrivée des nouveaux usages dans le domaine industriel, environnemental, santé et transport.

Benslima et Tiberino, comme un passage de témoin. Vendredi en milieu d'après-midi à l'occasion de la rentrée solennelle du tribunal judiciaire de Nîmes, Mounir Benslima et Richard Tiberino se sont croisés. Après avoir échangé quelques amabilités, la patron de la police municipale à Nîmes lance au fidèle de Lachaud et probable Monsieur Sécurité de la Ville en cas de victoire de son champion : "On va bientôt organiser une réunion autour de la sécurité. Si cela t'intéresse..." Et le Docteur Benslima de répondre : "Ce sera la rencontre de l'ancien Monsieur Sécurité et du futur..." Tiberino du tac au tac : "Le futur peut-être, pour l'ancien, c'est sûr !" T'inquiètes pas Richard, Jean-Paul va bien te trouver quelque chose à faire les six prochaines années...

Des nouvelles de Yoann Gillet. Comme à sa grande habitude, la tête de liste de l'extrême-Droite à Nîmes utilise tous les artifices pour se positionner en victime. Dernier épisode en date, pas plus tard que ce samedi soir sur le réseau social Twitter où cet amateur en politique traite notre titre de "torchon" d'un seul coup, sans bien comprendre de quoi on parle ? Soit disant que nous ne lui donnerions pas assez de place pour exprimer son programme dans le cadre des municipales nîmoises. La bonne blague. Rappelons à M. Gillet qu'il a bénéficié il y a moins de 10 jours d'une interview en vidéo dans nos colonnes. Et qu'il s'agit là de la dernière interview réalisé par notre rédaction d'un candidat tête de liste pour les municipales à Nîmes. Enfin, pourquoi le frontiste voudrait-il utiliser les colonnes d'un "torchon" pour passer ses messages ? Pas à une contradiction près, Yoann Gillet devrait ressortir l'ensemble des messages désobligeants envers nos confrères et à notre encontre ces dernières années. N'est-ce pas vous M. Gillet qui considérez que ce n'est pas la presse qui fait une élection ? Vous n'avez donc pas besoin de nous. Vous devriez pouvoir gagner tout seul...

Picsou Assaf. Étonnement hier soir, au salon VIP du stade des Costières, après la rencontre face à Monaco (3-1) où les chefs d'entreprises nîmois ont voulu fêter comme il se doit cette victoire capitale face aux Monégasques : point de champagne et de vin ! Même s'ils n'avaient plus trop l'habitude cette saison de lever un verre, la tradition veut qu'une coupe ou un verre de vin accompagnent les fins de matches victorieux. Mais ça, c'était avant. Selon nos informations, le président du Nîmes Olympique, toujours près de ses sous, aurait imposé un nouveau quota qui limite le nombre de bouteilles consommées pour la rencontre. Résultat, au coup de sifflet final, plus de champagne ni de vin. Fort heureusement, il restait quelques bouteilles de coca et de thé glacé... De l'eau en bouteille aussi. Grand seigneur ce Assaf !

Objectif Gard, le magazine, numéro 3 ce lundi 3 février 2020. Objectif Gard, le magazine, c’est la promesse à chaque numéro de vous offrir ce moment de détente, de découverte mais aussi de réflexion. Pour cette édition hiver, nous vous proposons un dossier politique où nous avons tiré pour vous les enseignements des résultats de notre sondage du mois de janvier dernier autour des municipales à Nîmes avec le directeur adjoint d’Opinion Way, l’institut qui l’a réalisé. Nous vous présenterons également les candidats en lice et vous pourrez enfin découvrir les ambitions du maire sortant, arrivé en tête de cette enquête, dans une interview inédite réalisée il y a quelques jours. Nous vous proposerons également un dossier « perspectives » : le Gard dans trente ans. Les enjeux sont nombreux et ont tous un lien avec la transformation du territoire pour faire face aux aléas climatiques : montée des eaux sur le littoral gardois, prévention des feux de forêt, etc. La transition écologique est plus que jamais d’actualité aujourd’hui pour faire face aux inquiétudes de demain. Objectif Gard le magazine a aussi mené l’enquête du côté d’Alès à la recherche de médecins généralistes. Nous sommes partis en immersion dans le service pédiatrie du CHU Nîmes. Objectif Gard le magazine a aussi ouvert son armoire à souvenirs pour vous raconter l’histoire d’un match de football Nîmes-Marseille qui s’est déroulé il y a tout pile 50 ans à Alès. Grandiose légende. Comme dans chaque numéro, on vous emmènera enfin à la découverte de personnalités qui incarnent le territoire. D’entreprises, de commerces, qui dynamisent l’économie locale. Sans oublier nos conseils pour des sorties incontournables. Et dans la dernière séquence, on vous promet de nombreuses surprises en matière d’animations, de jeux et d’humour. À découvrir demain !

♦ Le jeu de la semaine ♦

Fidèles lecteurs, participez au jeu de la semaine en répondant à cette question en commentaire !  Qui est l'élu sur cette photo ? Petit indice : élu au conseil départemental, ce macroniste a fait sensation, ce jeudi au Département, en arborant une barbe de trois jours et un pull bleu marine...

(Photo : CM)

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

5 réactions sur “ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine”

  1. Non, rien n’est joué, malgré ce que les médias locaux veulent nous faire croire, malgré les sondages obsolètes depuis certains mouvements au mercato et depuis la candidature de Valadier au perchoir de Nîmes Métropole.
    Les Nîmois commencent à comprendre les combinaziones.
    En cas d’élection, Fournier laisserait, en cour de mandat, la mairie à Plantier après avoir mis en place Proust à l’agglo … à moins d’un accord avec LREM qui voit en Valadier l’un des siens. Les députés Dumas et Berta cautionneraient la chose.

    Nîmes, préfecture du Gard et ville centre du territoire doit garder la présidence de Nîmes Métropole. C’est au maire de Nîmes de diriger cette collectivité.
    Loin des arrangements entre amis, le R.N proposera le maire de Nîmes Yoann Gillet à la présidence de Nîmes Métropole, parce que le temps n’est plus aux « combinaziones » mais au COURAGE D’AGIR pour bouger notre territoire.

  2. Il s’agit d’Olivier Gaillard qui veut continuer à cumuler les mandats : conseiller départemental Ex socialiste, député LREM et futur maire LREM ? de Sauve ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité