A la uneActualitésCulture

SILENCE, ON TOURNE ! Quand Uzès révèle Cyrano

Cyrano, Uzès, les arches voûtées de la Place aux Herbes (Capture d'écran du film).

Chaque mercredi de l’été, à 11h30, Objectif Gard vous propose de découvrir ou de redécouvrir des lieux dans notre département qui ont été le théâtre de tournages de films célèbres. Poursuivons cette série estivale dédiée au 7e art en allant à Uzès.

Uzès... Nul n'avait attendu le cinéma pour s'apercevoir de la beauté brutalement soyeuse de ce duché niché au centre du département. Ici, le temps semble s'être arrêté dans le méandre des ruelles pierreuses, voilà pourquoi la bourgade a été choisie pour accueillir quelques scènes visuelles d'époque. Mais quelle époque ?

Roxane (Capture d'écran du film).

Si le vrai Hercule Savinien de Cyrano de Bergerac (1619-1655) n'y a probablement jamais mis les pieds, Gérard Depardieu, par la grâce du réalisateur Jean-Paul Rappeneau, y a posé son talent. Il faut dire que les deux réunis, Depardieu et Rappeneau, ont mis leur savoir-faire au service d'un splendide film qui a maintenant 30 ans. Un modèle d'adaptation, un film tout bonnement parmi les meilleurs du siècle dernier.

Comme dans tout grand succès du cinéma français qui se respecte, et comme il s'agissait de l'adaptation d'une grande pièce de théâtre d'Edmond Rostand, c'est l'ami Jean-Claude Carrière, vrai amoureux du Gard, qui refait l'oeuvre à la dimension d'une toile... de cinéma. Succès grandiose.

(Capture d'écran du film).

Sans les lourds mais nécessaires droits d'auteur à payer, la pièce datait de 1897, la production a pu réaliser une quarantaine de décors en Hongrie, car les choses plus anciennes y coûtaient moins cher, mais aussi en France.

La célèbre place aux Herbes d'Uzès, presque vide, un lundi matin de mai dernier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pendant plus de deux heures, c'est un enchantement des yeux et des oreilles. Si la pièce de Rostand est marquée par son époque, les dialogues de Carrière et Rappeneau remettent au goût du jour un idéal. Même visuellement, ils ont leur élégance !

La place aux Herbes (Capture d'écran du film).

Mais la Place aux Herbes du village est elle aussi très élégante et supporte parfaitement l'époque du tournage. On la voit et revoit à de multiples reprises, notamment ses galeries couvertes qui abritaient alors des échoppes. Dans le film, le spectateur est plongé dans le secteur sauvegardé d'Uzès quand Roxanne donne rendez-vous à Cyrano chez le pâtissier Ragueneau ou quand Christian apporte en personne les lettres amoureuses écrites par Cyrano. En fait, dans le film, c'est dans un des majestueux hôtels particuliers que Roxanne (Anne Brochet) habite.

C'est aussi ici que Cyrano ralentit la marche forcée du duc de Guiche (Jacques Weber) pour que Christian (Vincent Perez) puisse épouser Roxanne en secret. Uzès a donc entendu la tirade non pas du nez mais du voyage sur la lune d'un Cyrano plus inspiré que jamais. Si Uzès est bien le premier Duché de France, il est aussi le décor naturel de sublimes effets.

Cyrano va tomber de la lune (Capture d'écran du film).

Meilleur film, meilleur réalisateur (Rappeneau), meilleur acteur (Depardieu), meilleur second rôle (Weber), meilleure musique (J-C. Petit), meilleure photo (P. Lhomme), meilleurs décors (E. Frigerio), meilleur son (P. Gamet et Dominique Hennequin), meilleur montage (N. Boisson), meilleurs costumes (F. Squarciapino) mais aussi des nominations pour Anne Brochet comme meilleure actrice, Vincent Perez comme jeune espoir masculin et meilleur scénario original ou adaptation.

Il est là (Capture d'écran du film).

Mais le Graal, c'est les nominés aux Oscar. Meilleurs film étranger, acteur (Depardieu), costumes, direction artistique ou encore meilleur maquillage. Cyrano décrochera le seul Oscar de la meilleure création de costumes. Il ravira aussi le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère et quelques BAFTA non négligeables. Présenté à Cannes il ne décrochera pas la Palme mais aura le prix d'interprétation masculine pour Depardieu et le prix Vulcain pour Pierre Lhomme.

(Capture d'écran du film).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité