Actualités

PONT-SAINT-ESPRIT Il y a une semaine, Jean Roussey nous quittait

Jean Roussey, figure spiripontaine, est décédé mardi 17 novembre. (DR)

Le mardi 17 novembre au matin, la ville Pont-Saint-Esprit perdait une personnalité au grand cœur. Jean Roussey s'est éteint à l'âge de 85 ans. Son état de santé s'était aggravé depuis mai. 

Son fils, Joël, se rappelle de son père comme "un gars qui aimait les gens, qui aimait aller à leur contact". À Pont-Saint-Esprit, on revoit un homme investi dans le milieu associatif, qui a donné beaucoup de son temps en heures de bénévolat. Avec lui la journée commençait tôt et il y avait toujours un événement à couvrir l'après-midi.

Jean Roussey est né à Arles en 1935. Ses parents, émigrés d'origine arménienne, se sont installés en Camargue, aux Salins-de-Giraud, là où il y avait du travail. Encore jeune homme, Jean Roussey pratique la boxe à Arles et occasionnellement le rugby à XIII. Côté culture, il joue du piano et se passionne au fil des années pour le jazz, la peinture et la lecture. Il effectue ses études à Arles avant de travailler dans le secteur comme chaudronnier-soudeur.

Quelques années plus tard, il entend parler du site de Tricastin de Pierrelatte qui cherche des soudeurs. Il postule, décroche le poste et déménage donc juste à côté, à Pont-Saint-Esprit, en 1962. Il était marié avec Josiane, avec qui il a eu ses deux fils, Hervé et Joël. Il fera toute sa carrière là-bas au CEA de Pierrelatte. Il commencera à s'impliquer dans la vie associative du club de foot spiripontain L'Indépendante alors que ses fils tapent un peu la balle. Une présence qui se fera croissante au fil des ans.

Président de l'office municipal des sports

Lors de la fusion des deux clubs de Bagnols/Cèze et Pont, il reste engagé dans la vie du FCBP (Football club Bagnols-Pont). Ces derniers temps encore, il s'occupait d'organiser les lotos, les ravitaillements, les buvettes des jours de match... Quelques années en arrière, en parallèle, il représentait le club auprès de l'office municipal des sports (OMS). Il finira par devenir président de cet organisme, lui apportant un vent de dynamisme.

Il était également impliqué auprès des associations Souvenir français, la FNACA, Pont vous accueille, les Amis du vieux pont ou encore les Amis du musée laïque. Il marchait plusieurs fois par semaine aux côtés des membres de l'association des Genets. "Il était intéressé par tout ce qu'il pouvait faire pour développer la ville", se remémore son fils, Joël.

Jean Roussey avait une autre passion : écrire des poèmes. Il a dû en rédiger une trentaine destinée à ses camarades de marche à pied ou sur des thèmes divers tels que le Rhône, la ville... Jean Roussey était un touche-à-tout, un homme d'engagement, toujours souriant, passionné par le sport, la culture et surtout par les gens.

Marie Meunier

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité