A la uneCulture

FAIT DU JOUR Une galerie d’art profite du confinement pour proposer des visites virtuelles en 3D

La galerie d'art de Cécile Chiorino a rouvert ses portes le 11 mai. (Photo DR)

Depuis le 26 avril, la galerie d'art de Cécile Chiorino, à Aigues-Mortes, propose une visite virtuelle en trois dimensions de l'exposition "Wake up" (*), de l'artiste peintre Cécile Desserle. Dans un premier temps proposée uniquement aux clients de la galerie, elle est ouverte au public depuis le 9 mai. 

À Aigues-Mortes, Cécile Desserle à l'habitude de prendre ses quartiers. Artiste permanente de la galerie d'art de Cécile Chiorino, elle y organise tous les deux ans des expositions spéciales qui attirent visiteurs et collectionneurs. Et plus encore peut-être depuis la sortie dans les salles de cinéma de La vie d'Adèle.

"Abdellatif Kéchiche m'a contactée pour que je peigne les tableaux qui apparaissent dans son film, se souvient Cécile Desserle. C'était une expérience sympa mais je ne m'attendais pas à avoir autant de retours. Certains m'ont découvert grâce au générique du film et les tableaux se sont très bien vendus." Déjà reconnus et collectionnés depuis plusieurs années, les travaux très féminins de Cécile Desserle ont vu leur notoriété s'accroître après la sortie du film, consacrée Palme d'or du festival de Cannes en 2013.

De quoi faire du 25 avril, date du vernissage de l'exposition "Wake up ", une date à cocher sur les calendriers pour ses clients mais aussi pour de nombreux amateurs d'art de la région. "On avait la possibilité de reporter l'exposition mais c'était frustrant pour plusieurs raisons, explique Cécile Chiorino, propriétaire de la galerie. Toute les créations artistiques étaient prêtes et le thème du réveil est, je trouve, particulièrement d'actualité en ce moment. Et puis, les collectionneurs avaient hâte de découvrir les nouvelles œuvres." 

Une technique emprunté aux agences immobilières

Pour ne pas être obligées de décaler l'exposition dans le temps, les deux Cécile décident de mettre en place des visites virtuelles. "J'ai eu l'idée grâce à des amis qui travaillent dans des agences immobilières, détaille Cécile Desserle. À la manière des appartements que l'ont peut visiter sur internet, j'ai pensé que mes œuvres pouvaient être visibles en 3D." 

À peine présentée, l'idée séduit Cécile Chiorino. "Je voulais que l'on fasse quelque chose de très qualitatif, indique-t-elle. On s'est appuyées sur notre agence de communication mais aussi sur une entreprise spécialisée dans les visites virtuelles auprès des agences immobilières, qui s'est occupée de  filmer la galerie et de réaliser l'adaptation en 3D sur mon site internet."

Une capture d'écran de la visite virtuelle. (Photo DR)

Le résultat est bluffant et permet au spectateur de se balader, comme s'il se trouvait au cœur de la galerie, d'un tableau à l'autre. "On a lancé l'exposition virtuelle le 26 avril, le lendemain de la date prévue pour le vernissage, poursuit Cécile Chiorino. Dans un premier temps, le lien était réservé aux habitués. Les collectionneurs pouvaient obtenir toutes les informations liées aux tableaux en cliquant sur des pastilles rouges prévues à cet effet."  

Un procédé qui a permis à Cécile Desserle de vendre cinq des 40 tableaux exposés. "Dans certains cas, nous accompagnions les visites virtuelles de visio-conférences, ajoute l'artiste. C'était un moyen d'échanger avec les collectionneurs et parfois de les conseiller sur l'endroit où placer les tableaux. C'était pour moi une très belle expérience, je ressentais vraiment le besoin de montrer ce que j'avais produit."

2 500 visites virtuelles en deux semaines

Plus largement ouverte au public depuis le 9 mai, l'exposition virtuelle a passé le cap des 2 500 visites en ligne. Un succès qui se poursuit malgré la réouverture de la galerie au moment du déconfinement. " Wake up restera en ligne pendant encore plusieurs semaines, Cécile Chiorino. La principale différence est que les tableaux vendus restent visibles sur le site. Seule la vignette d'information n'apparaît plus, alors qu'on les retire de la galerie. Cela peut-être frustrant pour un acheteur qui peut avoir un coup de cœur pour une œuvre qui n'est plus disponible. Je pense donc qu'on clôturera l'exposition quand la moitié des tableaux auront été vendus."

Quoi qu'il en soit, la propriétaire de la galerie est convaincue de l'avenir de son concept. "Je crois que la 3D est complémentaire des visites classiques. J'ai la volonté de pérenniser ce concept et de le proposer pour d'autres expositions à venir." À Aigues-Mortes comme ailleurs, le confinement aura au moins permis à des innovations d'être testées et à l'art de se réinventer sous d'autres supports.

Boris Boutet

* Wake up, en anglais : réveillez-vous.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité