A la uneActualité générale.Actualités

GARD « L’apprentissage, la clé pour attirer des jeunes dans l’agriculture »

Franck-Lin Dalle, vigneron et gestionnaire du domaine Campuget à Manduel et son employé, Alban Joguet, 29 ans. (Photo : Stéphanie Marin / Objectif Gard)

Valoriser l'apprentissage. Telle est l'ambition de la Chambre d'agriculture du Gard, qui réunira sur ses terres tous les organismes de formation et organisations professionnelles agricoles du Gard, le mercredi 4 mars 2020, à l'occasion du forum "L'apprentissage agricole, pourquoi pas ?".

D'après les chiffres du ministère du Travail, au 31 décembre 2019, on comptait 491 000 apprentis tous domaines confondus en France, soit une hausse de + 16% par rapport à 2018. La Chambre d'agriculture du Gard veut convaincre que cette voie de formation s'inscrit pleinement dans le domaine agricole. Une force de conviction qui passe par l'organisation, mercredi prochain, d'un forum au mas de l'agriculture à Nîmes, en présence des représentants des centres de formation et des organisations professionnelles agricoles du Gard. Les visiteurs pourront, en plus de découvrir des stands d'informations et d'animations, recueillir des témoignages d'apprentis et de maîtres d'apprentissage.

L'agriculture peine à recruter

Des témoignages comme ceux d'Alban Joguet, 29 ans et Franck-Lin Dalle, 45 ans, par exemple. À l'automne 2016, Alban, commercial de formation et tout juste débarqué dans le Gard, frappe à la porte de Franck-Lin. Le gestionnaire du domaine familial Campuget à Manduel s'en souvient encore, "c'était un jeudi, vers 18h30". Et si l'épisode l'a à ce point marqué c'est parce que jusqu'à ce jour-là, personne ne l'avait démarché de la sorte pour un contrat d'apprentissage.

Et ce contrat n'a pas tardé à être signé. "Quand vous sentez que quelqu'un veut découvrir, vous foncez", commente le vigneron. Et de poursuivre : "L'apprentissage, c'est la clé pour attirer des jeunes dans l'agriculture." Un milieu souffrant encore de préjugés (bas salaires, pénibilité etc) qui peine à recruter. "Mais l'agriculture se modernise, on fait de plus en plus appel à la matière grise. Et puis, on a de plus en plus de métiers spécialisés. L'apprentissage permet de les découvrir, de vérifier la capacité de chacun à faire telle ou telle chose. Ce n'est pas toujours une réussite, mais ce n'est pas pour autant que ça n'en est pas une, car le jeune au moins se rend compte qu'il n'est pas fait pour ça."

"Un échange entre le maître d'apprentissage et l'apprenti"

On peut bel et bien parler de réussite pour Alban, apprenti au CFA du Gard à Rodilhan entre 2016 et 2018, qui a retrouvé sur les terres du vignoble de Campuget, "l'envie de me lever tous les matins". "Les salariés qui travaillent depuis longtemps au domaine m'ont transmis leur savoir-faire. Parce que c'est une entreprise familiale, à taille humaine, j'ai pu découvrir toute la mixité des métiers de la viticulture, de la vigne à la cave." Et même en boutique car deux fois par mois, le Breton, salarié du domaine depuis novembre 2018, met ses compétences de commercial au service de la salle de vente.

"L'apprentissage, c'est un échange. Le maître d'apprentissage transmet son expérience, son savoir-faire, et l'apprenti ses compétences, ses idées aussi", assure Franck-Lin, qui cette année, aura deux apprentis sous son aile, l'un pour la partie événementiel, l'autre pour la cave.

Stéphanie Marin

Le forum "L'apprentissage agricole : pourquoi pas ?", le mercredi 4 mars 2020 de 15h à 20h au mas de l'agriculture, 1120 route de Saint-Gilles à Nîmes. 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité