A la uneActualités

FAIT DU JOUR Le Bagnolais Mentizard dépoussière la magie

Le magicien et mentaliste Mentizard pose à côté de certaines de ses pièces les plus remarquables (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Il nous reçoit dans son hangar, quelque part dans le Gard rhodanien. Ici est stockée une bonne partie du matériel du Bagnolais Mentizard, magicien et mentaliste bagnolais, découvert entre autres il y a quelques années dans l’émission Incroyable talent, sur M6, où il a été « le premier au monde à présenter deux grandes illusions à la télévision », affirme-t-il.

L’homme est intarissable : authentique passionné, Mentizard, Jérôme Mathieu de son vrai nom, passe d’une illusion à l’autre, comprendre d’un dispositif de magie à l’autre, et d’un sujet à l’autre. La magie, il est « tombé dedans quand il était petit », lance-t-il. Il a six ans lorsque son père lui offre sa première boîte de magie. Depuis, la passion ne l’a jamais quitté, et il décide d’en faire son métier quand, à la mort de son père, sa mère se met en ménage avec un autre homme. « C’était un mythomane, rejoue-t-il. Il faisait croire que quelqu’un faisait de la sorcellerie, j’ai voulu montrer que ça n’existait pas. »

Vendeur de formation, il se met à vivre de sa passion, la magie, il y a une quinzaine d’années. Avec un but : « donner une autre image de la magie. » Alors pas question pour lui de refaire les tours déjà vus et revus : « j’essaie de les dépoussiérer, de proposer des spectacles plus interactifs, vivants, avec l’intervention de la salle, des projections vidéo ou de la magie numérique », affirme-t-il de son débit de mitraillette.

« Il y a de vrais dangers sur certains effets »

Alors plus que le lapin qui sort du chapeau, Mentizard préfère proposer des numéros rares, pour certains uniques au monde ou en Europe, dont il a les droits, les numéros ayant une propriété intellectuelle. Quand il coupe quelqu’un en deux sur scène, « c’est avec quelqu’un du public, ce n’est pas répété », décrit-il. Il possède une autre technique pour ce tour qui lui a valu d’être choisi par le site internet Mano Mano pour une campagne publicitaire, la forme de l’objet qu’il utilise, et qu’il est le seul à posséder, et le truc du numéro ayant convaincu la marque. Et si couper une femme en deux ne suffisait pas, le magicien la coupe carrément en huit lors d’une autre illusion.

Et quand il fait du « close-up », c’est à dire des tours de cartes ou de mentalisme au plus près du public, l’illusion est bluffante. Mentizard joue sur tous les types de magie, comme la méga illusion, avec par exemple un scorpion mécanique de 4m50 de haut, dont la queue est une scie circulaire. Attaché en dessous, le magicien doit s’échapper sous peine de finir découpé. « Il faut six personnes et deux camions de 20 mètres cube pour trois minutes se spectacle », précise-t-il en évoquant le scorpion. Sur un autre numéro, son assistante qui est aussi sa compagne, Julie, doit se défaire d’une camisole de force avant qu’une mâchoire munie de lames ne se referme sur elle, tout en étant suspendue à quatre mètres du sol. C’est ce qu’on appelle l’escapologie.

Outre leur aspect très exigent physiquement, « il y a de vrais dangers sur certains effets », admet-il pudiquement. Maniaque, Mentizard ne laisse rien au hasard et « essaie de penser à tout » pour que le numéro se déroule sans accroc. « Je mise sur la sécurité, et sur un très bon matériel pour sécuriser l’équipe et le public », ajoute-t-il. Le matériel, souvent très cher, est soit fabriqué sur-mesure, soit racheté à des pointures mondiales de la magie, tout comme certains fonds de scènes monumentaux.

« Rien n’est impossible »

Le magicien l’affirme : il ne se repose pas sur ses acquis et suit l’air du temps. Ainsi, il travaille sur un tour de cartes dans lequel son masque joue un rôle de premier plan. « Nous nous adaptons en permanence », résume-t-il. Peut-il tout faire ? « Rien n’est impossible, tout est une question d’imagination, de connaissances pour fabriquer l’idée et de budget », répond-t-il du tac au tac. Le magicien apporte un grand soin à l’écriture, « pour étonner, surprendre le public. » Certains tours peuvent prendre des centaines d’heures de travail, et nécessitent une équipe à ses côtés.

Outre ses spectacles, le magicien travaille pour des mariages, des réceptions, pour des entreprises, pour les adultes ou les enfants. « On s’adapte, c’est du sur-mesure », martèle-t-il. Lui qui a participé aux championnats de France de magie, à plusieurs émissions de télévision et au plus gros festival de magie de France devant 5 000 personnes a un grand projet : « sortir un méga-show avec trente grandes illusions, ce qui à ma connaissance est du jamais vu en France, mais il faut beaucoup de monde, il faut agrandir l’équipe », avance-t-il. D’un staff de quatre à six personnes d’habitude, il lui faut passer à une vingtaine. « Le projet a été reporté à cause du covid, mais nous allons lancer un casting », affirme Mentizard, qui fourmille de projets.

Avant de partir, la curiosité nous oblige à tenter de lui faire dévoiler au moins un secret. « Ça ne sert à rien de savoir le secret, puisque vous ne pouvez pas reproduire le tour », répond-t-il dans un sourire. Et de toute façon, ce serait aller à l’encontre de ce qu’il cherche, à savoir « faire rêver les gens. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité