A la uneActualitésSociété

NÎMES Un millésime idéal pour 2020 et l’AOC Costières ?

Tant sur la qualité que sur les quantités annoncées, la satisfaction des vignerons est totale.

Les Costières de Nîmes (Photo Archives Anthony Maurin).

Les vendanges battent leur plein dans le vignoble des Costières de Nîmes, pointe méridionale de la Vallée du Rhône. La récolte des raisins pour les vins blancs et rosés est quasiment finie tandis qu’on entre dans une deuxième phase pour les rouges suite à la pluie du 27 août.

Reconnue en appellation depuis 1986, l’AOC Costières de Nîmes appartient à la grande famille des vins de la Vallée du Rhône. En effet, elle constitue la pointe méridionale de son vignoble qui court entre Nîmes et la Camargue sur 4 500 hectares de vignes, dont 25 % en bio. Elle regroupe 73 domaines, 11 caves coopératives et 1 négociant-vinificateur qui produisent de l’ordre de 20 millions de bouteilles par an en rouge (50 %), rosé (43 %) et blanc (7 %).

" Cette année, la météo est avec nous, ce qui permet aux vignerons de ne pas subir la vendange ", se réjouit notamment Bruno Manzone, président du Syndicat des Vignerons des Costières de Nîmes. Premier allié de cette bonne nouvelle,  le mistral ! Sa vigueur a permis de préserver les raisins et d’assurer un état sanitaire parfait. Deuxième allié, les températures relativement fraîches en ce début de mois de septembre. Ces dernières favorisent quant à elles des maturités phénoliques lentes permettant de belles concentrations aromatiques. " Les conditions sont ainsi idéales pour laisser les raisins mûrir tranquillement. La vigne n’est pas stressée et la qualité est très prometteuse " ajoute le président Manzone.

Blancs et rosés, rouges bientôt

Les blancs et rosés ont été vendangés tôt afin d’assurer une grande fraîcheur à ces vins. La récolte des rouges, quoique plus précoce que pour une année ordinaire, est en cours. Une moitié de la vendange est déjà dans les caves tandis que l’autre est encore à rentrer. Celle-ci bénéficiera du petit épisode pluvieux du 27 août dernier qui aura permis de débloquer les dernières maturités.

En termes de volumes, les prévisions sont également encourageantes car nul aléa climatique n’est à signaler cette année dans le vignoble. Les quantités devraient ainsi être au rendez-vous pour répondre aux besoins des marchés.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité