A la uneActualitésSociété

NÎMES Un salon de l’agriculture à la nîmoise, les JMS !

C'est en septembre que seront organisées ces journées dédiées à l'agriculture locale.

La ferme en centre-ville, vraie sensation des JMS (photo Archives Anthony Maurin).

Les Journées Méditerranéennes des Saveurs auront bel et bien lieu les 11, 12 et 13 septembre prochains. Une quarantaine de stands de producteurs, des engins agricoles et comme toujours des bêtes un peu partout. Tout cela ne peut que séduire le grand public qui est attendu en nombre.

L'agriculture est un levier important d'économie pour notre département. Certes le tourisme est fortement présent, mais il peut être fluctuant, on le voit bien actuellement. Les productions locales, elles, sont appréciées par les consommateurs mais il faut continuer dans ce sens et ne jamais se reposer sur nos lauriers.

Pour Magali Saumade, présidente de la Chambre d'Agriculture du Gard, "c'est une opération importante pour l'agriculture locale et le territoire. Je suis soulagée qu'elle puisse se faire en centre-ville avec les conditions particulières liées à la Covid-19. Nous travaillons très bien avec Nîmes métropole, le Conseil départemental du Gard, la Région, la Chambre des Métiers et la Ville de Nîmes. C'est un moment fort, plus aujourd'hui qu'hier car nous sommes un des premiers départements de produits de qualité et de produits bio. Nous voulons continuer et pérenniser les partenariats car notre potentiel de production est énorme. Nous avons le faire et le savoir-faire."

Les organisateurs (Photo Anthony Maurin).

Pour le nouveau président de Nîmes métropole, Franck Proust : "Je suis très fier car nous avons, et cela ne s'est pas vu depuis longtemps, le président de l'agglomération à côté du maire de Nîmes. Cette 11ème édition sous le module des JMS offrira une visibilité forte sur la filière agricole qui est une vraie filière économique. Je ne voulais pas voir partir cette opération en-dehors du centre-ville et le Préfet nous autorise à l'organiser les 11, 12 et 13 septembre prochains. L'objectif n'est pas d'aggraver la crise, mais de réussir un événement fort pour l'économie de Nîmes. C'est une mise en valeur de la proximité et des circuits courts. L'agriculture est notre identité, notre patrimoine et il est important d'aller vers notre autonomie alimentaire. "

Un mois de septembre très animé

Il est certain que ce type d'animation est un véritable plaisir pour les familles. Gratuit et libre d'accès, l'événement se veut autant pédagogique que gastronomique. Le budget est de 190 000 euros dont 120 000 de Nîmes métropole. Fabrice Verdier, vice-président de la Région Occitanie, est lui aussi très clair et l'avoue : "Nous soutenons cette animation comme nous valorisons De Ferme en Ferme. Nous avons la volonté d'être dans l'attractivité, juste après le Tour de France dont une étape arrivera au sommet de l'Aigoual quelques jours plus tôt. Nous allons, dans le Gard, avoir un beau, dense et long mois de septembre grâce à toutes les animations qui seront organisées. C'est une manifestation importante pour mettre les gens au contact des agriculteurs ce qui les incitera encore plus à consommer localement."

De gauche à droite : Fabrice Verdier, Magali Saumade, Franck Proust et Jean-Paul Fournier (Photo Anthony Maurin).

Jean-Paul Fournier, fraîchement réélu à la tête de la Ville de Nîmes, est lui aussi fier d'accueillir les JMS même si cette édition sera quelque peu différente, plus aérée. "Oui je m'en réjouis ! Il fallait que ce mini salon de l'agriculture reste en ville et cette décision est importante pour le grand public. Les Nîmois sont friands de ce week-end. Espérons que tout se passera bien." Président de la Chambre des métiers et de l'artisanat du Gard, Henry Brin, pense quant à lui que "cela permet une belle communication auprès des consommateurs qui peuvent acheter local et maintenir l'élan qui a été mis en place pendant le confinement."

Produire et commercialiser la qualité

De son côté, Eric Giraudier, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Gard est clair : "Produire, c'est bien. Mais la création de valeur ne se fait qu'à partir de la commercialisation alors il faut que les producteurs puissent vendre ce qu'ils savent faire de mieux. Cela attire aussi un certain type de tourisme et il faut que nous continuions cette belle montée en gamme car si l'origine d'un produit est identifiée, on peut l'acheter quelques centimes plus cher. "

Les marchands de légumes (Photo Archives : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

"Les producteurs ont besoin de ces espaces commerciaux. Nous nous adaptons mais nous vivons chaque fois de belles rencontres lors de ce week-end et nous retrouvons les consommateurs plus tard dans nos entreprises. Je n'ai qu'un seul petit regret : l'impossibilité à cause des vendanges de faire venir des vignerons...", note Patrick Viala, président de Bienvenue à la Ferme.

40 stands au lieu de 60

Une quarantaine de stands (au lieu de soixante Covid-19 oblige) sur lesquels les consommateurs pourront acheter des produits plus Gardois que jamais. Des animaux, évidemment, et des engins agricoles, forcément, seront accessibles, eux aussi, à tous les publics. Le vendredi, et pour un aspect plus pédagogique encore, les scolaires seront également présents en nombre.

Le port du masque est pour l'heure encore une énigme - les JMS n'auront lieu que dans 40 jours - "On ne masquera pas les saveurs", plaisante Eric Giraudier. Par le passé, l'événement attirait 30 000 personnes. Gageons que les visiteurs seront nombreux cette année encore car "ce qui se fait ici ne se fait pas ailleurs", comme l'a rappelé Dominique Granier, ancien président de la Chambre d'Agriculture.

Anthony Maurin

Nous reparlerons des JMS fin août, quand tout se précisera et que nous aurons de plus amples informations sur l'organisation propre à un tel événement.

Les chalands venus nombreux sur l'avenue Feuchères (Photo d'archive : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité