ActualitésCulture

GARD Une Bête divertissante et intelligente

La Bête du Gévaudan pour les petits et les grands (Photo Anthony Maurin).

Qui ne connaît pas au moins de nom la Bête du Gévaudan ? Bien des consciences se sont rappelées au bon souvenir des contes d'enfants en lisant cette question. Mais qui connaît vraiment l'histoire de cette histoire dans l'Histoire ? Les éditions nîmoises Alcide en ont fait un livre à découvrir absolument.

C'est un fait réel. La Bête, quelle qu'elle fut, a semé la terreur en Cévennes voilà quelques petits siècles et le nouvel ouvrage de Jean-Paul Chabrol illustré par Frédéric Cartier-Lange nous remet sur ses traces. Aux éditions Alcide Jeunes, on n'hésite pas à s'emparer de ces grandes thématiques régionales pour en faire des livres instructifs et fort plaisants à lire, aussi bien pour les plus jeunes que pour les grandes personnes curieuses.

La Bête du Gévaudan apparaît dans la deuxième partie du XVIIe siècle en Lozère. Oui, le Gévaudan c'est la Lozère de l'époque. Et justement, à l'époque comme aujourd'hui, la Lozère est peu peuplée, isolée et rurale donc humble. Une bête se met à répandre la terreur, à semer la peur parmi les hameaux et chez les bergers. Pourquoi fait-elle si peur ? Parce qu'elle s'en prend en premier aux enfants. Sauf un qui parvient à l'éloigner pour protéger un plus jeune que lui. C'était Portefaix, il avait 12 ans et a reçu une récompense nationale pour ce geste héroïque.

Mais il ne tue pas la Bête qui poursuit sa folie meurtrière... Les battues ne donnent rien. Peur et panique se propagent et avec elles l'imagination galopante de certaines personnes. Est-ce un monstre ? C'est alors que les Dragons du roi accompagnés par les meilleurs chasseurs du royaume de France viennent se frotter à la Bête. Entre 1764 et 1767, ils travaillent à la traquer, à tenter de la coincer, de la comprendre et de la mettre hors d'état de nuire. Ils y arrivent sans nul doute puisque les meurtres s'arrêtent mais quel était donc cet animal ? Existe-t-il encore un mystère ?

Des textes serrés et clairs, un récit qui coule facilement et des illustrations qui agrémentent la lecture de belle manière (Photo Anthony Maurin).

Ce n'est pas la première et seule bête à avoir fait peur à la France mais c'est elle qui revient encore dans toutes les têtes quand on met le sujet sur la table. Louis XV et sa cour y sont-ils pour quelque chose ? En tout cas en lisant l'histoire, la vraie, parfaitement accessible car mâchée par Jean-Paul Chabrol, vous allez en savoir plus et vous vous ferez votre propre idée. Le texte est simple, efficace, vivant, tantôt léger et tantôt profond. Bref, il colle parfaitement à une excellente lecture.

Mais le petit plus des éditions Alcide et de cette collection jeunesse en particulier, ce sont les illustrations signées Frédéric Cartier-Lange. Nous en sommes à sept ouvrages publiés en deux ans, un succès qui ne se dément pas. Encore une fois, le dessinateur s'inspire des gravures de l'époque mais y ajoute sa belle touche de modernité, de douceur et d'humour.

La Bête du Gévaudan (Photo Anthony Maurin).

Avec Frédéric Cartier-Lange, tout est dessiné via une palette graphique ce qui lui permet de conserver la texture de certaines matières comme la pierre de Vers ou le granite cévenol. Les costumes sont d'époque et quelques scènes sont tout simplement somptueuses. Cette collection vaut le détour et permet, tout en offrant un cadeau culturel, de divertir toute la famille.

En quatre chapitres, le lecteur passe de " La Bête au pays des petits bergers et des loups ", à "Les Grands héros populaires " en découvrant " Sus à la Bête ! Le roi, l'Église, les Dragons et les chasseurs " et " Traquer la Bête ". Un lexique concis rappelle quelques mots en lien avec la Bête et une page complète replace quant à elle l'histoire dans le contexte historique du 30 juin 1764 et le meurtre de la première victime, une jeune fille de 14 ans nommée Jeanne au 26 juin 1767 et la mort d'une louve tuée une semaine après son loup de 53 kg (mis à mort par Jean Chastel) par Jean Terrisse. Bonne lecture pour un beau cadeau de famille !

Loup-garou, sorcellerie, tueur en série, chien hybride affamé ou gros loup anthropophage... Vous vous ferez certainement votre idée ! N'oubliez pas qu'à l'époque, les gens avaient l'habitude de la mort et vivaient au contact des loups dans une Lozère quasi désertique...

Pour un prix de 12 euros et avec un peu plus de 70 pages de fort belle facture, ce petit livre est indispensable à tous les curieux désireux d'en savoir plus sur cette folle histoire. Rappelons au passage les deux autres livres sortis aux éditions Alcide jeunesse cette année, Jules César, une vie de conquêtes et Saint Louis, Aigues-Mortes et les Croisades.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

1 commentaire sur “GARD Une Bête divertissante et intelligente”

  1. GARD Une Bête divertissante et intelligente
    L’auteur, monsieur Jean-Paul Chabrol, nous parle des dragons du roi venus traquer la bestià en Gévaudan mais son dessinateur,et cela dès la couverture, nous monte des soldats de Condé dont le prince est en ce temps dissident du roi. Il y a visiblement entre l’auteur et son dessinateur une discordance à ce niveau. Les lecteurs ne savent plus qui croire, l’auteur ou le dessinateur? Est-ce des soldats de Condé aux habits chamois ou des dragons du roi qui ont chassé le Bête du Gévaudan ? Monsieur Chabrol nous dit aussi dans son livre que ce sont des loups anthropophages qui mangeaient les enfants pauvres qui ont fait le coup. Mais dans ce cas comment explique t-il l’attaque mortelle sur la petite Rose de la Tallière qui était de la noblesse, ou de cette soeur de l’ordre du Mont Carmel, voire de bien d’autres encore qui n’étaient pas des enfants pauvres? Son slogan semble tout de même un peu simpliste voire redoutablement réducteur. C’est dommage d’y trouver de telles stupidités. Sinon c’est un joli ouvrage bien illustré destiné aux enfants pour les fêtes de Noël. Sans ces erreurs en rapport à l’histoire que l’on trouve dans ses pages, il serait encore bien mieux. Peut-être des corrections sont-elles envisageables lors d’une prochaine réédition?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité