A la uneFaits Divers

ALÈS Assassinat de son ex-compagne : il veut être libéré avant son procès

Photo d'illustration

Un ancien policier de Bagnols-sur-Cèze, qui a avoué avoir tué son ex-compagne sur la rocade d’Alès le 27 février 2016, a demandé ce mercredi 13 mai de sortir de détention.

Il est écroué depuis quatre ans et deux mois dans ce dossier et placé à l’isolement pour le protéger des autres détenus. Il devait être jugé par la cour d’assises du Gard il y a trois mois. Mais son procès a été reporté pour des raisons techniques : trop de témoins avaient été convoqués sur un laps de temps trop court. Le nouveau procès est calé en octobre 2020. Mais l’homme s’impatiente et demande à la chambre de l’instruction de le libérer en attendant l'audience.

« On est en train de parler d’un homme qui a assassiné son ex-compagne en lui tirant trois balles dans la tête, avec son arme de service puisqu’il était policier. Un assassinat qui s’est déroulé sur la voie publique et avec l’enfant de 2 ans à l’arrière du véhicule et qui a vu sa mère mourir », s’insurge l’avocat général, Pascale Palau, qui ne veut pas entendre parler d’un éventuel contrôle judiciaire du mis en examen.

« Voilà un homme qui a demandé le renvoi de son procès et qui maintenant vient réclamer sa libération car sa détention est trop longue », s’insurge l’avocat de la famille de la victime.

« Je ne veux pas fuir mes responsabilités. Je veux être jugé le plus rapidement possible. Je suis à l’isolement depuis 4 ans et demi. C’est long très long », souligne le mis en examen qui est interrogé depuis la prison en visio-conférence.

« Cela fait 4 ans, 2 mois et 15 jours aujourd’hui que cet homme est en détention provisoire. Au moment de son procès, qui est fixé en octobre prochain, cela fera près de 5 ans. On ne respecte plus le critère de délai raisonnable qui est de trois ans", complète un avocat parisien pour le mis en cause.

Hier mardi 12 mai, à Nîmes dans une autre affaire pénale, Catarina Castro, mise en examen pour l’assassinat de son mari à Nîmes en août 2015, a été libérée après 4 ans et 7 mois de détention provisoire. Son procès d’assises devait se tenir en mars. Il a été renvoyé pour cause de coronavirus.

Il y a quelques minutes, ce mercredi 13 mai en soirée, la même chambre de l’instruction de Nîmes vient de rejeter la demande de l’ex-policier, qui reste donc en détention provisoire. Ses avocats parisiens ont immédiatement décidé de former un pourvoi en cassation afin de faire libérer leur client.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité