Faits Divers

NÎMES Du commando armé de Tarascon aux pirates de l’autoroute

Une équipe issue du Mas de Mingue est entendue par les gendarmes de la Section de recherches de Nîmes concernant des braquages d'automobilistes étrangers sur l'autoroute durant l'été 2019.

(Photo d'illustration/DR)

C'est une équipe qui a grandi au quartier populaire du Mas de Mingue à Nîmes et qui fait parler d'elle depuis quelques années. Des malfaiteurs chevronnés qui ont même eu droit à la "Une" des médias nationaux en janvier 2019 après qu'un commando armé a tiré sur un véhicule de l'administration pénitentiaire afin de libérer un homme qui allait être présenté à un juge du tribunal de Tarascon.

Une évasion à Tarascon

Le prisonnier, également originaire du Mas de Mingue, est parvenu à s'échapper et à rester quelques mois en cavale avec des copains d'expédition avant d'être arrêté dans une maison discrète des Cévennes, à Concoules précisément, où un proche des mis en cause avait loué une villa de vacances en juillet 2019.

Braquages de touristes sur les autoroutes en 2017

Dans cette équipe, l'initiation de braquages de touristes étrangers sur les aires de repos de l'autoroute ou sur les voies de circulation débutent durant l'été 2017. Ils ont été confondus dans ce dossier par les enquêteurs de la Section de recherches de Nîmes. Un procès doit se dérouler pendant trois jours, dès la semaine prochaine, devant le tribunal correctionnel de Nîmes. Un dossier qui contient une dizaine de faits avec parfois des violences importantes sur les victimes.

Alors qu'un membre de cette équipe est détenu, des copains à lui décident de monter une opération en janvier 2019 pour le libérer lors de son transfert par une patrouille de l'administration pénitentiaire à Tarascon, où il doit être entendu. Le gang n'hésite pas à tirer sur les surveillants qui essaient de garer leur véhicule devant le palais de justice. Les agresseurs et l'évadé parviennent à s'enfuir et va commencer pour eux une cavale de six mois.

Les gendarmes de la Section de recherches de Nîmes, leurs homologues des compagnies de Nîmes et de Bagnols/Cèze, mais aussi la police judiciaire vont travailler ensemble et permettre de remonter le fil des investigations pour retrouver cette bande devenue très dangereuse.

Des touristes sont à nouveaux ciblés par des vols avec violences alors qu'ils circulent sur l'A9 durant le début d'été 2019. Même mode opératoire, même secteur pour les agressions : les autorités vont rapidement s'apercevoir que les "gars du mas de Mingue" sont repassés à l'action sur le même périmètre qu'en 2017.

Ils suivent et percutent les touristes étrangers sur l'A9

Des individus qui sont repérés empruntant l'autoroute à hauteur de Montélimar. Les futures victimes sont suivies pendant quelques kilomètres avant d'être percutées par un véhicule à l'arrière. Un mode opératoire identique lors des trois attaques orchestrées entre juin et juillet 2019. Gendarmes et policiers sont certains qu'après les agressions de touristes, les suspects repartent en direction d'Alès et même un peu plus haut.

Pour donner du crédit à leur enquête, la voiture d'une victime est retrouvée en Lozère. Un véhicule qui va servir de repère et de piège aussi aux enquêteurs. Une opération d'envergure est montée par les policiers et gendarmes entre le haut du Gard et la basse Lozère. Tous les ronds points de Florac à Alès sont surveillés avec 30 gendarmes et policiers prêts à tomber sur cette équipe.

Dans la nuit du 23 au 24 juillet 2019, les efforts des enquêteurs sont récompensés. La Golf surveillée emmène les forces de l'ordre vers une maison tranquille de Concoules où plusieurs hommes résident. Au petit matin, policiers et gendarmes arrêtent trois hommes suspectés de s'en prendre aux automobilistes étrangers durant l'été 2019. Parmi ces individus figurent deux hommes activement recherchés.

Le fugitif évadé de Tarascon et un copain de quartier, soupçonné de faire parti du commando qui a tiré sur les agents pénitentiaires, sont arrêtés... Deux hommes également mis en examen pour cette évasion spectaculaire à Tarascon et qui sont entendus depuis hier matin par les gendarmes de la Section de recherche de Nîmes pour le dossier des pirates de la route. La troisième garde à vue concerne le frère d'un des deux mis en cause, suspecté d'être un membre actif des agressions de touristes sur les autoroutes du Sud de la France.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité