Faits Divers

GARD Ancien pompier volontaire fasciné par les Canadair, le pyromane condamné

Durant l'été 2016, les pompiers ont été appelés à 47 reprises pour des incendies sur la commune de Milhaud.

Crédit photo illustration: SDIS du Gard

Le pyromane défendu par maître Marc Roux a été condamné, mardi par le tribunal correctionnel de Nîmes, à 2 ans de prison dont une année avec un sursis et une mise à l'épreuve. La substitut du procureur avait réclamé 3 ans de prison ferme avec 5 années assorties d'un suivi socio-judiciaire.

"Il y avait de nombreux témoignages évoquant tout au long de l'été une mystérieuse moto qui n'a jamais été retrouvée et qui était aperçue près des incendies. Les enquêteurs ont préféré arrêter l'alcoolique du coin qui a été vu un jour titubant près d'un feu", plaide avec force maître Marc Roux.

Son client, qui a fait 8 mois de détention provisoire, était au départ suspect dans plusieurs dizaines d'incendies survenues durant l'été 2016. Il a bénéficié d'un non lieu pour la totalité des sinistres à l'exception de ceux survenus le 8 septembre 2016 pour lesquels il a été sanctionné, ce mardi 3 mars 2020, devant la juridiction pénale gardoise.

Durant l’été 2016, de fin juin à début septembre, les gendarmes ont mis en place un important dispositif pour essayer de confondre un pyromane qui s'amusait à allumer la mèche. Mais pendant plus de deux mois la main criminelle était introuvable. Une série impressionnante d’incendies est survenue sur la commune de Milhaud. Les pompiers sont intervenus à 47 reprises dans le secteur. Le mode opératoire laissait à penser qu'il s'agissait du même auteur. L'incendiaire faisait prendre le sinistre au briquet dans une végétation souffrant de sécheresse, à côté d'un sentier.

Des feux qui pour certains ont obligé un déploiement de moyens colossaux. L’autoroute A9 a même été fermée à plusieurs reprises durant les vacances d'été, ainsi que la voie SNCF. Les pompiers ont régulièrement engagé de gros moyens d'intervention. Un soldat du feu a même été blessé et hospitalisé trois jours. Les Canadair ont survolé le ciel gardois à plusieurs reprises et notamment ce 8 septembre 2016. Ce matin là, trois feux se déclarent dans cette commune aux portes de Nîmes et le mis en cause est interpellé.

Un homme aujourd'hui âgé de 60 ans qui a été interpellé après avoir été aperçu près d’un départ de feu. Il titubait sur la route et a été suivi par un témoin qui l'a vu surgir d'un fossé avec des flammes embrasant la nature à proximité.

Un homme qui vivait dans une caravane sur la commune de Milhaud. Le mis en cause a reconnu au début de l’instruction être à l’origine des départs de feu signalés le jour de son arrestation, mais il a toujours contesté les autres incendies. Puis il est revenu sur ses déclarations affirmant encore hier qu'il n'avait rien fait. " J'ai rien vu, j'ai rien entendu. J'ai même pas vu les flammes. Je mettais mon paquet de cigarette dans ma poche lorsque le témoin m'a vu. Et puis ça ne me viendrai pas à l"idée de faire ça", déclare-t-il à la barre du tribunal correctionnel de Nîmes. Ancien pompier volontaire dans le Nord, le mis en cause est fasciné par les Canadair. Il réfute toutes les accusations. Les trois brûlures constatées sur ses bras et son cou le jour de son arrestation seraient le jeu d'enfants de son entourage ! Le prévenu comparaissait uniquement pour les trois départs de feu du 8 septembre 2016, car concernant les autres sinistres il n'y a pas de preuve contre lui.

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité