ActualitésSports GardUSAM

NÎMES Les présidents des clubs pros réunis pour les « assises du handball »

Les présidents des clubs de Lidl Starligue et Proligue avec, au centre mains dans les poches, David Tebib, président de l'USAM Nîmes Gard et de l'UCPH (Photo Corentin Corger)

Ce mardi et mercredi, les présidents des clubs professionnels français de handball se sont retrouvés à l'hôtel Novotel Atria de Nîmes. L'occasion d'évoquer différents sujets et notamment les conditions de la nouvelle saison qui va démarrer le 23 septembre.

Fondée en 2007, l'Union des clubs professionnels de handball (UCPH) regroupe les clubs masculins de handball évoluant dans les deux divisions professionnelles. Pendant deux jours, 15 présidents de Lidl Starligue et huit de Proligue se retrouvent à l'hôtel Novotel Atria pour évoquer différents sujets. Concernant la première division qui comptera 16 clubs la saison prochaine, seul le président de Nantes manque à l'appel. Ce dernier n'est d'ailleurs pas adhérent à cette association.

"L'UCPH est majoritaire dans la gouvernance du handball professionnel", tient à rappeler le président David Tebib, que l'on connaît davantage sous la casquette de président de l'USAM. Une précision pour rappeler le poids de ce groupement dans les décisions auprès de la LNH (Ligue nationale de handball) ou de la FFH (Fédération française de handball). Un séminaire à l'initiative du Nîmois qui a convié tous ses confrères chez le troisième du dernier championnat pour ce qu'il qualifie comme étant "les assises du handball". 

Et forcément il y a de quoi échanger autour de la future saison et de la manière dont le handball va se relever après ce coup de sifflet final prématuré. "On aborde des thèmes à court, moyen et long terme avec une réflexion sur le format des compétitions et le remplissage des salles", commente l'hôte. Savoir si le public sera autorisé à se rendre en nombre dans les salles fin septembre fait partie des principales préoccupations des dirigeants qui, de manière collégiale, ont déjà refusé de démarrer le championnat le 23 septembre à huis clos.

Un budget "sensiblement équivalent"

"Les indicateurs sont plutôt positifs. On devrait arriver à une jauge quasiment normale", rassure David Tebib qui espère compter sur les 3 500 spectateurs du Parnasse dès les premières journées du championnat. C'est d'ailleurs dans ce sens que le club usamiste a déjà prévu de lancer la campagne d'abonnement autour de mi-juillet. Dans un sport où les droits télés sont moindres, la billetterie a forcément un impact économique important sur le budget. Par ailleurs, beIN Sports reste diffuseur officiel télévision pour encore trois saisons.

La santé financière des clubs après cette crise sanitaire est forcément au coeur des discussions. Outre la billetterie, se pose aussi la question du soutien aux clubs des partenaires privés, essentiels pour être viables. "L'enthousiasme reste présent et c'est plutôt stable", confie le président de l'UCPH. Après la photographie est trop courte. On y verra plus clair début septembre." Néanmoins, Nîmes devrait présenter un budget "sensiblement équivalent voire en hausse" pour la saison prochaine qui ne devrait pas dépasser les 5 M€.

Corentin Corger

 

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité