Faits Divers

NÎMES Violences sur les forces de l’ordre à Pissevin : « Les policiers ont eu peur de se faire massacrer »

Photo illustration. B.DLC Objectif Gard

Deux hommes comparaissaient ce mardi devant le tribunal correctionnel de Nîmes. ils étaient soupçonnés de violences contre des policiers, pris à partie lors d'une intervention le 10 septembre dernier.

"Il est de plus en plus compliqué pour les forces de l'ordre de mettre un pied dans certains quartiers sensibles. Les dealers ne veulent pas les voir arriver. Ils veulent avoir le quartier pour eux, c'est ça la réalité du terrain que rencontrent les policiers", estime maître Jean-François Coral, avocat de trois fonctionnaires pris à partie le 10 septembre dernier alors qu'ils essayaient d'arrêter un jeune en possession de stupéfiants dans le quartier de Pissevin.

Un suspect qui a appelé à la rescousse ses petits copains. Des dizaines de jeunes qui ont poursuivi l'équipage de police. "Les policiers ont eu peur de se faire massacrer. Ils ont couru pour échapper à la meute derrière eux sans savoir si les renforts allaient arriver assez rapidement pour les sauver", poursuit le pénaliste nîmois.

Finalement le jeune en possession de drogue sur lui sera arrêté, tandis qu'un des émeutiers présumés sera lui aussi interpellé. Les deux hommes comparaissaient ce mardi devant le tribunal correctionnel de Nîmes. "Les faits se sont déroulés en pleine journée, à 14h, alors que des habitants du secteur étaient dans la rue. Ils ont vu la scène et entendus le ton menaçant agressif, outrageant et les violences à l'encontre des forces de l'ordre", ajoute le vice-procureur, Stéphanie Mollard, qui réclame et obtient de la juridiction que le prévenu poursuivi pour des "jets de projectiles", des violences donc, soit condamné par 12 mois de prison dont 6 avec un sursis probatoire.

Il reste en détention et durant la période de son sursis probatoire il devra en outre payer les dommages et intérêts aux trois policiers sinon il effectuera 6 mois de plus. En attendant ce jeune de 21 ans, qui était déjà sous contrôle judiciaire, reste en détention. "Il a un job le week-end, il est guetteur. Lui et ses copains veulent instaurer un climat d'insécurité dans le quartier. Ils veulent que la police ne puisse plus y venir. Il est impossible d'abandonner le secteur à un petit nombre de trafiquants", tranche la représentante du parquet de Nîmes.

Le jeune homme arrêté le même jour en possession d'une petite quantité de drogue a écopé lui de 10 mois de prison qu'il effectuera à domicile avec un bracelet électronique. Il faut noter qu'un habitant du quartier a été blessé et hospitalisé après les faits survenus à l'encontre des policiers. Une bouteille a terminé sa course sur cet habitant. Et une mère de famille avec un bébé dans les bras a été protégée par les policiers !

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

2 réactions sur “NÎMES Violences sur les forces de l’ordre à Pissevin : « Les policiers ont eu peur de se faire massacrer »”

  1. Cette situation a été créé par les politiques et médias qui ne soutiennent plus les policiers quand ils tentent de se défendre ,d’utiliser la force légale ou de faire appliquer la loi. A force des les accuser de violences policières lorsqu’ils interpellent des individus violents, ils préfèrent fuit et abandonner le terrain !!!!! Dans certains pays les policiers ne se laissent pas faire, et sont soutenus par les médias, politiques et population, ce n’est plus le cas en France. Pour certains il vaut mieux un policiers blessé qu’un délinquant. Soutien total aux forces de l’ordre.

  2. Demandez à la famille de Cédric Chouviat ce qu’elle en pense. Sortez de votre bulle. Vous expliquez l’inverse de ce qu’il se passe.
    Vous participez volontairement ou pas à la progande générale pour réduire les libertés et la démocratie.

Répondre à plumo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité