Culture

UZÈS La médiathèque accueille une nouvelle résidence d’artiste

L'artiste plasticien Jimmy Richer est en résidence en ce moment à la médiathèque d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

L’artiste plasticien montpelliérain Jimmy Richer a été sélectionné par la Communauté de communes du Pays d’Uzès (CCPU) pour la résidence d’artiste de printemps à la médiathèque d’Uzès.

Un dispositif porté par la CCPU et soutenu par la Région, le Département et la Direction régionale des affaires culturelles, et qui permet à des artistes divers de créer in situ. Jimmy Richer est un habitué de ce type de dispositifs, lui qui qualifie sa démarche « de l’ordre de la recherche, de l’écriture. Je me nourris d’histoire, d’anecdotes, de faits-divers. »

L’artiste a déjà travaillé de nombreuses fois in situ, dans un château, un bâtiment agricole, chez l’habitant ou encore dans des médiathèques du Lot-et-Garonne. C’est aussi ce qui a séduit le jury du pays d’Uzès, ça et le fait que Jimmy Richer présente une oeuvre protéiforme. Fresques, dessins, château de cartes en bois de sept mètres de haut ou encore bureau magique, support d’un escape-game à taille de médiathèque : Jimmy Richer brouille les pistes et sait se faire aussi artisan.

« Je me considère essentiellement comme un dessinateur », affirme celui qui a été diplômé des Beaux-Arts de Montpellier il y a six ans. Un dessinateur qui sait s’adapter, d’une part en fonction du public, et d’autre part en fonction du lieu où il créé. « Il y a toujours un temps d’enquête, de recherche sur le lieu qui vient alimenter mon travail, la manière de raconter les histoires », explique Jimmy Richer.

Le point commun entre toutes ses œuvres reste une poésie et une sensibilité soulignées par une grande créativité. Que va-t-il faire à Uzès ? « Je ne sais pas encore », admet-il dans un sourire. « Les dix premiers jours sont un temps de recherche et d’écriture qui va déterminer la forme de l’exposition », poursuit-il. Seulement sait-il qu’il va parler de « cartographie, d’une manière de représenter le monde », d’où le titre de la résidence, « Ni plat, ni sphère ».

Une résidence qui se tiendra jusqu’au 28 mars, avec un vernissage le 27 mars à 18 heures. Entre-temps, une rencontre avec l’artiste est prévue pour le samedi 7 mars à 16 heures, et des ateliers avec les scolaires seront organisés, tout comme un atelier au café Amande & Co, aux Amandiers.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité