A la uneSociété

FAIT DU JOUR Thérond : de la peinture, oui, mais pas à n’importe quel prix !

Photo : DR
Photo : DR

Si vous cherchez de la peinture de qualité et avec le service conseil en plus, n’allez pas trop loin : vous avez Thérond à Nîmes. Comme un bon slogan publicitaire, impossible de passer à côté de l’entreprise familiale qui n’a pas déviée de son activité démarrée en 1920. Il y a plus de 100 ans.

« C’est mon arrière-grand-père qui a lancé l’activité. Mon grand-oncle a repris l’affaire puis mon frère, directeur commercial, et moi » explique Frédéric Thérond, le PDG de l’entreprise familiale qui a vu se succéder plusieurs générations de Nîmois.

Installée sur la zone d’activité de Saint-Césaire à Nîmes, Thérond est une entreprise indépendante qui s’est développée au fur et à mesure en adhérant à des groupements de distributeurs indépendants. « Notre cœur de métier est et restera la peinture. Cela représente plus de 50% de notre activité. Le reste est assuré par le revêtement de sol et plafond, le matériel et l’outillage. » Avec un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros en 2019, les choix sont les bons et ont permis à l’entreprise d’ouvrir des agences à Avignon (1994), à Montpellier (1996) ou encore Alès plus tard (2012) pour accentuer sa présence territoriale.

Fort d’une équipe de 50 professionnels - coloristes, décorateurs et technico-commerciaux -, Thérond Décoration apporte au quotidien des solutions ajustées à tous les chantiers de peinture, de décoration intérieure, de rénovation. « Nos professionnels sont multi-métiers. Ce sont des artisans peintres qui sont devenus des généralistes de la décoration », explique le patron de l'entreprise leader nîmoise.

Une gamme de produits unique

Pourtant, la situation aurait pu déraper tant la législation depuis 30 ans a évolué autour des solvants présents dans les peintures. Mais la société a su s'adapter et franchir l’écueil. « Les normes européennes se sont durcies mais on est fiers aujourd’hui de proposer des produits plus sains, plus respectueux de l’environnement. » Thérond s’appuie également sur une gamme de produits uniques fabriqués en France et en Europe. « On sélectionne nos fabricants, à 90% français, pour leurs produits de qualité, performants et pertinents. Loin, très loin de ce qui est proposé en grande surface. »

Pour Frédéric et Nicolas, pas question de jouer la stratégie du prix. « On ne va pas aller se bagarrer sur des produits peu fiables et pas terribles. Aujourd’hui, sur un devis peinture, pour un professionnel la matière première représente 20%. C’est la main-d’œuvre qui coûte le plus cher. Alors, si c’est une peinture qui ne couvre pas en seule couche, l’artisan ne gagne pas sa vie. »

Photo : DR

« Le marché professionnel de la décoration pèse 6 milliards d’euros en France »

Pourtant, en plus des grandes surfaces, les indépendants doivent faire face à de nouveaux concurrents : les fabricants eux-mêmes. « Le marché professionnel de la décoration pèse 6 milliards d’euros en France. La moitié est assurée par les grandes surfaces, l’autre moitié par les négociants professionnels. Une situation assez stable depuis des années. Mais aujourd’hui, on se retrouve en concurrence avec les fabricants. Ils ont leur propre réseau de distribution ; ce que l’on appelle les distributeurs intégrés. Ils sont donc plus agressifs sur les prix. »

Heureusement dans le Gard et à Nîmes, il n’existe qu’une dizaine de distributeurs indépendants et intégrés. « Il existe une saine concurrence mais on est leader. On se tire la bourre à trois ou quatre. Ce sont toutes des vieilles entreprises qui sont là depuis longtemps et qui ont résisté à toutes les tempêtes. » Y compris, concernant la sienne, à un incendie qui avait ravagé la boutique alors installé sur l’avenue Jean-Jaurès. « Nous avions prévu de partir et de ne laisser en centre-ville qu’un magasin pour les particuliers. Et puis, un grand incendie a presque tout détruit en 1991. » Depuis, contrainte et forcée, l’entreprise s’est installée dans la zone industrielle de Saint-Césaire. « Finalement, on a bien fait car sur Jean-Jaurès, nous avions plutôt une clientèle qui cherchait des produits de décoration. Ici, il faut prendre sa voiture pour venir mais de toute façon, c’est indispensable pour transporter des bidons de peinture. »

« On ne vend pas que du produit, on assure le conseil également »

Ce qui fait aussi le succès de l’entreprise nîmoise, c’est son offre de service. « On ne vend pas que du produit, on assure le conseil également. Quand un professionnel a une problématique sur un chantier ou recherche une couleur particulière, il peut s’appuyer sur nos vendeurs conseils pour le guider. » Et après les professionnels, ce sont les particuliers qui viennent de plus en plus se servir chez Thérond. « C’est 15% de notre clientèle totale. C’est pour cela que nous avons un show-room qui permet d'accompagner nos clients à choisir les décorations dont ils ont besoin. »

Pour assurer des ventes pertinentes et la satisfaction du client, l’entreprise a installé une machine à teinter. « Le client croise ses couleurs et peut ainsi créer son harmonie. On lui vend ensuite le produit fini. Il peut aussi récupérer des petits testeurs pour essayer sur son mur. Ainsi, il est sûr d’avoir fait le bon choix. »

Photo : DR

« On a aussi fait du drive vocal »

La crise sanitaire passée par là depuis mars dernier, Thérond a dû comme toutes les entreprises s’adapter. Et a elle aussi lancé son drive. « Uniquement pour les professionnels avec des prises de commande par email, sms ou via Internet. On a aussi fait du drive vocal avec des prises de commande directement sur le parking. » Une période usante, fatigante où l’activité a drastiquement baissé et a généré un chiffre d’affaires morose pendant quelques mois. « Mais on a pu rouvrir aux particuliers fin avril et fort heureusement, depuis le mois de juin, on a quasiment rattrapé notre retard. »

Pour autant, pas question d’ouvrir une boutique en ligne. Encore une fois, pour les frères Thérond, « chaque mur d’une maison est différent. Il y a trop de paramètre à prendre en compte avant d’acheter un pot de peinture. On préfère que nos clients se déplacent pour choisir sur place. » Les dignes héritiers nîmois restent donc 100 ans plus tard dans le même état d’esprit : pour bien vendre un produit, il ne faut pas regarder que le prix de vente mais aussi la satisfaction du client pour assurer toutes les prochaines…

Abdel Samari

Important ! Cet article est un extrait de Objectif Gard, le magazine. Rendez-vous chez votre marchand de journaux pour acheter le dernier numéro. Découvrez le sommaire en cliquant sur le module ci-après :

 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité