Actualités

NÎMES La Ville obtient la 2e étoile du label « Ville éco-propre »

Square de l’Oratoire (Photo DR ville de Nîmes)

Avec un budget de 13 M d’€ investis par an dans les opérations de nettoyage, la ville de Nîmes fait de la propreté urbaine une de ses priorités. Investissement payant qui se traduit par l’enregistrement des bons résultats des mesures d’indicateurs Objectifs de Propretés et l’obtention de la deuxième étoile du label « Ville Eco-propre » qui récompense les collectivités engagées dans l’amélioration durable de la propreté des espaces publics. Cette deuxième étoile valorise les plans d’action propreté mis en œuvre par la Ville.

« Ce label récompense en premier lieu nos démarches de réflexion commune entre les habitants, les associations, les commerçants, les institutions et nos services. Fort de ces concertations, la Ville met en place des plans d’actions pour la propreté urbaine qui s’avèrent être payants pour l’amélioration du cadre de vie des habitants. Certaines coopérations pilotes permettent même de généraliser les solutions engendrées à l’ensemble des secteurs comparables à cette typologie », explique le maire, Jean-Paul Fournier.

Un exemple : au square de l’Oratoire, après avoir identifié les problèmes de propreté : déjections canines, emballages de papiers alimentaires, souillures adhérentes…, la Ville a travaillé en collaboration avec l’Université de Nîmes. En partenariat avec les commerçants, les habitants du quartier, les différents établissements à proximité (école, lieu de cultes), cette action a permis de réaliser une étude psychologique, sociale et environnementale, sur la perception de la propreté du lieu et le non-respect des règles de propreté.

Une étude en partenariat avec l'université de Nîmes

Au-delà de l’analyse de l’utilisation des mobiliers de propreté urbaine type corbeille, est ressorti de cette étude de nouveaux paramètres tels que les horaires de fréquentation du square (fréquentation nocturne, sortie d’école…), l’usage des lieux autre que « Parc et jardin », type parking sauvage…

Fort de cette étude, la Ville a établi un plan d’actions coordonnées pour optimiser l’efficacité des moyens mis en œuvre. Ajout de mobilier urbain dédié à la propreté, requalification canisite par un sol en béton raccordé aux eaux usées, remplacement du passage du balayeur habituel par un véhicule alternatif Virto’Tri (triporteur électrique), mise en place de mobilier empêchant l’accès aux véhicules et sécurisant la zone et planification de la "Brigade civilité" pour sensibiliser des utilisateurs à la charte « Vivre ensemble et à la propreté » de la Ville.

Résultat, en un trimestre, le square a enregistré des mesures sur la propreté inférieure à la moyenne nationale et la population et le Comité de quartier ont exprimé de bons retours sur l’amélioration du cadre de vie du quartier.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité