A la unePolitique

SÉNATORIALES Le socialiste Alexandre Pissas : « Je veux être sénateur et j’irai au bout ! »

Alexandre Pissas, candidat socialiste aux Sénatoriales, a présenté seul sa candidature. Le premier fédéral Jean Denat étant excusé pour son absence (Photo : Coralie Mollaret)

Investi par les militants socialistes aux sénatoriales de septembre, Alexandre Pissas fait face à la candidature dissidente du président socialiste du Conseil départemental, Denis Bouad. S’estimant « dans son bon droit », il assure vouloir aller « jusqu’au bout. »

Déclaré le 12 août, la candidature du président PS du Conseil départemental met un coup de canif à celle du socialiste Alexandre Pissas. L’intéressé a beau dire qu’il est « serein » et que « tout va bien », la direction nationale du parti s’inquiète de la situation gardoise. « La candidature de Denis Bouad n’est pas légitime », s’est défendu le maire de Tresques, ce mardi, lors de la présentation de sa candidature à la presse.

Détaillant la procédure du parti qui a conduit à son investiture, le socialiste enfonce : « Moi, j’ai suivi les consignes à la lettre. J’ai déposé ma candidature, les militants m’ont désigné avant que les instances locales et nationales n'entérinent cette décision. » Du coup, « je n’imagine pas que l’on puisse me retirer l’investiture PS ! »

« Quand on est militant PS, c’est pas à la carte »

Responsable politique avisé, le Bagnolais n’a pas manqué de tacler son adversaire. Des banderilles plus subtiles que d'autres. Faisant allusion au non-paiement des cotisations d’élu au parti de Denis Bouad (estimées entre 5 000 et 10 000€, ndlr), il lâche que « le premier fédéral PS Jean Denat m’a dit qu’il n’était pas à jour de ses cotisations depuis 2015. […] Quand on est militant socialiste, c’est pas à la carte. On donne 5% de ses indemnités au parti. C’est aussi une obligation morale. Ça ne fait pas très mal, puisque c’est déductible des impôts. »

Alexandre Pissas a également fait part de son incompréhension. Le conseiller départemental n’a  « pas compris pourquoi Denis Bouad m’a demandé de démissionner de mes fonctions de premier vice-président au Département, de ma présidence de la Semiga et du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) ! » Une demande formulée « au cours d’une rencontre au lendemain du vote des militants », rapporte-il, cillant qu'à cette occasion, « Denis Bouad était assez pâle. »

« Je veux être sénateur »  

Dans le fond, qu’importe la décision du PS "national". « Je veux être sénateur et j’irai au bout ! Je suis socialiste gardois avant d’être socialiste national », a répondu Alexandre Pissas, dans l’hypothèse où le parti déciderait de soutenir son rival. Dans la présentation de sa candidature, l’édile a mis un point d’honneur à défendre « les pouvoirs d’urbanisme et de police du maire. » Quant à ceux qui l’estiment peu rassembleur après l’épisode de 2015 pour la présidence du Conseil départemental : « Seuls deux maires m’en n’ont parlé. Les autres, ils ont oublié ou ils s’en tapent ! », rétorque le candidat, expliquant « qu’en politique, il faut aussi savoir tirer des traits. »

Enfin, dans le cas où le Tresquois perdrait les Sénatoriales, il indique : « Je verrai ce que l’on va proposer pour continuer la belle politique mise en œuvre par Denis Bouad. ([…] Je ne peux pas vous dire si je serai candidat. Aux échecs, je m’arrête au deuxième coup... » , ne dévoilant donc jamais l'intégralité de son jeu.

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com 

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité