Faits Divers

NÎMES 18 ans de réclusion pour une tentative de meurtre sur un surveillant de prison

Palais de justice Nîmes 8-9-2020 (photo Norman Jardin)

Un coup de lame au niveau de la gorge sans qu'une dispute ou une bagarre ne soient intervenues auparavant...

Les avocats d'un nîmois de 22 ans réclamaient que leur client soit considéré comme atteint d'une pathologie  psychiatrique et que l'abolition du discernement lui soit appliquée. Une schizophrénie évolutive a été diagnostiquée il y 6 ans chez ce jeune détenu. Mais la cour d'assises a rejeté cet argument. Elle a condamné ce jeune détenu à 18 ans de réclusion dont 12 ans de peine de sûreté. L'avocat général, Alexandre Rossi, avait réclamé 15 ans de prison. En août 2017, l'agression sauvage d'un surveillant à la maison d'arrêt de Nîmes avait fait se déplacer la ministre de la Justice de l'époque. Les avocats de la défense ont immédiatement fait appel de ce verdict. Un second procès se tiendra dans plusieurs mois.

Publicité
Publicité
Publicité

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité