A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Le cannabis « bien-être » : un business familial florissant au pied des Cévennes

Le climat gardois semble propice à la culture du chanvre. (Photo M.G / DR)
Mathieu Givelet confectionne et commercialise également des "plateaux de service" en bois de noyer. (Photo Corentin Migoule)

Spécialisée dans la culture de la vigne depuis plus de 30 ans, la famille Givelet installée à Servas, près d’Alès, a donné un nouveau tournant à son activité agricole en lançant, le 18 décembre dernier, le premier site du département consacré à la vente de chanvre, une plante riche en cannabidiol, plus connu sous le sigle "CBD".

En matière de cannabis, la confusion entre le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD) est fréquente. Pourtant, de ces deux substances actives les plus connues du cannabis, la seconde se distingue de la première par son usage de plus en plus fréquent dans un cadre médical. Parmi ses propriétés, « une modulation des niveaux d’anxiété et une réduction de certaines réponses au stress » sont identifiées par Stéphanie Caillé-Garnier, neurobiologiste au CNRS, dans un article paru dans Le Monde. Mathieu Givelet, qui nous reçoit chez lui à Salindres, l’a assimilé depuis bien longtemps.

Au début de l’année 2020, ce fils d’agriculteurs, lassé par un travail d’employé d’usine qui ne lui sied guère, s’intéresse de plus près au chanvre. « En voyant l’émergence des boutiques de CBD, je me suis demandé ce qu’on pouvait faire autour de ça. Je voyais que tous les produits provenaient de Suisse et je me suis dit qu’on pourrait nous aussi en cultiver, sachant qu’il n’y a aucune interdiction », se souvient Mathieu.

Si son frère cadet, Antonin, adhère immédiatement au projet, il faut encore convaincre Louis, le papa, qui s’échine depuis plus de trente ans au milieu de sa trentaine d’hectares de vignes à Servas. « Ça a été un peu délicat au début, mais en lui expliquant bien les choses et en le rassurant sur la légalité de la démarche, il a fini par céder », concède l’aîné de la fratrie, au sujet de son papa qu’il qualifie d’« ouvert et attentif à la diversification. »

Moins de 0,2 % de THC

Une légalité vérifiée quelques mois plus tard, quand après avoir semé mille mètres carrés de chanvre, Louis Givelet a vu débarquer la brigade des stupéfiants « sur dénonciation d’un aimable voisin. » Le business familial n’a pas été inquiété, puisque comme l’indique Mathieu, « le CBD n’est pas une substance psychotrope, il n’y a rien qui interdit sa commercialisation. Il suffit que notre produit ait moins de 0,2 % de THC. » Pour s’en assurer, les Givelet ont fait analyser leurs graines par le laboratoire français du chanvre.

Le climat gardois semble propice à la culture du chanvre. (Photo M.G / DR)

Semée fin mars, la parcelle, qui demande une surveillance de tous les instants, du soleil et un arrosage régulier, a permis à la famille de récolter environ sept kilos de fleurs en septembre dernier. « On espérait un peu plus mais la qualité est là », se réjouit le grand frère, qui a notamment veillé à « retirer les plants mâles au moment de la floraison pour éviter la pollinisation. »

30 commandes en moins de 15 jours

Lancé le 18 décembre, le premier site internet de vente de chanvre cévenol a déjà occasionné une trentaine de commandes, « de connaissances, mais aussi d’inconnus. » Galvanisée par ce bon démarrage, la famille Givelet n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Si elle ne dispose pas encore de boutique physique, car « ça représente un investissement plus important, c’est une idée à laquelle on réfléchit », reconnaît Mathieu, qui peut compter sur le soutien de sa compagne pour la gestion du site internet, « très bien fait », élaboré par Étienne Martos.

« Il y a des professionnels qui commencent à montrer leur intérêt, à vouloir nous passer des commandes en grosse quantité, donc il va falloir qu’on assure une production plus importante pour honorer toutes les demandes », échafaude déjà le jeune père de famille. D’autant que « le chanvre est une plante merveilleuse, avec laquelle on peut faire plein de choses », rajoute Mathieu, qui pense déjà à étendre sa culture, « à de la fibre et de la graine. » Soucieux de maintenir une compétitivité optimale en se diversifiant, les Servasiens proposent déjà quatre variétés de chanvre sur leur site en ligne, dont la "cherry pie" en provenance de Suisse, qui cartonne.

Quant au mode de consommation, Mathieu Givelet préconise une infusion « avec un corps gras car le CBD est liposoluble », la meilleure extraction s’obtenant donc « dans du lait écrémé ou dans de l’eau avec un peu de beurre ou d’huile de coco. » Puisqu’un gramme de fleur équivaut à quatre tasses et que la famille a encore plusieurs kilos à écouler, « l’année 2021 devrait être belle », prédit Mathieu Givelet.

Corentin Migoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité