ActualitésPolitiqueSociété

NÎMES Petite séance du Conseil municipal

Une minute de silence au début de ce Conseil municipal très spécial (Photo Anthony Maurin).

Le Conseil municipal de Nîmes avait lieu ce samedi 21 novembre au matin. Un Conseil spécial avec un tiers du quorum dispatché en 14 élus du groupe de la majorité municipale, trois de Nîmes Citoyenne à Gauche, deux des Progressistes, deux autres du Rassemblement National et l’élu non-inscrit (Thierry Procida) a pu siéger individuellement.

Oui, le monde ne s’arrête pas de tourner et la politique doit continuer sa route malgré le confinement. Pour le maire Jean-Paul Fournier, « C’est un Conseil municipal un peu spécifique car seul un tiers de l’effectif est présent. Depuis quelques semaines la situation en France comme à Nîmes est préoccupante. Après le couvre-feu, un nouveau confinement. Je suis de très près l’évolution de l’épidémie et la situation est loin d’être stabilisée mais les chiffres montrent que les efforts demandés à nos concitoyens commencent à porter leurs fruits. J’appelle tous les Nîmois à faire cet acte citoyen devenu urgent en consommant et en achetant leurs affaires auprès des commerces du centre-ville. »

Et le maire de poursuivre avec les difficultés qu’il connaît sur sa commune quand on parle de sécurité. « Le Ministre de l’Intérieur m’avait assuré qu’il viendrait mais je n’ai aucune nouvelle de la Place Beauvau. J’ai renouvelé mon invitation en lui rappelant son engagement mais je peux comprendre que son emploi du temps, au regard de l’actualité, soit chargé et un peu contraint. »

Minute de silence et voeu pour les Arméniens

Ont suivi des propos concernant les derniers actes de terrorisme sur le sol français et une minute de silence en hommage à Henri Noël, Jean Matouk, Jacques Maigne Georges Mathon qui a conclu le préambule du premier édile. Dans la foulée, 50 000 euros ont été donné aux communes des Alpes Maritimes mais aussi des Cévennes ayant été touché par les récentes catastrophes climatiques.

Un vœu a été adressé en fin de Conseil par monsieur le maire. Une pensée pour les victimes du conflit du Haut-Karabagh. « La guerre qui se déroule dans le Causase, même si elle est actuellement suspendue, dans le cadre d’un couvre-feu, ne peut nous laisser indifférents. Dans ce contexte terrible, nous devons réaffirmer notre soutien au peuple arménien, dont les souffrances ont été nombreuses à travers les siècles, notamment durant le génocide de 1915. L’Azerbaïdjan doit cesser ses actions belliqueuses dans cette province à très forte majorité arménienne. Après la Syrie, Chypre et la Grèce, ainsi que la Libye, une nouvelle fois, la Turquie, soi-disant alliée de la France au sein de l’OTAN, déstabilise par ses actions cette partie du monde. La Ville de Nîmes fait le vœu d’une résolution durable de cette guerre, avec la définition d’un nouveau statut pour le Haut-Karabagh et une prise en compte des nombreuses personnes en souffrance, principalement des populations arméniennes. » En plus de ce préambule, d'autres articles viendront, au fil des heures et des jours à venir, compléter la suite du Conseil. Ils évoqueront quelques unes des 82 questions de l'ordre du jour.

Le Conseil municipal du 21 novembre 2020 (Photo Anthony Maurin).

Dans un autre temps, une autre question. La Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole a fait l’objet d’un contrôle de la Chambre régionale des Comptes du Languedoc Roussillon concernant sa gestion. La Mairie a réagi lors du Conseil municipal. La Chambre régionale des comptes a communiqué à la Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole, par courrier recommandé daté du 31 août 2020 son rapport d’observations définitives.

Dérives financières ?

Ce rapport est accompagné des réponses adressées à la Chambre régionale des comptes, par Jean-Paul Fournier et Yvan Lachaud, précédents présidents de la Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole en exercice pour la période soumise au contrôle. Il appartient aux communes membres d’un Établissement public de coopération intercommunale de prendre acte des rapports d’observations de la Chambre régionale des comptes relatifs aux contrôles desdits EPCI et doivent être communiqués à la plus proche réunion du Conseil municipal. C’est chose faite !

Ce rapport a été transmis à la commune de Nîmes par le président de la Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole en exercice et doit faire l’objet d’une présentation au Conseil municipal.

Pour Pascal Gourdel, adjoint aux finances de la cité des Antonin, « Ce rapport conforte la Ville dans ses alertes qu’elle lance depuis 2017 sur les dérives financières et le recours à l’endettement de l’agglo. Le foncier n’est presque plus disponible sur le territoire alors qu’il en restait 13 hectares en 2018 ! La baisse du prix de l’eau n’a été possible que grâce à la Ville depuis 2018. L’agglo n’en est pas responsable ! Quant à l’utilisation des emplois contractuel, nous nous interrogeons sur la pérennité des actions en cours. »

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité