A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports GardUSAM

LA MINUTE SPORT Les indiscrétions sportives de ce mardi 24 novembre

La faute sur Ferhat n'a pas laissé un bon souvenir aux Rémois (Photo Anthony Maurin)

L'essentiel de l'actualité sportive gardoise en quelques infos !

Nîmes Olympique

 Le penalty qui passe mal. Dimanche, les Crocos se sont imposés 1-0 à Reims sur un penalty transformé par Renaud Ripart après un léger accrochage du défenseur belge Thibault De Smet sur Zinedine Ferhat. Si l'attaquant nîmois accentue sa chute, la faute au départ de l'action est bien réelle. Un fait de jeu qui offre la victoire aux Nîmois et qui reste en travers de la gorge des Rémois. Preuve en est ce Tweet, posté hier matin, par le community manager du Stade de Reims qui interpelle le maire champenois et qui compare amère le geste de Zinedine Ferhat à un "plongeon" faisant le lien avec le nouveau centre aquatique qui doit bientôt ouvrir sur la commune. On attend la réponse de son homologue nîmois qui ne manque jamais d'humour dans ce genre de situation.

Le calvaire de Bauthéac. Éric Bauthéac est un footballeur professionnel qui évolue aujourd'hui dans le club chypriote de l'Omonia Nicosie. Cet ailier gauche est né à Bagnols-sur-Cèze et a signé sa première licence à Pont-Saint-Esprit où il a fait ses gammes jusqu'à 12 ans. Dans le quotidien "L'Équipe", le joueur raconte le calvaire qu'il vit depuis qu'il s'est rendu compte qu'un présumé terroriste fiché S usurpe son identité depuis dix ans. C'est seulement en 2017 lors de son transfert de Lille pour le club australien de Brisbane Roar qu'Éric Bauthéac s'aperçoit qu'il y a un problème : "Le gouvernement ne voulait pas que je mette un pied en Australie. J'ai attendu un mois et demi avant d'avoir mon visa. Et c'est quand je rentre l'été d'après à l'aéroport de Nice que la douane m'arrête et me dit que je devrais finir au poste", raconte le joueur qui découvre enfin le pot aux roses. Le Bagnolais a porté plainte et avoue "se promener en permanence avec sa plainte" car il est souvent arrêté au moment de passer les frontières, notamment lors d'un stage en Allemagne et en Arménie pour disputer un barrage de Ligue Europa. "Une histoire de fou", qui n'est pas encore terminée pour le Gardois.

USAM

Benjamin Gallego a eu droit à un cadeau bien spécial pour fêter ses 32 ans (Photo USAM)

"Benji" a 32 ans. Ce mardi 24 novembre est un jour important pour l'USAM qui dispute à 18h45 la 4e journée de la Ligue européenne de l'EHF sur le terrain du Dinamo Bucarest (Roumanie). Il est d'autant plus important pour Benjamin Gallego qui fête ses 32 ans. En guise de cadeau d'anniversaire, le pivot qui joue à Nîmes depuis 2010, a eu droit à recevoir un sachet de farine sur la tête pendant la promenade matinale de la part de son coéquipier Teodor Paul. Un moment applaudi par ses partenaires qui ont eu droit à leur moment de revanche sur "Benji", un des principaux farceurs du groupe avec son compère Julien Rebichon. Un groupe qui a de suite repris son sérieux pour l'échauffement musculaire et pour suivre le traditionnel protocole d'un jour de match : repas, sieste, collation et départ à la salle.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité