A la uneActualités

FAIT DU SOIR Avec une fréquence permanente, la radio uzégeoise Fuze peut voir plus loin

Une partie de l'équipe de Fuze dans ses studios à Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La bonne nouvelle est tombée en plein coeur de l’été : la radio associative Fuze, basée à Uzès, va enfin bénéficier d’une fréquence FM permanente, dix ans après sa création.

Pour quiconque connaît un peu l’univers de la radio associative, voir une radio tenir dix ans sans fréquence FM permanente tient du petit miracle. C’est pourtant le cas de Fuze, qui a donc vu ses efforts récompensés cet été après des années de tentatives auprès de l’antenne régionale du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

Jusqu’à maintenant, la radio émettait en FM, mais sur une fréquence temporaire. Concrètement, « tous les ans il fallait faire une demande et nous ne pouvions émettre que de septembre à juin », retrace Marie Fringand Requin, ancienne de Radio France, chargée chez Fuze des programmes, de la coordination, de la formation et de l’éducation aux médias. « Nous avons obtenu cette fréquence temporaire grâce à nos projets pédagogiques dans les écoles », ajoute Bernard Perrier, trésorier et animateur de la radio.

Une radio implantée dans un lieu pour le moins atypique, puisqu’il s’agit de l’ancienne morgue du centre hospitalier du Mas Careiron. « C’est unique en France », s’en amuse Bernard Perrier, d’autant plus qu’il est un ancien infirmier de l’établissement. Mais cette présence au sein d’un hôpital psychiatrique a aussi permis à la radio de faire participer des patients à des émissions pour leur faire bénéficier eux aussi de la joie de parler dans un micro.

Reste que jusqu’ici, la radio restait contrainte par sa diffusion intermittente : pas d’émission l’été, alors que l’Uzège n’est jamais aussi vivante qu’en saison estivale, et, plus prosaïquement, pas le droit de postuler au Fonds de soutien à l’expression radiophonique, le FSER. L’ouverture de la fréquence permanente va donc permettre à la Fuze de changer d’échelle.

« Avec le FSER, on va passer du simple au double, voire au triple », explique Martial Jourdan, cofondateur de la radio. De quoi voir plus grand, sans compter qu’avec une diffusion permanente, donc aussi l’été, Fuze pourrait éventuellement s’ouvrir à la publicité, son statut de radio associative lui permettant d’aller jusqu’à 20 % de son budget. « Il faut qu’on ait un débat sur la publicité », note Bernard Perrier, la question n’étant de fait pas tranchée.

La radio cherche ses nouvelles voix

En attendant, l’obtention de cette fréquence est un petit exploit. Pour la faire courte, le CSA attribue des fréquences aux radios selon des zones de diffusion. Dans le Gard, il n'y en avait jusqu’à maintenant que trois : Nîmes, Alès, Bagnols/Cèze. Fuze aurait donc théoriquement dû candidater sur une de ces trois zones, mais aucune n’était satisfaisante pour son ambition de couvrir les territoires des communautés de communes Pays d’Uzès et Pont du Gard.

Soutenue par les fédérations régionale et nationale des radios associatives, Fuze a réussi à faire entendre sa voix auprès du CSA. « Cette nouvelle aire de diffusion, on nous avait dit que c’était de l’ordre de l’impossible, rembobine Martial Jourdan. Et il s’agit de la seule nouvelle de toute l’Occitanie. » Toutes les radios pouvaient candidater sur cette nouvelle zone, mais c’est Fuze qui a emporté la timbale et le 107.5 FM.

Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain : « Nous avons préparé le dossier en 2019, et une fois déposé au CSA, nous avons dû arrêter d’émettre pour des raisons de concurrence », explique Marie Fringand Requin. De fait, le 107.5 FM est muet depuis juin 2019, et il le sera jusqu’à janvier prochain, date à laquelle Fuze commencera à émettre de façon pérenne.

La grille des programmes est d’ores et déjà dessinée dans ses grandes lignes et visée par le CSA, qui apporte une grande attention à la production locale. Pour ce faire, il faut donc des bénévoles (tout le monde l’est, du reste) : « Nous cherchons des personnes qui ont envie de faire des émissions. Nous avons quelques anciens qui reviennent mais nous avons envie de nous ouvrir », affirme la coordinatrice. La radio se propose ensuite de former ces nouveaux adhérents pour qu’ils soient le plus autonome possible lors de sessions de découverte.

Et il y a de quoi faire : « C’est très transversal. On aborde tous les sujets et la musique », pose le secrétaire de l’association et programmateur musical, Romain Couturier. L’éclectisme reste la ligne directrice, que ce soit pour la programmation musicale ou les émissions, avec par exemple la bien nommée Le Goût des autres, émission de discussion et de débat qui fera son retour à l’antenne en janvier.

Fuze prévoit également de sortir de ses studios, et a investi dans une petite table de mixage mobile qui permet d’installer des plateaux radio facilement en extérieur. « Le défi est de sortir des murs pour aller vers les gens », résume Martial Jourdan. Si vous voulez faire partie de l’aventure, vous pouvez suivre les actualités de la radio, notamment les prochaines sessions de découverte, sur sa page Facebook.

Thierry ALLARD
thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité