A la unePolitique

LE 7H50 Alexandre Pissas : « Mon résultat aux Sénatoriales a été médiocre » 

Alexandre Pissas, le vice-président du Conseil départemental et maire de Tresques (Photo : Coralie Mollaret)

Vice-président du conseil départemental et maire de Tresques, le socialiste s’est vu privé de son investiture par le PS, qui l’a finalement attribué à Denis Bouad, le président du Département. Malgré le maintien de sa candidature, Alexandre Pissas n’a pas réussi à être élu sénateur. 

Objectif Gard : Vous avez récolté 118 voix. Comment réagissez-vous ? 

Alexandre Pissas : C’est un résultat médiocre. Je ne peux pas dire le contraire. Un résultat médiocre en dépit de l’investissement humain. J’ai fait une belle campagne en rencontrant beaucoup d’élus. Mon discours a plu, notamment sur la place de la commune qui doit être au centre de l’architecture territoriale de notre République. J’ai fait campagne avec mes petits moyens contrairement à d’autres qui ont mis tous les moyens du Conseil départemental à disposition pour la victoire de Denis Bouad. 

« Il fallait se mettre atour d’une table et discuter ! » 

Malgré ces moyens, votre candidature dissidente a fait perdre Denis Bouad. Il espérait que sa colistière, Carole Bergeri, soit élue avec lui au Sénat. 

Moi, j’ai fait perdre Denis Bouad ? Attendez, c’est lui qui s’est présenté contre moi et non moi qui me suis présenté contre lui. Je suis en campagne depuis août… Reprenez les articles ! En janvier 2020, il déclarait même que j’étais un candidat légitime. J’ai respecté les règles du parti, j’ai été investi par les militants. S’il y avait quelque chose à faire pour avoir deux sénateurs de Gauche, il fallait se mettre atour d’une table et discuter ! 

Toutefois, la direction nationale du parti a investi Denis Bouad et pas vous.. 

Oui, c’est la décision de deux hommes à Paris. Moi, j’ai été élu par les militants. 

Comment expliquez-vous vos 118 voix ? Certains disent que vous auriez reçu le soutien d’élus du canton du Vigan où est élu Martin Delord… 

Mon score n’est pas faramineux. Martin Delord est un homme respectable, il a de la bouteille et il est rigoureux. Il m’a dit que le message politique de ma campagne passait bien. Par contre, j’ai une autre remarque. 

« Malgré l’union de la Gauche, Denis Bouad a fait moins de voix
 que Simon Sutour en 2014 » 

Quelle est-elle ? 

J’ai une remarque sur le score de Denis Bouad. Je tiens à ce que vous la releviez. En 2014, le candidat du Parti socialiste, Simon Sutour, était seul en liste pour les Sénatoriales. Il a recueilli 677 voix. Aujourd’hui, Denis Bouad, uni avec le Parti communiste, réalise un score inférieur à celui de Simon Sutour : 663 voix ! Quand on ajoute les miennes à celui de Denis Bouad et que l’on ajoute celles du Parti communiste à celles de Simon Sutour, il y a une quarantaine de voix qui nous manque. Cherchons les causes… Les têtes de liste, peut-être.

C’est peut-être aussi la division qui n’est pas très attirante pour les électeurs... 

La division n’est pas de mon fait. J’ai respecté la procédure de désignation de mon parti. 

Vous auriez pu vous retirer et respecter la décision finale de votre direction nationale… 

Encore aurait-il fallu que l’on m’appelle ! Personne ne m’a demandé de me retirer. 

Vous avancez que Denis Bouad a fait campagne avec les moyens de la collectivité. Allez-vous déposer un recours ? 

Pour quoi faire ? Pour que Denis Bouad reste président du Conseil départemental un mois de plus ? Un recours l’empêcherait de démissionner le 27 octobre, en attendant que le litige ne soit tranché. 

Vous venez d’en parler : le 27 octobre, les 46 élus du Conseil départemental devront choisir un nouveau président. Êtes-vous candidat ? 

Au Sénat, je sentais les choses. Pour l’instant, je me concentre sur mes mandats. La campagne m’a pas mal occupé. Voyez-vous, ce lundi matin, j’étais en mairie pour rattraper le retard avant la tenue de notre conseil municipal. 

Propos recueillis par Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité