Actualités

NÎMES EN FERIA Spectacle équestre : des émotions plus courtes mais intenses

Les trois générations de cavaliers dans la famille Thomas : Benjamin, Olivia et Florent (Photo Corentin Corger)

C'est une des animations maintenues pendant cette Feria de Nîmes, le spectacle équestre déplacé par rapport aux contraintes sanitaires à l'espace taurin. Des représentations plus courtes mais toutes aussi intenses pour le public et les cavaliers de la famille Thomas dont la passion se transmet de génération en génération.

Ce samedi après-midi à 17h, environ 120 personnes prenaient place dans les deux tribunes de l'espace taurin pour assister au spectacle équestre organisé dans les arènes du Jardins de la Fontaine. Une jauge limitée en raison des contraintes sanitaires avec un siège sur deux conservé. Une configuration qu'il aurait été impossible de mettre en place à l'intérieur des Jardins où se tient habituellement cette manifestation. Mais pour maintenir malgré tout ce spectacle, les équipes de la Ville en concertation avec celles de la préfecture sont arrivées à la formule suivante.

Trente minutes de spectacle puis trente minutes de pause le temps de laisser les spectateurs partir et de nouveaux arrivants pour une deuxième représentation équivalente. Ce sera également le cas cet après-midi à 17h si le temps le permet. Une organisation pensée pour éviter que les gens se massent derrière les barrières à l'extérieur du site pour observer de loin. "On préférerait voir les tribunes pleines c'est sûr mais au moins on peut proposer un spectacle", souligne Xavier Donate, employé municipal détaché au service des festivités pendant la Feria.

Le public était forcément limité à l'espace taurin (Photo Corentin Corger)

Des émotions plus courtes mais aussi intenses car dans l'arène les cavaliers se sont adaptés et proposent néanmoins un spectacle riche. C'est l'écurie "Andalucia", implantée sur Beaucaire depuis 40 ans, qui est mis à l'honneur cette année. Un élevage qui a été primé trois fois champion de France et qui a terminé troisième au championnat du monde de Séville en 1998.

Florent Thomas est éleveur depuis 40 ans (Photo Corentin Corger)

À la baguette on retrouve le patriarche Florent Thomas qui mène la danse accompagné de ses chevaux de Pure race espagnole. C'est en famille qu'il fait découvrir son savoir-faire qui lui permet de se produire partout en Europe. "Comme je dis toujours on a trois générations de chevaux et trois générations de cavaliers !", commente-t-il. Pour émerveiller le public, on retrouve quatre spécialités dans ce spectacle : l'équitation académique, les chevaux lâchés en liberté, la voltige et la poste hongroise. Une pratique qui consiste à monter une paire de chevaux en se tenant debout.

L'impressionnante poste hongroise réalisée par le fils Benjamin (Photo Corentin Corger)

Et là c'est le fiston Benjamin qui s'y colle et dont la fille Olivia participe également à la fête. Car ce sont surtout des sourires que l'on observait sur les visages de ces passionnés. "Vaut mieux ça que rien !", concède Florent Thomas dont l'activité est forcément en baisse depuis mars mais qui permet aux adultes et enfants de s'échapper quelques instants dans cette période particulière.

Corentin Corger

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité