Actualités

CONNAUX La commune adhère à la charte « Acheter local » de Grisbi

Stéphane Maurin, maire de Connaux, et Vincent Champetier, président de Grisbi, ont officialisé la signature de la charte "Acheter local" créée par le groupement d'entreprises. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Stéphane Maurin, maire de Connaux, et Vincent Champetier, président de Grisbi, ont officialisé la signature de la charte "Acheter local" créée par le groupement d'entreprises. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce lundi soir, le maire de Connaux, Stéphane Maurin, a adhéré au nom de sa commune à la charte "Acheter local" du groupement d'entreprise Grisbi. 41 communes des 44 que compte le territoire du Gard rhodanien se sont déjà engagées depuis sa création il y a trois ans, ainsi que l'Agglomération et l'association Port l'Ardoise.

"Le local ça reste pour nous un leitmotiv. On est dans une démarche pour Connaux et le Gard rhodanien", introduit le maire, Stéphane Maurin. Alors ratifier la charte "Acheter local" semblait tout naturel. Mais qu'implique ce document ? Il engage les communes à réaliser ses achats et travaux auprès d'entreprises implantées dans le Gard rhodanien. "Cette charte a été rédigée il y a maintenant trois ans pour sensibiliser le monde politique sur l'importance du consommer local, en prenant toutes les précautions qu'il faut par rapport aux législations en vigueur", explique Vincent Champetier, président de Grisbi.

Il poursuit : "On a voulu mettre de la consistance dans cette charte. On fait des groupes de travail. Il y a un référent par commune". À Connaux, ce sera Anthony Pagès, à la tête de la SARL Pagès terrassement. Si la commune a besoin d'une entreprise pour des travaux et qu'elle n'en trouve pas à proximité, elle peut faire remonter via son référent la recherche à Grisbi, qui fera du sourcing.

Prochainement, la commune a plusieurs projets sur la transition écologique notamment de monter une centrale photovoltaïque, de mettre des panneaux solaires sur les structures municipales, de s'équiper de véhicules plus propres... Mais aussi de créer un pôle médical à l'horizon de 20 ou 30 ans. Tout autant de projections qui pourraient faire travailler des professionnels des environs.

Aujourd'hui Grisbi veut continuer à fédérer de nouvelles communes et de grands donneurs d'ordre tels que Marcoule, Melox ou Cyclife. "Tout ce qui est acheté localement a non seulement un impact économique mais aussi social et écologique. C'est aussi l'avenir de nos enfants", atteste Vincent Champetier.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité