A la uneActualitésSports Gard

ÉDITORIAL Un Tour plus fort que la covid

Julian Alaphilippe, joueur... On a perdu on a vu le rond ! (Photo Corentin Corger).
Le coureur français Julian Alaphilippe (Photo via MaxPPP)

Le Tour de France passe dans le Gard aujourd'hui, mais la crise sanitaire oblige l'épreuve à se dérouler dans des conditions très particulières...

Nous aurions aimé voir Julian Alaphilippe, qui a perdu son maillot jaune hier, lâcher les cadors du peloton sur les pentes du col de la Lusette et triompher au sommet du mont Aigoual. Le coureur de l'équipe belge Deceuninck-Quick Step posant alors les jalons d’une victoire finale que la France attend depuis 1985 et l'ultime victoire du Blaireau breton, Bernard Hinault. Le tout dans une ambiance de folie et sous un cagnard brûlant du mois de juillet. Par la même occasion le Gard rentrait dans l’histoire de la grande boucle.

Si le scénario sportif reste possible, en ce qui concerne une foule en délire, il ne faudra pas trop y compter. D'autant que le stationnement est interdit dans la montée de l’Aigoual et que la zone d’arrivée est limitée à 5 000 personnes. Et on ne vous parle pas des gestes barrières à respecter...

Si nous en sommes arrivés là, c’est la faute à la covid-19. La crise sanitaire a obligé les organisateurs du Tour de France à déplacer l’épreuve légendaire de deux mois. Du coup, fini l’ambiance vacances, les camping-car, l'apéro devant la table de camping, la bière des Néerlandais et des Belges et la fête populaire. Pour les villes qui se sont offertes la venue du troisième événement sportif le plus suivie au monde, c’est la douche froide.

Mais qu'elles se rassurent, car les audiences à la télévision sont encore très bonnes. 4,35 millions français étaient devant leur écran dimanche pour voir les coureurs et les paysages de la région niçoise. Un chiffre auquel il faut rajouter les audiences à l’étranger. Ils seront encore très nombreux a regarder le peloton passer par Saint-Ambroix, Alès, Anduze et le Vigan.

Le Tour de France passe aujourd’hui pour la 77e fois dans le Gard, mais ce sera la première fois qu’une étape arrive au Mont-Aigoual. Mieux vaut tard que jamais. Une chose est certaine, c’est que ce n’est pas la dernière fois. Car cette épreuve mythique a survécu à tant de tempêtes que ce n’est pas la covid qui y mettra un terme. Le Tour de France est immortel et le Gard l'est tout autant, alors ces deux là non pas fini de se rencontrer.

Norman Jardin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité