Faits Divers

AU PALAIS Deux coups de couteau et trois ans de prison pour un mauvais regard

Le Palais de Justice de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Palais de justice de Nîmes. DR

En juillet 2019, à cause d’un regard de travers, une bagarre a éclaté entre deux jeunes dans les rues de Bagnols-sur-Cèze. L’histoire s’est terminée mardi devant le tribunal correctionnel de Nîmes, plus d’un an et demi après les faits.

Encore un fait-divers né d’une broutille. Le 13 juillet 2019, vers 10h30 du matin, Yannis croise Mourad dans les rues de Bagnols-sur-Cèze. Ce dernier, accompagné de sa petite amie, n’apprécie guère le regard lancé par Yannis. Sans sommation, il lui flanque deux coups de boule avant de rentrer chez lui. Mais quelques minutes plus tard, toujours énervé, Mourad revient à la charge. Cette fois-ci, Yannis ne se laisse pas faire et réplique en lui portant deux coups d’un couteau qu’il conservait dans sa sacoche.

Depuis les faits, craignant des représailles, Yannis a quitté le département et se cache quelque part en France chez un membre de sa famille. C’est en revenant passer les fêtes de fin d’année auprès de sa mère qu’il a été arrêté. Très bavard, il livre sa version de l’histoire au président de l’audience, Jean-Michel Perez : « Après les deux coups de tête, j’étais plein de sang, j’avais plein de bosses et des coquards. Et là, j’le vois arriver au loin. J’panique. J’lui dis : ‘s’il te plait, pars !’ J’voulais plus qui m’frappe, alors j’ai sorti la lame et il a couru vers moi » Avec son débit rapide rappelant celui d’un Lorànt Deutsch et un parlé de titi parisien à la Renaud, il poursuit : « Moi, à l’époque, j’étais une allumette : on me prenait, on me cassait ! Lui, il a au moins 40 ans (30 ans en réalité, Ndlr) Moi, j’faisais bien dix centimètres de moins et à peine 50 kg »

Le bagout de Yannis n’attendrit pas la procureure Estelle Meyer qui lui rappelle son passé et ses cinq condamnations. « Eh m’dame, j’étais mineur », coupe-t-il. Elle en tient certainement compte et requiert 3 ans de prison dont 2 avec sursis. Pour la défense de Yannis, Me Carmelo Vialette plaide la légitime défense : « Mon client est juste quelqu’un qui essayait de ne pas prendre une deuxième raclée ». Il fait enfin part de son étonnement : « C’est quand même curieux : on a une victime qui reconnait qu’elle a porté des coups à un autre, mais parce qu’elle est moins blessée, elle n’est pas poursuivie ». Comme le cœur, la justice a ses raisons… À l’issue du délibéré, Yannis échappe à la détention. Il écope de 3 ans avec sursis avec une obligation de soin pour son addiction au cannabis, une interdiction d’entrer en contact avec sa victime et de détenir une arme pendant 5 ans. En entendant le verdict, « l’allumette » n’a pas craqué.

Tony Duret

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité