Actualité générale.ActualitésEconomie

GARD Dix artisans et commerçants du territoire labellisés « Éco-défis »

Ils ont tous mis en place des actions concrètes en faveur du développement durable.

Dix artisans et commerçants ont reçu le label "Éco-défis" grâce à leurs actions pour le développement durable. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Au pied de la cheminée d'Aramon, dans les locaux de la Villa, dix artisans et commerçants des territoires du Gard rhodanien et du Pont-du-Gard ont été labellisés "Éco-défis". C'est à dire qu'ils ont relevé au moins trois défis œuvrant concrètement pour le développement durable.

Cette opération "Éco-défis" a été lancée à Vincennes en 2018 et s'est généralisée depuis dans toutes les Chambres de métiers et de l'artisanat. Ces labellisations ont été rendues possibles sur le territoire par la signature en décembre 2018 du Contrat de transition écologique (CTE) des deux intercommunalités avec les services de l'État. "Le 3e CTE de France (et le premier d'Occitanie, NDLR)", précise fièrement Virginie Monnier-Mangue, présidente de la CleanTech Vallée, l'opérateur du contrat.

"Aujourd'hui, avec les "Éco-défis" on travaille avec des hommes et des femmes engagés qui travaillent à être plus vertueux au niveau des déchets, dans une économie plus collaborative. C'est important quand on sait que le n°1 mondial du commerce veut s'installer dans la région", poursuit Henry Brin, président de la Chambre de métiers et de l'artisanat du Gard. Petite référence à l'usine Amazon qui veut s'implanter à Fournes...

Ce mardi 4 février, les dix premières commerçants et artisans du territoire ont été récompensés par un diplôme et un kit de communication. Afin de prétendre au label, ils devaient relever au moins trois défis écologiques comme par exemple faire des économies d'énergie, réduire ses déchets, être certifié bio, diminuer des émissions de gaz à effet de serre...

Parmi les récompensés, il y a "Le Couteau camarguais" de M. Lascombe à Bezouce, "Toqu'&Traiteur" tenu par M. Gonthier à Vénéjean, le salon esthétique "Le Jardin des milles délices" de Mme Dalle à Aramon, la société de nettoyage "Clevie services" de M. Plagnol à Vers-Pont-du-Gard, Lucie Vian pâtisserie-traiteur à Comps, le restaurant "La Crêpe rit" de Mmes Castan et Syska à Remoulins, la fabrication de joaillerie et bijouterie "Atelier la trouvaille" de M. Gueljans à Remoulins...

Les établissements qui le souhaitent peuvent encore relever ces "Éco-défis". Il y a encore de la marge puisque sur le territoire de la communauté de communes du Pont-du-Gard on compte 888 établissements artisanaux et 1 916 sur celui de l'agglomération du Gard rhodanien. Soit 2 804 entreprises au total qui peuvent, si elles le désirent, s'engager dans cette labellisation.

Zoom sur trois commerçants et artisans du territoire

Émilie et Émeline Djabella, qui gèrent la société de nettoyage "Expert net" à Saint-Bonnet-du-Gard expliquent : "On a ouvert cette société de nettoyage il y a deux ans. On s'occupe du nettoyage de bureaux, de salons de coiffure, de grandes surfaces. On utilise des matières en microfibre et pas de produits jetables pour éviter les déchets mais aussi des produits écologiques et des sacs biodégradables. Chez nos clients, on met de l'affichage pour sensibiliser le personnel au tri. On va ouvrir une laverie écologique pour l'année dans nos locaux. On va s'équiper d'appareils qui consomment peu d'électricité et qui ne rejettent pas trop d'eau. On va sûrement aussi faire un stage d'éco-conduite."

"J'ai repris l'imprimerie il y a trois ans et demi. Je me suis équipé d'un véhicule électrique pour effectuer mes livraisons, relate Gilles Philippe de l'imprimerie AGSP de Bagnols-sur-Cèze. Je ne supporte plus l'odeur du gazole. J'effectue 90 % de mes déplacements en véhicule électrique, ce qui représente une centaine de kilomètres par jour. J'ai changé le matériel d'impression pour qu'il soit plus performant et aux dernières normes écologiques. Ma facture électrique a bien baissé. J'utilise du papier recyclé ou certifié. C'est important, les discours sur la destruction des forêts, je ne supporte plus. Et bien sûr, j'achète mes petites fournitures en local."

"Je produit zéro déchet puisque c'est une boutique vrac, met en exergue Marie-Alice Rega de la pâtisserie "Les cookies d'Alice" à Pouzilhac. En quatre mois d'activité, j'ai produit 80 kg de biscuits et si on calcule, cela fait 27 cartons et sachets d'économisés. Pour le transport, j'utilise mes propres contenants. C'est aussi 22 mètres de ruban en moins pour fermer les boîtes. J'ai aussi opté pour un fournisseur d'énergie, production 100 % française. J'ai une certification d'entreprise bio. Dans mes biscuits, il n'y aucun ingrédient ultra transformé. J'essaye au maximum d'utiliser des produits locaux. Les œufs, l'huile d'olive et le miel viennent du Gard. La farine et le beurre sont français. Pour le chocolat, je prends du labellisé bio."

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité