A la uneActualitésSociété

NÎMES Un nid pour favoriser l’entrepreneuriat des étudiants gardois

Les étudiants auront un lieu pour s'insérer dans le monde professionnel avec le lab LE2.

De gauche à droite, Catherine Peyroux, Benoît Roig, Anne-Emmanuelle Rousseau, Philippe Maheu et Christian Ciscar (Photo Anthony Maurin).

Le Gard n'est pas un département riche, il n'est pas non plus un département aux ressources économiques variées. Outre le tourisme, l'économie devrait être reliée au tissu local. En effet, des étudiants bouillonnants d'idées ont aujourd'hui un "labo" pour cogiter.

Tout prend place à la Station, la pépinière d'entreprises innovantes de la Chambre de commerce et d'industrie et aidées par le Bic Innov'up. Des mots modernes pour des idées et des sociétés qui ont de l'avenir. Il faut dire qu'en 2019 dans le Gard, la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) relevait 5 639 entreprises et a reçu plus de 1 800 porteurs de projets. La CCI 30 avec UNîmes, Campus CCI, le Bic Innov'up et Pepite LR créent ensemble le Lac Entrepreneuriat Étudiant (LE2).

" Avec la CCI nous disposons d'un bâtiment, au Parc Georges-Besse, lié à l'entrepreneuriat. C'était logique d'accueillir ce lab à la Station. L'intérêt est de repérer le plus tôt possible les jeunes, de les aider à évaluer leurs idées et de les accompagner ", rappelle Anne-Emmanuelle Rousseau, présidente du Bic Innov’up. Le Bic s'occupe par ailleurs d'une quarantaine de projets par an et c'est en partie grâce à cette structure que Phytocontrol a pu grandir et devenir ce qu'elle est.

Étudiant-entrepreneur, un statut qui a de l'avenir

Parole d'étudiant-entrepreneur avec Dimitri, bientôt 24 ans, est passé par là. Parti dans un cursus scientifique pour lequel il a connu quelques difficultés, c'est après avoir fait un stage de quelques mois au CEA qu'il se rend compte qu'il n'est plus aligné avec les sciences.

Dimitri au micro (Photo Anthony Maurin).

" J'ai eu l'idée de monter un projet pour ne pas avoir de regrets et je me suis lancé dans un Bac+3 à l'Ifag où l'on m'a aiguillé vers ce cursus d'étudiant-entrepreneur tout en mettant un espace de coworking à ma disposition. C'était super, deux jours à l'école et trois pour me consacrer à mon projet qui n'est pas allé à son terme. Je comptais voyager en Australie pendant un an et on m'a fait rencontrer Nicolas, un porteur de projet. Le feeling est passé entre nous même s'il a 40 ans. Et depuis, nous travaillons pour développer la start-up Trakmy. Seul, j'étais trop seul ! Il faut vite s'entourer, rencontrer des gens et ici c'est top ! " Ce nouvel espace de travail, ce tiers-lieu d'échanges, permet l'accès à un espace de coworking, favorise le partage et le mélange entre porteurs de projets, start-upers et étudiants désireux de se lancer.

Benoît Roig, le président de l’université de Nîmes, évoque quant à lui sa fierté d'inaugurer cet espace. " C'est un plaisir d'être ici car nous travaillons avec la CCI et le Bic Innov'up depuis quelques années. Une relation s'est mise en place. Nous ne sommes pas concurrents mais complémentaires quand on pense à la formation. De prime abord, la fac et l'entrepreneuriat ne vont pas forcément ensemble pourtant. L'esprit d'entreprendre ne doit plus faire peur aux étudiants ! Une génération entière innove et c'est déjà de l'entrepreneuriat. Il faut que les jeunes mènent des projets qui leur tiennent à coeur. "

(Photo Anthony Maurin).

Le processus s'accélère, grâce peut-être au confinement. Mais la concrétisation de cet objectif n'est que le premier étage d'une fusée plus vaste et qui ira plus loin. Aujourd'hui cinq étudiants du Campus CCI se sont déjà manifestés pour intégrer le dispositif mais à en croire Catherine Peyroux, directrice de Pépite-LR : " L'esprit d'entreprendre, c'est l'essentiel ! Ce projet démarre tôt malgré le contexte mais c'est une excellente chose. Nous accompagnons les étudiants qui ont un projet d'entreprise, il suffit d'avoir le bac. On a un bel outil pour les étudiants-entrepreneurs. J'ai même proposé la création d'une antenne Pépite à Nîmes, ici à l'incubateur, et cela pourrait se faire dans les deux ans à venir. Mais pour cela il faut des étudiants qui veulent entreprendre ! "

Comme un centre de formation au foot

Pour Philippe Maheu, directeur des service départementaux de l'Éducation nationale (Dasen) dans le Gard, " Dimitri a exprimé ce qu'un étudiant d'aujourd'hui peut vivre. C'est une pépite au sein de Pépite-LR. Le statut étudiant-entrepreneur est une révolution dans notre pays ! Les métiers de demain sont tellement difficiles à appréhender que la formation est essentielle. "

L'entrée de la Station au Parc Georges-Besse (Photo Anthony Maurin).

Pour conclure, Christian Ciscard, de la CCI Gard analyse que " les étudiants du Campus CCI sont prêts ! Ce nouvel outil répond parfaitement aux attentes et aux demandes existantes. C'est un peu comme au foot : ici, c'est un centre de formation et c'est un outil formidable pour accélérer la croissance du territoire. "

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité