A la uneFaits Divers

AU PALAIS « Les chevaux ont attrapé des poux chez Brigitte Bardot », affirme l’éleveur

Son troupeau avait été saisi par les services vétérinaires à cause de sévices graves.

Le Palais de Justice de Nîmes

Un éleveur camarguais comparaissait récemment devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour des sévices sur des animaux. Son problème: il a déjà été condamné en 2006 à une peine d’amende et à l’interdiction de détenir des animaux pendant deux ans, pour des sévices graves sur son bétail.

Quatorze ans plus tard donc, la même infraction lui est reprochée. « En 23 ans de carrière je n’ai jamais vu une telle accumulation de sévices et un tel déni chez un homme », s’offusque une vétérinaire de la DDTM venue expliquer à la barre de la juridiction la découverte effectuée près d’Arles, par ses services en avril 2018. « Des animaux vivaient sur un mètre d’excréments, une vache ne pouvait plus bouger, se lever, il n’y avait pas d’eau et pas de nourriture », affirme la véto.

« Mais c’est un cerf qui n’est pas à moi, qui est entré dans ma propriété et qui a piqué la nourriture le jour où les services vétérinaires sont passés », ose le prévenu bientôt retraité. 8 chevaux, 6 bovins et un cochon ont été retrouvés chez lui dans des conditions dramatiques.

Sur dénonciation au service vétérinaire, les gendarmes et des associations de protection sont venus sauver le cheptel. « Depuis les animaux ont tous été soignés, sauf une vache qui a été euthanasiée à cause des mauvais traitements », glisse maître Camille Alliez, le conseil de la Fondation Brigitte Bardot.

La juge qui préside le tribunal évoque « des manquements graves, des sévices importants ». Puis elle ajoute : « des chevaux avaient des poux ». A ce moment-là, le mis en cause s’agace. Ce ne serait pas lui le coupable : « les chevaux ont attrapé des poux chez Brigitte Bardot... Le rapport date de plusieurs jours après que les animaux m’aient été enlevés. Je vous dis qu’ils ont attrapé les poux là-bas dans cette association, pas chez moi, mais chez Bardot », insiste l’agriculteur qui est également employé comme chauffeur. « C’est facile de venir embêter les gens lorsque l’on est une association pour les animaux, mais moi je recueille gratuitement et depuis des années des chevaux malades, blessés, des chevaux que plus personne ne veut et que les associations ne veulent plus parce qu’ils sont trop vieux, sans moi ils crèveraient, je suis en quelque sorte le refuge de la dernière chance », note le sexagénaire.

« Votre casier judiciaire plaide contre vous, puis les rapports et les photos prouvent que ces animaux ont vécu dans des conditions cruelles », dénonce la substitut Fanny Camélio en réclamant 6 mois de prison avec sursis et une interdiction définitive de détenir des animaux. « Vous voulez que je me flingue ou quoi. Depuis que j’ai 8 ans, je m’occupe des animaux. Maintenant je ne peux même plus me promener à cheval. Je n’ai tué personne », s’époumone l’éleveur amateur.

« Mais si monsieur vous pouvez vous promener à cheval, mais dans une manade », reprend à la volée la juge qui inflige 4 mois de prison avec sursis et 10 ans d’interdiction de détenir un animal. En outre, le troupeau saisi en piteux état a été confié à la Fondation Bardot. Espérons qu’un traitement pour les poux sera administré !

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité