A la uneActualitésSociété

LE VIGAN Covid-19 : les derniers tests révèlent deux nouveaux cas positifs

Deux nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés au Vigan. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Deux nouveaux cas de covid-19 ont été recensés au Vigan. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Dimanche dernier, après l’annonce par les services de l’Agence régionale de santé Occitanie de l’émergence d’un foyer de Covid-19 sur la commune du Vigan, treize cas étaient recensés (relire ici). Ce mercredi, on apprend que deux nouveaux tests s’avèrent positifs.

« Depuis dimanche, on est encore plus vigilants, on sent la panique monter ». À l’image de Nelly, gérante d’un salon de coiffure dans le centre de la commune du Vigan, la population est bien plus prudente depuis quelques jours. Dimanche, les habitants ont appris que plusieurs cas d’infection avaient été détectés au sein d’une même famille. « Il semblerait que ce soit à la suite d’un événement familial à Montpellier », précise le maire du Vigan, Sylvie Arnal.

Aucune hospitalisation

Depuis, 130 personnes en lien direct avec cette famille viganaise ont été testées. « Hier, on a eu deux nouveaux cas positifs », poursuit l’édile qui tempère son annonce : « Je précise que personne n’est hospitalisé et qu’il s’agit de 15 cas sur 4 000 habitants ». Par mesure de sécurité, Sylvie Arnal a également pris un arrêté en concertation avec la préfecture du Gard pour fermer le groupe scolaire élémentaire Jean-Carrière jusqu’au vendredi 3 juillet inclus. En clair, pour les petits, l’école est finie. Quant au collège-lycée André-Chamson, « il n’y a pas eu de préconisation de fermeture car il y a eu peu de contact. Il y avait très peu d’élèves », indique Madame le maire.

Sylvie Arnal, maire du Vigan. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Sylvie Arnal, maire du Vigan, tient à rassurer la population. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Ça jase !

Mais la population est-elle pour autant rassurée ? Pas forcément. Nelly, la coiffeuse, résume l’ambiance locale : « Vous savez, ici, c’est une petite ville, ça jase beaucoup. Des gens parlent de 50 cas, d’autres de 100 cas. La rumeur va vite. Jusqu’à présent, on se sentait préservé et j’ai remarqué qu’il y a beaucoup plus de personnes avec des masques dans la rue depuis quelques jours ». À quelques mètres de là, Julie, l’employée du tabac-presse, confirme : « Je sens qu’il y a un peu plus de peur et aussi plus de précaution. Les gens cherchent surtout à connaître le nombre exact de cas ».

Blandine, la gérante de l’épicerie « Bleu Cévennes », ressent également une hausse de l’inquiétude. « On était protégé, on n’avait pas eu de cas. Mais depuis dimanche, je conseille fortement le masque à l’intérieur du magasin et j’interdis aux gens de toucher mes produits. C’est moi qui sers ! », prévient la commerçante. Que Blandine se rassure, son activité comme celle des étaliers sur les marchés, des cafetiers et restaurateurs n’est pas menacée : « En dehors de l’école, aucune autre fermeture n’est prévue, ni même envisagée », conclut Sylvie Arnal.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité