Actualités

GARD Courir ensemble après les trafiquants avec la Cross

Le préfet du Gard entouré des procureurs de la République de Nîmes et d'Alès ainsi que du colonel Haas, commandant du groupement de gendarmerie du Gard (Photo Corentin Corger)

Ce mardi matin, le préfet du Gard était bien entouré pour officialiser la mise en place localement de la cellule de renseignement opérationnel sur les stupéfiants (Cross) qui va permettre de mieux échanger entre les différents services dans la lutte contre le trafic de drogue. 

"On est toujours plus forts à plusieurs", dixit le colonel Laurent Haas, commandant du groupement de gendarmerie du Gard, qui résume avec ses quelques mots le sens de cette cellule de renseignement opérationnel sur les stupéfiants raccourcie en Cross. Ce dispositif fait partie du plan national de la lutte contre les stupéfiants et après avoir été testé dans certains départements, il vient d'être étendu à l'ensemble du territoire. Ce mardi matin, c'était l'heure des signatures pour lancer officiellement cette structure inter-services d'échange du renseignement sur les trafics de stupéfiants dans le Gard.

Une cellule composée d'un référent permanent désigné, voire d'un deuxième en cas de besoin, de la police nationale, des douanes et de la gendarmerie qui pilote le tout. "À partir d'une information, un travail d'élaboration sera mené pour passer au stade du renseignement réalisé par le personnel référent qui va aussi définir la stratégie relative au traitement des situations", détaille le colonel Haas pour expliquer les missions de ce service. Une distinction importante car l'information est un signal faible alors que le renseignement est le résultat d'un travail d'exploration qui permet de fournir des données élaborées aux magistrats. Un travail pré-judiciaire avant que les procureurs de la République de Nîmes et Alès ne prennent le relais.

"Tous les services échangent des infos et permettent des recoupements mais pas simplement au niveau local, la Cross a une envergure régionale, nationale voire internationale", explique Jean-Philippe Fougereau, directeur du Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Montpellier qui a déjà expérimenté ce dispositif. Plus d'interaction entre les différents services de sécurité afin d'éviter de se marcher sur les pieds et de travailler sur les mêmes dossiers.

Et tous sont unanimes pour affirmer qu'il y a suffisamment de matière pour tout le monde dans le département. "C'est aussi la certitude pour les collègues sur le terrain que l'information qu'ils vont récolter va être traitée derrière, c'est motivant", complète Laurent Siam, directeur interdépartemental de la police aux frontières.

"C'est vraiment quelque chose qui nous préoccupe"

Le trafic de drogue impacte particulièrement le Gard. "Ce que cela induit en terme de violences est absolument considérable. Je le dis aussi en tant que père de famille, c'est vraiment quelque chose qui nous préoccupe et je suis vraiment heureux que ce genre d'instance existe pour lutter contre ce fléau", commente François Schneider, procureur de la République d'Alès qui représente le dernier maillon de la chaîne. "Ce n'est pas forcément celui qui ramène l'information qui sera saisi de l'enquête", tient à rappeler son homologue de Nîmes, Éric Maurel qui fixe la stratégie judiciaire à adopter.

"Si cela provoque une augmentation des affaires ça va entraîner un souci d’effectif au niveau judiciaire", soulève-t-il ensuite. Cela illustrerait aussi l'efficacité de ce procédé. Un outil supplémentaire pour lutter contre ce commerce illicite qui vient s'ajouter aux amendes forfaitaires délictuelles mises en place depuis le 8 septembre dernier et qui visent à verbaliser les consommateurs. Dans le Gard, 61 amendes ont été délivrées pour sanctionner immédiatement quelqu'un qui serait contrôlé en possession jusqu'à 50 grammes de cannabis et/ou 5 grammes de cocaïne. Face à cette si vaste problématique, les nouvelles mesures pour l'endiguer sont toujours bonnes à tester.

Corentin Corger

Publicité
Publicité
Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité